samedi, décembre 10, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeOpposition de Rafsandjani aux déclarations de Khamenei sur la fonction de président...

Opposition de Rafsandjani aux déclarations de Khamenei sur la fonction de président de la République dans une nouvelle flambée de la guerre du pouvoir

CNRI – Dans une flambée des luttes intestines du pouvoir, Rafsandjani, président du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat, a affiché son opposition aux propos de Khamenei, le guide suprême de la dictature religieuse, sur la suppression de la présidence de la République, estimant que ces propos vont « à l’encontre de la Constitution » (médias officiels du 24 octobre).

« Selon la Constitution, a expliqué Rafsandjani, le républicanisme et l’islamisme constituent les deux piliers intangibles de la République islamique. »

« L’affaiblissement du caractère républicain du pouvoir va à l’encontre de la Constitution et réduit et limite le pouvoir du choix du peuple », a-t-il précisé, avant une allusion à peine masquée à l’effritement interne du pouvoir des mollahs : « Une part importante des lignes générales de la politique adoptée par  le Conseil du discernement des intérêts de l’Etat a été dictée par le guide suprême de la révolution, et toutes les planifications, toutes les législations et toutes les initiatives auraient dû s’aligner sur cette politique, ce qui n’a malheureusement pas été le cas, le contraire s’étant produit. »

Ces propos de Rafsandjani constituent une réplique au discours du 16 octobre de Khamenei à Kermanchah (ouest du pays), dans lequel il avait soulevé la probabilité de supprimer la fonction de président de la République. C’est après ce discours que les proches de Khamenei s’étaient succédé à la tribune pour suggérer que Mahmoud Ahmadinejad soit le dernier président des mollahs.

Ahmadinejad lui-même a tenté de minimiser le geste de Khamenei. « Notre Constitution n’a rien d’ambigüe », a-t-il affirmé lors d’une interview à la branche anglaise d’Al-Jezira, avant d’argumenter : « Je crois que le guide n’a fait que répondre à une question de jurisprudence, mais pour ce qui est de la Constitution, la place du président est claire et nette. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 octobre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe