jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireWashington Times : L'Iran utilise des sociétés écrans pour éviter les sanctions...

Washington Times : L’Iran utilise des sociétés écrans pour éviter les sanctions de l’ONU

CNRI – Le Washington Times citant l’information fournie par le Conseil national de la Résistance iranienne a publié un article mercredi sur l’utilisation par le régime iranien de sociétés écrans pour éviter les sanctions de l’ONU.

Le WT écrit que "l’Iran utilise des sociétés écrans nouvellement créées pour tenter de contrecarrer les Etats-Unis et les sanctions des Nations unies contre son programmes nucléaires, selon des rapports et des informations fournis par un groupe majeur d’opposants iranien en exil."

"Dans deux cas, les autorités iraniennes ont simplement changé de nom et d’adresse postale du siège des sociétés récemment ciblées par des sanctions du Trésor américain et du Conseil de sécurité de l’ONU. Les deux sociétés – Pars Tarash Co. et Farayand Technique Co. – sont impliqués dans la l’expérimentation, la production et le stockage de centrifugeuses nécessaires à l’enrichissement d’uranium, un obstacle technique sensible dans la production d’armes nucléaires.

"Les accusations contre l’utilisation des nouvelles sociétés écrans ont été portées par le Conseil national de la Résistance iranienne basé à Paris (CNRI), qui prone le renversement du régime de Téhéran.
 
"Le porte-parole de presse du Conseil, Shahine Gobadi a dit que les accusations montraient la futilité des négociations et des compromis pour faire  abandonner à l’Iran ses ambitions nucléaires.

"Les mollahs n’abadonneront jamais leur quete de l’arme nucléaire," a-t-il dit, appelant à des "sanctions générales en armes, en technologie, diplomatiques et pétrolières" contre Téhéran.

“Dans le cas Farayand, selon le CNRI, les autorités iraniennes ont simplement rebaptisé la société" Technology of Centrifuge of Iran Co.",  transférant le siège à un immeuble de bureaux dans les quartiers du nord de Téhéran. Le changement de nom et d’adresse est intervenu après une visite de l’Agence internationale de l’énergie atomique, le gendarme nucléaire des Nations Unies.

Le Washington Times ajoute que “le groupe dissident a dit aussi que Jafar Mohammadi, un spécialiste nucléaire de premier plan du ministère de la Défense nationale, avait récemment été nommé à la tete de la société rebaptisée.”

Mohammadi était un de sept Iraniens nommés visé par les sanctions de l’ONU en décembre, inscrit comme conseiller technique de l’Organisation de l’Énergie atomique de l’Iran, qui supervise tous les programmes nucléaires iraniens et rend compte directement au président de régime iranien, Mahmoud Ahmadinejad.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe