vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeIran : Rohani défend fermement les atrocités d'Assad à New York

Iran : Rohani défend fermement les atrocités d’Assad à New York

Iran : Rohani défend fermement les atrocités d'Assad à New York

Le mollah Rohani, Président du fascisme religieux au pouvoir en Iran, a soutenu de manière scandaleuse les atrocités de Bachar Assad devant l’Assemblée Générale de l’ONU et dans ses autres discours à New York. Il y décrit l’ingérence meurtrière du régime dans la région comme un moyen de lutter contre le « terrorisme ». Cette justification insolente du plus grand crime du siècle, en particulier dans un cadre où la rhétorique diplomatique prévaut, montre une fois de plus les similitudes entre Rohani et Khamenei.

En effet, quand il s’agit des politiques fondamentales du régime, tels que l’exportation de l’intégrisme et le terrorisme, Rohani n’est en rien différent de Khamenei ou d’autres factions de ce fascisme religieux. Ce point a été soulevé par la Résistance iranienne dès le premier jour. 

Le Président d’un régime dont la cheville ouvrière de la politique étrangère est l’exportation du terrorisme, le bellicisme, les prises d’otages et le chantage, a déclaré à l’Assemblée générale de l’ONU : « nous proposons qu’aucun pays ne soit autorisé à se servir du terrorisme à des fins d’intervention dans les affaires d’autres pays (…) Comme nous avons aidé à l’instauration de la démocratie en Irak et en Afghanistan, nous sommes prêts à aider à l’instauration de la démocratie en Syrie et aussi au Yémen (…) Dès maintenant, nous pouvons travailler à l’élaboration d’un plan pour résoudre les problèmes d’un Moyen Orient détruit, aux griffes de la brutalité et de la sauvagerie. » 

Le Président d’un régime, dont les dirigeants reconnaissent que sa survie dépend principalement de la survie du dictateur syrien, a déclaré dans une interview à CNN le 28 septembre : « en Syrie, alors que notre objectif premier est de chasser les terroristes et de lutter contre eux pour les vaincre, nous n’avons d’autre solution que de renforcer l’autorité centrale, le gouvernement central de ce pays comme siège central du pouvoir (…) Je pense qu’aujourd’hui tout le monde a accepté que le Président Assad devait rester afin que nous puissions lutter contre les terroristes. » Lorsqu’on lui a demandé pourquoi son régime soutenait un homme qui « a tué 250000 personnes parmi ses propres citoyens, qui en a fait errer 10 millions dans le pays à la recherche de sécurité ou pour quitter le pays (…) un homme que beaucoup désignent comme responsable de l’apparition de Daech en premier lieu », il répond que telle est l’interprétation des Etats-Unis et de l’Occident. 

L’Associated Press rapporte, au sujet de la conférence de presse qui a eu lieu le 25 septembre à New York, que « Rohani a défendu le gouvernement du Président Bachar al-Assad contre les accusations de brutalité face à ses adversaires. Il a nié toute connaissance de l’utilisation de ‘bombes barils’ contre les civils dans la guerre civile en Syrie, mais a suggéré que Damas avait le droit d’utiliser tout ce qu’il a à sa disposition pour contrer les terroristes (…) Les puissances mondiales ont eu tort d’essayer de sortir l’Iran des discussions sur la manière de traiter la menace [de Daech] ». Voilà les déclarations du Président du régime, que le peuple iranien appelle le ‘Parrain de Daech’ et que les pays de la région ont surnommé « Abou Daesh [père de Daech] ». 

Alors qu’il est de notoriété publique que plus de 90% des réfugiés syriens ont échappé aux bombardements de Bachar al-Assad, à ses mesures répressives, ou au recrutement forcé pour son armée, Rohani a déclaré à CBS dans une interview précédant son voyage à New York : « regardez, dans une région où une grande partie du pays a été occupée par des terroristes, où il y a eu effusion de sang à l’intérieur même du pays, où des millions de personnes ont été déplacées, comment est-il possible que nous combattions les terroristes de ce pays, sans soutenir et aider le gouvernement dudit pays ? Comment pouvons-nous combattre les terroristes sans que le gouvernement ne reste ? » 

Telles sont les déclarations du représentant d’un régime, dont les pasdaran et leurs mandataires ont versé le sang des peuples dans toute la région, de l’Irak à la Syrie, au Liban et au Yémen. C’est aussi celles de ce régime, qui est l’élément déclencheur du massacre de plusieurs centaines de milliers de personnes innocentes en Syrie et en Irak et du déplacement de la moitié du peuple syrien et de millions d’Irakiens. 

Permettre l’implication du régime iranien dans la crise Syrienne et manquer de fermeté contre le tyran syrien reviendrait à amplifier la crise, à prolonger et à élargir le conflit. Le régime iranien ne sera jamais une solution à une crise qu’il a lui-même créée. Les crimes commis par Bachar al-Assad, le régime iranien et la force terroriste Qods sont la principale cause de la migration de plus de la moitié du peuple syrien et du flot de réfugiés vers l’Europe. Le régime iranien voit sa survie dans la survie du régime d’Assad. Khamenei a souligné à maintes reprises que la Syrie est la première ligne stratégique du régime et qu’Assad devait être soutenu jusqu’au bout. 

Chamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale du régime, a déclaré, concernant la cérémonie d’enterrement du général de brigade Taqavi le 29 décembre 2014 que « les commères malsains disent de nos jours pourquoi se soucier de ce qui se passe en Irak et en Syrie ? Mais si nous ne nous battons pas en Irak et en Syrie et si des gens comme Taqavi ne sacrifient pas leur vie à Samarra, nous devrons alors verser notre sang à Sistan, à Chiraz et à Ispahan. Taqavi et des personnes comme lui sacrifient aujourd’hui leur vie de façon à ce que à ce que nous n’ayons pas à verser notre sang à Téhéran ».

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 30 septembre 2015

 

Lire aussi:

Iran: Khamenei met l’accent sur les pasdaran comme seul pilier de régime

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe