jeudi, juin 20, 2024
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxPlus d’une centaine d’anciens dirigeants du monde appellent la communauté internationale à...

Plus d’une centaine d’anciens dirigeants du monde appellent la communauté internationale à demander des compte aux responsables des crimes en Iran

108 d’anciens présidents et Premier ministres du monde entier, appellent à considérer les Gardiens de la révolution comme organisation terroriste et à les sanctionner.

Le 23 mai l’ONG Justice pour les victimes du massacre de 1988 en Iran (JVMI) a publié la liste des signataires de cet appel des anciens leaders adressé au dirigeants actuelles de l’Europe, des Etats-Unis et du Canada.

Selon le communiqué du JVMI, cette lettre ouverte plus d’une centaine anciens dirigeants mondiaux représentant 46 nations demandent à la communauté internationale de soutenir les manifestants iraniens prodémocratie et mettre sur liste noire les Gardiens de la révolution (CGRI).

L’appel a été lancé mardi dans une lettre collective aux puissances mondiales, quelques jours seulement après que le régime a exécuté trois manifestants.

Les trois hommes ont été exécutés pour avoir participé au soulèvement national qui a commencé en septembre dernier. Au cours des trois dernières semaines, il y a eu une augmentation alarmante des exécutions commises par l’État en Iran, alors que le régime tente de réprimer les manifestations en toute impunité.

La lettre collective de 108 anciens chefs d’État ou de gouvernement appelait les dirigeants du Canada, de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis à demander aux « dirigeants de la République islamique d’Iran de rendre compte de leurs crimes ».

« Nous vous encourageons à être solidaires du peuple iranien dans son désir d’une république laïque et démocratique où aucun individu, quelle que soit sa religion ou son droit de naissance, n’a de privilège sur les autres. Par leurs slogans, le peuple iranien a clairement indiqué qu’il rejetait toute forme de dictature, que ce soit celle du Shah déchu ou le régime théocratique actuel, et rejette donc toute association avec l’un ou l’autre », indique la lettre ouverte.

« Nous pensons que c’est au peuple iranien de décider de son avenir. Cependant, nous reconnaissons que pendant quatre décennies, la coalition démocratique du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a constamment et inlassablement poursuivi le changement démocratique. À cet égard, nous pensons que le plan en dix points articulé par la présidente du CNRI, Mme Maryam Radjavi, mérite d’être soutenu. Son engagement en faveur d’élections libres, de la liberté de réunion et d’expression, de l’abolition de la peine de mort, de l’égalité des sexes, de la séparation de la religion et de l’État, de l’autonomie des ethnies iraniennes et d’un Iran non nucléaire est conforme à nos propres valeurs démocratiques », ont déclaré les anciens dirigeants du monde.

Les signataires de la lettre comprennent 50 anciens présidents, 47 anciens premiers ministres, un ancien chancelier et neuf autres anciens chefs d’État du monde entier. Deux anciens présidents de la Commission européenne et trois lauréats du prix Nobel de la paix figurent parmi les signataires.

Les signataires européens de la lettre comprennent les anciens premiers ministres du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie, de la Pologne, de l’Espagne et de l’Ukraine. En Amérique du Sud, les signataires comprennent les anciens présidents de l’Argentine, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica et du Mexique et deux anciens secrétaires généraux de l’Organisation des États américains (OEA). Parmi les autres signataires notables figurent l’ancien vice-président américain Mike Pence et deux anciens premiers ministres du Canada.

Dénonçant la répression du «soulèvement populaire en Iran», qui comprend la mort de quelque 750 manifestants et l’arrestation de 30 000 autres, les anciens dirigeants mondiaux ont réaffirmé que la communauté internationale avait la «responsabilité» de soutenir les droits humains du peuple iranien.

« Des décennies de silence apparent et d’inaction de la part de la communauté internationale ont contribué à alimenter une culture d’impunité en Iran. Depuis les années 1980, les autorités iraniennes ont exécuté des dizaines de milliers de manifestants et de prisonniers politiques. Tragiquement, au cours du seul été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques – dont la grande majorité étaient des membres de l’opposition OMPI / MEK – ont été brutalement massacrés », indique la lettre.

Les signataires ont condamné l’ingérence du régime iranien au Moyen-Orient et en Europe, y compris sa fourniture de drones pour aider la guerre de la Russie contre l’Ukraine et ses tentatives terroristes et cyberattaques en Albanie.

« Nous exhortons vos nations à se tenir aux côtés du peuple iranien dans sa quête de changement et à prendre des mesures décisives contre le régime actuel. Cela comprend la mise sur liste noire des Gardiens de la révolution (CGRI) et la tenue de responsables du régime responsables de leurs crimes contre l’humanité », ajoute la lettre.

Justice pour les victimes du massacre de 1988 en Iran (JVMI)

Texte original en anglais

Les signataires

Voici la traduction en français du texte de l’appel et des signataires :

Lettre d’anciens dirigeants mondiaux aux dirigeants actuels du Canada, de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis

À : Joe Biden, président des États-Unis
Charles Michel, président du Conseil européen
Rishi Sunak, Premier ministre du Royaume-Uni
Justin Trudeau, premier ministre du Canada
Copies : aux dirigeants des 27 États membres de l’Union européenne

23 mai 2023

Excellences,

Depuis septembre 2022, le monde a été témoin d’un soulèvement populaire fondamental en Iran, réclamant la liberté et la démocratie. Les rapports suggèrent que quelques 750 manifestants ont été tués et 30 000 arrêtés. Bien que tout changement doit provenir du peuple iranien, la communauté internationale a la responsabilité de soutenir ses droits humains.

Des décennies de silence apparent et d’inaction de la part de la communauté internationale ont contribué à alimenter une culture d’impunité en Iran. Depuis les années 1980, les autorités iraniennes ont exécuté des dizaines de milliers de manifestants et de prisonniers politiques. Au cours du seul été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques – dont la grande majorité étaient des membres du mouvement d’opposition OMPI – ont été tragiquement et brutalement massacrés.

Nous pensons qu’il est temps de tenir les dirigeants de la République islamique d’Iran responsables de leurs crimes.

Nous vous encourageons à être solidaires du peuple iranien dans son désir d’une république laïque et démocratique où aucun individu, quelle que soit sa religion ou son droit de naissance, n’a de privilège sur les autres. A travers ses slogans, le peuple iranien a clairement indiqué qu’il rejetait toute forme de dictature, que ce soit celle du Shah déchu ou du régime théocratique actuel, et rejetait donc toute association avec l’une ou l’autre.

Nous pensons qu’il appartient au peuple iranien de décider de son avenir. Cependant, nous reconnaissons que pendant quatre décennies, la coalition démocratique du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a constamment et inlassablement poursuivi le changement démocratique. À cet égard, nous croyons que le plan en dix points articulé par la présidente du CNRI, Mme Maryam Radjavi, mérite d’être soutenu. Son engagement en faveur d’élections libres, de la liberté de réunion et d’expression, de l’abolition de la peine de mort, de l’égalité des sexes, de la séparation de la religion et de l’État, de l’autonomie des ethnies iraniennes et d’un Iran non nucléaire est conforme à nos propres valeurs démocratiques.

Nous condamnons l’ingérence du régime iranien au Moyen-Orient et en Europe, y compris sa fourniture de drones pour aider la guerre de la Russie contre l’Ukraine et ses tentatives terroristes et cyberattaques en Albanie.

Nous exhortons vos nations à se tenir aux côtés du peuple iranien dans sa quête de changement et à prendre des mesures décisives contre le régime actuel. Cela comprend l’inscription sur liste noire des Gardiens de la révolution (CGRI) et la tenue de responsables du régime responsables de leurs crimes contre l’humanité.

Cordialement

Signataires :

Mike Pence, Ancien vice-président des États-Unis d’Amérique

Jean Claude Juncker – Ancien Premier ministre, Luxembourg ; Ancien président de la Commission européenne
Romano Prodi – Ancien Premier ministre, Italie ; Ancien président de la Commission européenne
Lech Wałęsa – Ancien président, Pologne ; Lauréate du prix Nobel de la paix
Juan Manuel Santos – Ancien président, Colombie ; Lauréate du prix Nobel de la paix
Óscar Arias Sánchez – Ancien président, Costa Rica ; Lauréate du prix Nobel de la paix
Stephen Harper – Ancien premier ministre, Canada
Liz Truss – Ancienne Premier ministre, Royaume-Uni
Bernard Cazeneuve – Ancien Premier ministre, France
Ioulia Timochenko – Ancienne Premier ministre, Ukraine
Mariano Rajoy – Ancien Premier ministre, Espagne
José María Aznar – Ancien Premier ministre, Espagne
Mary McAleese – Ancienne présidente, Irlande
Giuliano Amato – Ancien Premier ministre, Italie
Matteo Renzi – Ancien Premier ministre, Italie
Heinz Fischer – Ancien président, Autriche
Alfred Gusenbauer – Ancien chancelier, Autriche
Micheline Calmy-Rey – Ancienne Présidente de la Confédération, Suisse
Vladimír Špidla – Ancien Premier ministre, République tchèque
Yves Leterme – Ancien Premier ministre, Belgique
Kim Campbell – Ancienne première ministre, Canada
Aníbal Cavaco Silva – Ancien président et ancien Premier ministre, Portugal
Édith Cresson – Ancienne Première ministre, France
Danilo Türk – Ancien président, Slovénie
Andrej Kiska – Ancien président, Slovaquie
Marie-Louise Coleiro Preca – Ancienne présidente, Malte
Moritz Leuenberger – Ancien président, Suisse
Valdis Zatlers – Ancien président, Lettonie
Geir H. Haarde – Ancien Premier ministre, Islande
Guy Verhofstadt – Ancien Premier ministre, Belgique
Dalia Grybauskaitė – Ancienne présidente, Lituanie
Emil Constantinescu – Ancien président, Roumanie
Vaira Vīķe-Freiberga – Ancienne présidente, Lettonie
Guntis Ulmanis – Ancien président, Lettonie
Pedro Passos Coelho – Ancien Premier ministre, Portugal
Aleksander Kwaśniewski – Ancien président, Pologne
Bronisław Komorowski – Ancien président, Pologne
Toomas Hendrik Ilves – Ancien président, Estonie
Raimonds Vējonis – Ancien président, Lettonie
Milan Kučan – Ancien président, Slovénie
Andrius Kubilius – Ancien Premier ministre, Lituanie
Kazimierz Marcinkiewicz – Ancien Premier ministre, Pologne
Lawrence Gonzi – Ancien Premier ministre, Malte
Gordon Bajnai – Ancien Premier ministre, Hongrie
Janez Janša – Ancien Premier ministre, Slovénie
Andrus Ansip – Ancien Premier ministre, Estonie
Pandeli Majko – Ancien Premier ministre, Albanie
Miro Cerar – Ancien Premier ministre, Slovénie
Georgi Bliznashki – Ancien Premier ministre, Bulgarie
Iveta Radičová – Ancienne Premier ministre, Slovaquie
Joseph Muscat – Ancien Premier ministre, Malte
Hanna Suchocka – Ancienne Premier ministre, Pologne
Igor Lukšić – Ancien Premier ministre, Monténégro
Petre Roman – Ancien Premier ministre, Roumanie
Zlatko Lagumdžija – Ancien Premier ministre, Bosnie-Herzégovine
Mario Frick – Ancien Premier ministre, Liechtenstein
Emil Boc – Ancien Premier ministre, Roumanie
Taavi Rõivas – Ancien Premier ministre, Estonie
Ricardo Lagos Escobar – Ancien président du Chili
Miguel Ángel Rodríguez Echeverría – Ancien président, Costa Rica ; ancien secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA)
César Gaviria – Ancien président, Colombie ; ancien secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA)
Mauricio Macri – Ancien président, Argentine
Sebastián Piñera E. – Ancien président, Chili
Vicente Fox – Ancien président, Mexique
Felipe Calderón – Ancien président, Mexique
Iván Duque – Ancien président, Colombie
Francisco Sagasti – Ancien président, Pérou
Osvaldo Hurtado – Ancien président, Équateur
Andrés Pastrana – Ancien président, Colombie
Aníbal Torres Vásquez – Ancien Premier ministre, Pérou
Jamil Mahuad – Ancien président, Équateur
José María Figueres – Ancien président, Costa Rica
Eduardo Rodríguez Veltzé – Ancien président, Bolivie
Rosalía Arteaga Serrano – Ancienne présidente, Équateur
Elbegdorj Tsakhia – Ancien président et ancien Premier ministre, Mongolie
Aminata Touré – Ancienne Premier ministre, Sénégal
Moncef Marzouki – Ancien Président, Tunisie
Carlos Alvarado Quesada – Ancien président, Costa Rica
Pedro Angulo Arana – Ancien Premier ministre, Pérou
Mercedes Aráoz – Ancienne Premier ministre, Pérou
Avdullah Hoti – Ancien Premier ministre, Kosovo
Jaume Bartumeu-Cassany – Ancien Premier ministre, Andorre
Vytautas Landsbergis – Ancien chef d’État, Lituanie
Jorge Fernando Quiroga Ramírez – Ancien président, Bolivie
Rafael Ángel Calderón Fournier – Ancien président, Costa Rica
Eduardo Frei Ruiz-Tagle – Ancien président, Chili
Carlos D. Mesa Gisbert – Ancien président, Bolivie
Federico Franco – Ancien président, Paraguay
Mireya Moscoso – Ancienne présidente, Panama
Ernesto Pérez Balladares – Ancien président, Panama
Laura Chinchilla Miranda – Ancienne présidente du Costa Rica
Luis Guillermo Solís Rivera – Ancien président du Costa Rica
Juan Carlos Wasmosy – Ancien président, Paraguay
Nicolás Ardito Barletta – Ancien président, Panama
Carlo Cottarelli – Ancien Premier ministre désigné, Italie
Gian Nicola Berti – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Alexandru Athanasiu – Ancien Premier ministre, Roumanie
Andrea Zafferani – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Giuseppe Maria Morganti – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Guerino Zanotti – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Rosa Zafferani – Ancienne capitaine-régente, Saint-Marin
Matteo Ciacci – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Luca Boschi – Ancien capitaine régent, Saint-Marin
Michele Muratori – Ancien capitaine-régent, Saint-Marin
Ántero Flores-Aráoz E. – Ancien Premier ministre, Pérou