mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsUn expert du régime iranien évoque le massacre de 1988

Un expert du régime iranien évoque le massacre de 1988

Un expert du régime iranien évoque le massacre de 1988

CNRI – Mohammad Sadegh Kushki, un expert des questions politiques et internationales de la faction de Khamenei, a souligné que la solution à la crise du mécontentement populaire et aux manifestations est l’utilisation d’éléments criminels tels que Assadollah Lajvardi (chef de la prison d’Evine connu comme le bourreau d’Evine dans les années 1980), et de juges criminels comme Mohammadi Gilani (un autre auteur des massacres) et Ahmad Jannati (secrétaire du Conseil des gardiens).

Mohammad Sadegh Kushki a déclaré sur Ofogh TV (une chaîne de télévision officielle), le 24 Juillet: « Quand nous demandons aux gens, pourquoi rompez-vous votre jeûne dans la rue (pendant le Ramadan) ? Ils répondent que cela est un mensonge, regardez, tous les enfants de responsables (gouvernement) sont des voleurs, s’il y a un jour de résurrection ils seront les premiers à être jetés en enfer, et ensuite on viendra à nous qui avons rompu notre jeûne dans la rue. »

Cet expert du régime ajoute : « Nous disons aux filles, aux dames, voici la République islamique d’Iran, où est votre foulard, il est mal et obscène pour vous de ne pas porter le voile. Elles répondent : Allez d’abord empêcher les détournements des fonds publics et les rentiers que sont les enfants des autorités … »

Mentionnant les auteurs des massacres des années 1980, qui ont même exécuté leurs propres enfants parce qu’ils étaient membre de l’OMPI, Kushki a ajouté : « Dans les années qui ont suivi la révolution, parmi ces autorités respectables de la République islamique, nous avons des gens qui ont eu les attitudes les plus fermes avec leurs enfants, comme M. Mohammadi Gilani, M. Jannati… Au début de la révolution, certains responsables dont les enfants ont été punis pour avoir rejoint l’OMPI ont déclaré que quoi qu’il en soit, ils méritaient d’être punis… Nous avons besoin de personnes comme Lajevardi pour faire face à l’OMPI. »