samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceVidéo - John Bolton : Le temps de la complaisance avec les mollahs...

Vidéo – John Bolton : Le temps de la complaisance avec les mollahs iraniens dans les relations avec les États-Unis est révolu

John Bolton : Le temps de la complaisance avec les mollahs iraniens dans les relations avec les États-Unis est révolu

CNRI – Dans son intervention à l’occasion de Norouz (le nouvel an iranien) célébré à Tirana, John Bolton, l’ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU, a exprimé sa joie d’être avec les membres de l’opposition iranienne en Albanie. Il était notamment aux côtés de Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, Elona Gjebrea, ministre adjoint de l’Intérieur albanais, Pandeli Majko, ancien Premier ministre albanais et David Muniz, ambassadeur américain adjoint en Albanie.

Les participant ont souhaité que la nouvelle année soit celle de la rupture des chaînes de la dictature religieuse au pouvoir en Iran.

L’ancien ambassadeur a déclaré :

Je suis ravi de vous voir tous ici en Albanie. Heureux de vous rencontrer ici et je suis convaincu qu’un jour nous nous reverrons au sein d’un Iran libre. Je tiens à remercier sincèrement le gouvernement d’Albanie. Ils ont pris une décision humanitaire et gracieuse en vous accordant l’asile après les épreuves et les tragédies que vous avez subies au camp d’Achraf et au camp Liberty. Cette obligation d’asile et l’engagement du gouvernement des États-Unis pour protéger la population d’Achraf … 

Et à présent, j’ai quelques mots pour les mollahs de Téhéran : L’ère d’or (de la complaisance) dans les relations avec les États-Unis est révolue. Il est vital que le monde entier comprenne que la politique américaine au sujet du régime des mollahs, leur soutien au terrorisme international et leur programme d’armes nucléaires, ont fondamentalement changé. Certes, il y a des détails qui restent à résoudre, qui doivent être articulés, mais l’idée que ce régime de Téhéran a une légitimité, que sa parole peut être digne de confiance, qu’il honorera ses engagements, ces illusions ont été balayées.

La menace de prolifération nucléaire que représentent les mollahs est l’un des aspects les plus dangereux pour la liberté et l’autonomie que nous pouvons imaginer dans le monde. L’idée qu’un accord avec un régime comme celui-ci pourrait, soit les ralentir ou assurément arrêter le programme nucléaire, était malavisée depuis le début.

Je pense que quand il était candidat, Donald Trump l’a bien précisé, et c’est après tout l’homme qui a écrit le livre intitulé « The Art of the Deal », et a décrit l’accord comme l’un des pires jamais conclus par les Etats-Unis dans son histoire diplomatique. Et les ayatollahs sont informés du fait que cet accord a une durée de vie très limitée. Nous avons déjà vu le changement de politique se faire sentir lors du récent voyage du secrétaire d’État Tillerson au Japon, en Corée.

Ambassador John Bolton, Celebrating Nowruz with the Iranian Resistance, March 2017

Le message était très clair à l’égard du programme d’armes nucléaires nord-coréen, lorsqu’il a déclaré : « la politique antérieure de la soi-disant patience stratégique est révolue et terminée. » En ce qui concerne les armes nucléaires, il ne peut y avoir de patience avec leur propagation. Je pense que compte tenu de ce que nous savons sur les relations entre la Corée du Nord et le régime des Mollahs, leur coopération sur les programmes de missiles balistiques, leur coopération dans le domaine nucléaire, une ligne différente de celle de la Corée du Nord est juste la première étape vers une ligne très différente concernant le programme des mollahs.

Il s’agit d’un accord que le régime de Téhéran a déjà violé de plusieurs façons que nous connaissons, et je suis convaincu qu’il l’a violé à bien des égards à notre insu, en dissimulant des programmes aux inspecteurs internationaux, en manipulant certains d’entre eux, peut-être même en Corée du Nord.

Le fait est que le régime demeure sur la liste américaine des États sponsors du terrorisme, c’est la définition même d’un régime parasite qui est en quête d’armes nucléaires, qui parraine le terrorisme et l’oppression de ses propres citoyens. C’est un régime voyou. Pas un peuple voyou, mais un régime voyou.

C’est pourquoi j’ai cru depuis plus d’une décennie que la politique déclarée des États-Unis devrait être un changement de régime en Iran. Le plus tôt serait le mieux, pour la paix et la sécurité internationales, et pour le peuple souffrant de l’Iran.

Mais maintenant, à court terme, nous devons faire face aux conséquences de cet accord sur les programmes d’armes nucléaires, quelque chose que j’ai appelé un Waterloo diplomatique américain. Je voudrais simplement à ce stade adresser un avertissement amical aux entreprises Américaines, aux entreprises Européennes et aux entreprises du monde entier : les sanctions internationales imposées à cause du programme nucléaire des mollahs ont été allégées, mais les sanctions américaines, qui sont destinées à leur parrainage du terrorisme dans le monde entier, sont maintenues. La désignation du régime en tant qu’État sponsor du terrorisme est maintenue.

Je dirais qu’aucune entreprise américaine responsable ne devrait faire affaire avec un État sponsor du terrorisme. Et je dirais la même chose pour les entreprises Européennes. Il est vrai que, dans le cadre de l’accord, peut-être que 150 milliards de dollars d’actifs ont été dégelés et donnés au régime et que de nombreux accords ont déjà été signés, mais il y a encore fort à faire et toute entreprise qui exerce une activité économique, commerciale ou d’investissement avec ce régime risque le capital de ses actionnaires, elle risque sa réputation et elle risque certainement de ne jamais récupérer cet argent. Donc, avant que les hommes d’affaires ne prennent un avion en direction de Téhéran, pendant que ce régime demeure au pouvoir, n’oubliez pas que les yeux du monde sont toujours sur vous.

Ce que nous voulons tous voir en Iran est un gouvernement représentatif, avec le peuple iranien autorisé à élire ses propres dirigeants. J’ai observé l’OMPI et le CNRI depuis de nombreuses années et j’ai examiné soigneusement la plateforme de l’OMPI, j’ai noté son programme, en particulier en ce qui concerne la renonciation aux armes nucléaires. C’est le genre de débat que l’Iran doit avoir. Ce sont les types de principes qui doivent être défendus.  

Comme je l’ai dit, nous attendons les détails de ce que sera le programme de l’administration Trump. Comme d’habitude, il y a un débat au sein des États-Unis, aucune transition américaine d’un président à l’autre ne se déroule aussi rapidement que nous le souhaitons. Je demande juste un peu plus de patience pendant que cela s’arrange. Je pense qu’il y a des mesures que l’administration envisage, que je préconiserais certainement, en commençant par mettre les pasdaran sur la liste des organisations terroristes étrangères le plus tôt possible.

Les pasdaran sont devenus des ennemis de l’Amérique, dès le jour où notre ambassade a été prise en otage à Téhéran au début de la révolution de 1979, se poursuivant un autre jour de l’année 1983 à Beyrouth, lorsqu’un officier des pasdaran se trouvait sur une colline en regardant à travers les jumelles alors qu’un groupe précédent du Hezbollah attaquait la caserne des marines américaines et tuait plus de 250 marines américains, pendant que des milices entraînées et armées par les pasdaran en Irak ont ​​attaqué les troupes américaines. Ceci est une longue histoire et ce n’est pas quelque chose que les États-Unis devraient négliger. Donc, j’espère que les pasdaran, la véritable organisation terroriste, seront listés une fois pour toute – et ce sera une journée aussi belle que lorsque l’OMPI a été enlevée de cette liste à juste titre.

Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire et cela peut sembler parfois comme un voyage frustrant. Mais tout ce que je peux dire, c’est que c’est une merveilleuse fête, joyeux Norouz à vous tous.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe