samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireUSA: l'uranium russe livré à l'Iran conforte les exigences internationales

USA: l’uranium russe livré à l’Iran conforte les exigences internationales

Agence France Presse  – La Maison Blanche a indiqué lundi que la livraison d’uranium par la Russie à l’Iran constituait une raison de plus pour que la République islamique suspende ses activités nucléaires les plus sensibles, comme le réclame la communauté internationale.

La Maison Blanche s’est aussi montrée relativement confiante dans le fait que le nécessaire avait été fait pour que l’Iran ne détourne pas l’uranium russe; elle a relevé que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui veille à la non-prolifération, était impliquée dans l’affaire et que la livraison avait eu lieu en concertation avec les Etats-Unis.

"Si les Russes fournissent aux Iraniens leur combustible, les Iraniens n’ont aucune raison d’enrichir eux-mêmes l’uranium", a dit un porte-parole de la Maison Blanche, Gordon Johndroe.

Mais la livraison d’uranium russe "a fait partie des discussions dès le premier jour, nous n’avons donc pas d’objection", a dit la porte-parole du président George W. Bush, Dana Perino.

Cependant, "nos inquiétudes au sujet de l’Iran continuent d’être très fortes, comme celles de nos alliés", a-t-elle dit.

La Russie a annoncé lundi avoir commencé à livrer à l’Iran l’uranium devant servir de combustible à la première centrale nucléaire civile que les Russes construisent avec les Iraniens à Bouchehr (sud de l’Iran). Cette livraison a eu lieu au moment où la communauté internationale, Etats-Unis en tête, pousse à la suspension par l’Iran de ses activités d’enrichissement d’uranium.

"Cette livraison de combustible fournit une raison supplémentaire à l’Iran pour suspendre son programme nucléaire" d’enrichissement, a dit M. Johndroe.

Parallèlement à la construction de la centrale de Bouchehr, l’Iran mène un programme d’enrichissement qui alarme les Etats-Unis et une grande partie de la communauté internationale.

L’Iran dit que ce programme d’enrichissement doit fournir le combustible pour ses futures centrales nucléaires civiles. Mais les Etats-Unis s’inquiètent que ces activités ne soient détournées pour produire la matière nécessaire à la bombe atomique.

Interrogé sur les assurances que la Russie aurait données aux Etats-Unis quant à la non-prolifération, M. Johndroe a répondu que Washington avait été en contact avec Moscou au sujet de la livraison.

La Maison Blanche a aussi noté les assurances russes selon lesquelles tout se déroulait sous le contrôle de l’AIEA.

L’administration Bush a longtemps été réticente à cette livraison de combustible, s’inquiétant d’un détournement à des fins militaires. Pour obtenir que l’Iran suspende l’enrichissement, elle soutient la proposition russe d’un consortium qui fournirait à l’Iran l’uranium nécessaire au fonctionnement de ses futures centrales civiles et le récupèrerait une fois qu’il aurait servi.

La Maison Blanche s’est employée à assurer que la livraison russe ne représentait pas une fracture dans le front international vis-à-vis de l’Iran.

"La communauté internationale reste unie dans son désir de voir le régime iranien se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité" de l’ONU, le pressant de suspendre l’enrichissement, a dit M. Johndroe.

Les Etats-Unis poussent à l’adoption par le Conseil de sécurité d’un troisième train de sanctions punissant le refus de l’Iran d’obtempérer.

La faculté américaine à surmonter les résistances russes paraît cependant avoir été amoindrie par la publication récente d’un rapport du Renseignement. Celui-ci indique que l’Iran aurait arrêté en 2003 un programme secret de fabrication de l’arme nucléaire et paraît moins déterminé aujourd’hui à se doter de la bombe atomique que le Renseignement ne le pensait il y a deux ans.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe