jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIl ne doit pas y avoir de nouveau massacre à Achraf –...

Il ne doit pas y avoir de nouveau massacre à Achraf – Maryam Radjavi

CNRI – « Je demande au gouvernement occidentaux pourquoi ils ont gardé le silence sur la date butoir criminelle du gouvernement irakien pour fermer le camp alors que ce dernier a déjà commis deux massacres à Achraf. Les membres de l’UE veulent-ils être témoins d’une autre catastrophe dont ils auront été prévenus ? » a demandé Mme Radjavi au Parlement européen à Bruxelles le 19 octobre.

La présidente élue de la Résistance iranienne s’exprimait dans une conférence internationale organisée par le groupe interparlementaire des Amis d’un Iran Libre au Parlement européen. La conférence était présidée par l’eurodéputé Jim Higgins du bureau du PE et regroupait de nombreux parlementaires, notamment le vice-président du PE Alejo Vidal-Quadras, et des invités de marque étrangers comme  l’ancien commissaire européen allemand Günter Verheugen.

Voici l’intervention de Mme Radjavi :
 
Je suis ravie d’être ici à nouveau, au siège de la démocratie européenne. La présence de personnalités et de représentants élus des Etats-Unis et d’Europe à nos côtés aujourd’hui afin de parler d’une solution pour la protection des résidents d’Achraf et mettre fin à la dictature en Iran. Votre présence symbolise la conscience éveillée du monde qui dit clairement :
–  Nous ne voulons pas et il ne doit pas y avoir de nouveau massacre à Achraf.
 – Il faut mettre fin au blocus, à la répression et à l’inscription sur la liste noire de l’opposition iranienne, qui est la dernière et la seule solution au problème de l’Iran.
– Et enfin, il faut reconnaitre le droit du peuple iranien à résister à la dictature pour sa liberté.

Six mois ont passé depuis que les forces irakiennes ont attaqué Achraf à l’instigation du régime iranien. Durant cette période, les mollahs ont eu recours à toutes sortes d’agressions et de pressions contre les habitants du camp. Cela reflète la situation de crise à laquelle le régime est confronté. Car en Iran, il se sent menacé par la montée du mécontentement populaire et dans la région, par la vague des révolutions. Pour échapper à ces problèmes, les mollahs ont accéléré leur course à l’arme atomique.
Parallèlement, ils ont recours à davantage de terrorisme. La semaine dernière, un complot de grande ampleur des mollahs a été déjoué à Washington. Enfin, ils ne perdent aucune occasion d’attaquer Achraf.

Il y a deux semaines, le CNRI a révélé que sur l’ordre des mollahs de Téhéran, le gouvernement irakien faisait obstacles aux organisations internationales qui tentent de résoudre la crise d’Achraf.. Le gouvernement irakien veut perturber le processus du HCR pour définir le statut des résidents, c’est-à-dire de le subordonner à sa propre volonté et le retarder, pour qu’à la fin décembre, l’absence d’avancée lui serve de prétexte à une nouvelle attaque meurtrière.  

Des sources de la Résistance au sein du régime des mollahs nous ont informés d’un complot conjoint du régime iranien et de ses alliés irakiens pour attaquer et occuper d’autres parties d’Achraf, ce qui constitue un plan pour un autre massacre. Dans ces circonstances, la protection des résidents d’Achraf est une question d’urgence.

À cet égard, la récente décision de la baronne Ashton de nommer un représentant personnel pour Achraf est inestimable. Au nom du peuple iranien et de sa Résistance, je l’en remercie très sincèrement. Cet acquis est le résultat d’efforts menés par M. Alejo Vidal Quadras, ainsi que MM. Struan Stevenson et James Higgins.

Le gouvernement irakien, qui agit à l’instigation des mollahs, considère l’envoyé spécial comme un obstacle à son plan de destruction d’Achraf. C’est pourquoi il est nécessaire que l’envoyé spécial accélère ses efforts pour protéger les habitants. Un déplacement en Irak est un pas dans cette direction. Il est également prévu qu’en plus du Parlement européen, les États membres et la Commission européenne utilisent leurs moyens et leur influence pour aider l’envoyé spécial de l’UE à protéger les habitants du camp.

Chaque année, les gouvernements occidentaux, en particulier l’Union européenne, versent une aide financière énorme pour la reconstruction de l’Irak et apportent toutes sortes d’aides techniques, de formation et militaires. Cela permet à l’Union européenne en tant que puissance majeure de jouer un rôle de premier plan pour pousser le gouvernement irakien à respecter ses obligations internationales. Nous demandons aussi aux États-Unis de soutenir la mission de l’envoyé spécial de l’UE. Nous demandons au Secrétaire général de l’ONU et à la Haut Commissaire aux droits de l’homme de prendre des mesures pour l’installation au plus vite d’observateurs de l’ONU à Achraf. La présence d’une équipe d’observateurs de l’ONU à Achraf jusqu’à la réinstallation des habitants dans les pays tiers apportera une garantie pour éviter une nouvelle catastrophe humanitaire. Malheureusement, les gouvernements européens, face à l’initiative de la baronne Ashton, n’ont pas encore assumé leur responsabilité de protéger.

Je leur demande pourquoi ils ont gardé le silence sur la date butoir criminelle imposée par le gouvernement irakien pour fermer le camp alors que le gouvernement irakien a déjà commis deux massacres à Achraf. Les membres de l’UE veulent-ils être témoins d’une autre catastrophe dont ils auront été prévenus ?

Cette date butoir est destinée à provoquer l’échec du plan du Parlement européen et à neutraliser les efforts des Nations Unies visant à trouver une solution pour Achraf.
Les gouvernements occidentaux doivent prendre des mesures pour annuler cette date butoir afin que le HCR puisse remplir de ses responsabilités vis-à-vis des résidents d’Achraf.

Je demande à la baronne Ashton, au Secrétaire général de l’ONU et à la Haut Commissaire aux droits de l’homme de protester contre ce délai funeste. Je demande aussi aux États-Unis et à l’Union européenne de contraindre le gouvernement irakien à retirer ce délai. La suppression de ce délai ne coûte rien aux puissances occidentales. Elles peuvent facilement le faire et c’est un minimum pour protéger les habitants d’Achraf. Je préviens que le silence occidental vis-à-vis de cette date butoir est un feu vert pour le prochain carnage.

Je préviens que le temps nous est compté. Nous ne pouvons nous permettre de perdre du temps car il s’agit d’éviter une catastrophe humanitaire.

N’oubliez pas que le régime des mollahs fait obstacle au printemps arabe. Si on ne l’arrête pas à temps, les peuples de ces pays perdront tous leurs acquis. 

Le seul moyen de s’opposer aux mollahs est dans les mains du peuple iranien et de sa résistance.  La communauté internationale doit se placer aux côtés du peuple iranien en apportant son soutien à ce mouvement et non en lui barrant la route. C’est un peuple qui mérite une démocratie parlementaire et une république fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat, qui mérite une société fondée sur le respect des droits humains, débarrassée de la peine de mort, et une société où règne l’égalité des femmes et des hommes, où les femmes joue un rôle égale à la direction politique.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe