dimanche, septembre 25, 2022
AccueilActualitésActualités: SociétéLa pauvreté en Iran vue par les médias du régime

La pauvreté en Iran vue par les médias du régime

La pauvreté en Iran vue par les médias du régime

De la vente de parties du corps à la recherche de nourriture dans les poubelles, les médias sociaux en Iran regorgent de vidéos déchirantes de personnes qui tentent désespérément de gagner leur vie.

Au lieu de fournir une véritable solution à la crise économique de l’Iran, le président du régime, Ebrahim Raïssi, a ordonné l’éradication de la pauvreté !

« Nous attendons des gouverneurs qu’ils utilisent toutes les capacités possibles pour éradiquer la pauvreté avant d’atteindre le [Nouvel An persan] de 1401« , a-t-il déclaré selon les médias d’État iraniens. Depuis qu’il est devenu président du régime en juin 2021 avec des promesses alléchantes de revitalisation de l’économie iranienne en difficulté, Raïssi a poursuivi son orthophonie et sa rhétorique creuse. Un clip vidéo a circulé sur les réseaux sociaux montrant Raïssi demandant à un homme, qui parle de ses difficultés financières, s’il a déjeuné ou non !

«De telles déclarations non professionnelles du président ont des conséquences sociales. Les sociologues pensent que prononcer de tels slogans décourage les gens plus que jamais», a écrit le quotidien public Jahan-e Sanat à propos des nouvelles prétentions de Raïssi sur la lutte contre la corruption le 7 mars.

« Si le gouvernement essaie de résoudre le problème de la pauvreté dans la société, il doit d’abord entendre la voix des manifestants de différents horizons qui se rassemblent chaque jour devant le ministère du Travail en raison des faibles revenus et de la pauvreté. », ajoute le journal.

« Au moins un tiers de la population iranienne vit dans la pauvreté absolue, donc la situation économique doit d’abord se développer pour éradiquer la pauvreté absolue. Parfois, cependant, les autorités tentent de maintenir les divisions de classe. C’est pourquoi je pense que c’est un peu inquiétant pour le public d’entendre de tels slogans », a déclaré Amir Mahmoud Harirchi, un économiste, à Jahan-e Sanat.

« Quand on dit que la pauvreté sera éradiquée d’ici deux semaines, cela indique l’incompétence des autorités à résoudre des problèmes aussi importants. À mon avis, Raïssi n’a pas une compréhension claire du niveau de pauvreté absolue dans la population », a déclaré Harirchi, ajoutant que les gens se sentent « abandonnés ces jours-ci, ils n’ont aucun espoir d’améliorer leurs conditions de vie. Cependant, en prononçant de tels mots, le sentiment d’abandon est renforcé. Les autorités vivent dans les meilleures conditions possibles et, de fait, ne connaissent pas la pauvreté absolue. »

Iran’s minimum wage policy is a dagger in workers’ backs

Vidéo : La politique iranienne du salaire minimum est un poignard dans le dos des travailleurs

Harirchi a déclaré que Raïssi pense qu’en faisant des promesses creuses, « il pourrait restaurer la confiance perdue du public », mais « comment diable pourrions-nous éradiquer la pauvreté en deux semaines? »

Les protestations en cours en Iran par des personnes de tous horizons qui interpellent Raïssi et ses promesses de réforme économique et de lutte contre la corruption témoignent de l’état explosif de la société.

Raïssi fait de vaines promesses d’éradication de la pauvreté sans proposer de plan robuste et rigoureux. Pendant ce temps, les gens entrent dans le Nouvel An persan de 1401 et terminent les derniers jours d’une « décennie perdue« , selon le quotidien public Donyaye Eghtesad du 6 mars. « Cette décennie, en raison de la forte inflation et du taux de chômage, manque d’investissements et de progrès est considérée comme une décennie perdue. »

Les Iraniens sont embourbés dans une pauvreté abjecte, mais croire que Raïssi est prêt à résoudre leurs problèmes est une fausse idée. Le Guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a nommé le « juge des pendaisons » comme président de son régime pour intimider la population et montrer ses dents à ceux qui demandent un changement de régime. Le régime ne veut pas et ne peut pas résoudre les problèmes de l’Iran, car il est déterminé à acquérir la bombe nucléaire et a besoin de chaque centime pour développer sa bombe et alimenter ses guerres par procuration.

Ainsi, les responsables du régime, les experts et les médias d’État mettent en garde contre un soulèvement prévisible. « Tant que la manière actuelle de gouverner ne changera pas, le système ne trouvera pas la paix et la stabilité. Nous serons empêtrés dans des crises jusqu’à ce que les autorités s’en aperçoivent. Le plus grand perdant de cette manière est le gouvernement lui-même, qui vit une situation dangereuse », a averti Farasham Momeni, un économiste, dans son entretien avec le journal officiel Arman-e Meli le 5 mars.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe