lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran remet des documents à l'AIEA

L’Iran remet des documents à l’AIEA

L’Iran remet des documents à l'AIEAThe Associated Press  – L’Iran a fourni à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique des documents sensibles qui semblent être liés à la conception d’ogives nucléaires, dernière tentative de Téhéran pour éviter de faire l’objet d’un renvoi devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, ont déclaré des diplomates mardi.

Ces diplomates ont confié à Associated Press qu’une page et demie décrivant comment couler l’uranium fissile dans des têtes nucléaires de forme hémisphérique a été transmise aux inspecteurs de l’AIEA la semaine dernière.

Parallèlement, l’agence des Nations Unies a présenté à l’Iran des renseignements, fournis par les États-Unis, qui suggèrent que Téhéran travaille sur des armes nucléaires et a réclamé une réponse, selon les diplomates qui ont souhaité garder l’anonymat en raison du caractère confidentiel de l’information.

A la fin de l’année dernière, les inspecteurs ont vu le document qui montrait apparemment comment mouler de l’uranium hautement enrichi dans le cœur des ogives nucléaires, et celui-ci figurait dans le rapport de novembre du secrétaire de l’AIEA, Mohamed ElBaradei.

On rapporte que l’agence de surveillance nucléaire de l’ONU s’est procurée ces documents à ce moment-là mais les diplomates ont affirmé vendredi que Téhéran les lui avait fournis la semaine dernière, dans une démonstration de coopération destinée à parer au consensus international qui se renforce autour d’un renvoi de l’Iran devant le Conseil de Sécurité en raison des suspicions selon lesquelles ses activités nucléaires seraient un prétexte pour le développement d’armes.

Le document a été remis à l’Iran par des membres du réseau du marché noir nucléaire, d’après le rapport de novembre de l’AIEA. Il explique comment couler « du métal d’uranium enrichi, naturel et appauvri dans des formes hémisphériques ».

L’Iran prétend n’avoir jamais demandé ce document mais que celui-ci lui a été remis avec d’autres achats effectués sur le marché noir.

Parallèlement, des renseignements américains (divulgués l’année dernière et basés sur des informations trouvées dans un ordinateur portable qui serait sorti clandestinement d’Iran) suggèrent que des scientifiques de Téhéran travaillaient sur les détails des armes nucléaires, dont les trajectoires de missiles et les altitudes idéales pour faire exploser les têtes nucléaires.

Les diplomates ont ajouté que les États-Unis avaient récemment déclassifié les informations et les avaient transmises à l’AIEA, qui, à son tour, les a transmises à l’Iran et a demandé une explication. La coopération de Washington avec l’agence fait partie d’une tentative américaine de prouver que l’Iran était intéressé par la fabrication d’armes, selon un diplomate informé de l’enquête de l’AIEA.

Ces événements ont été révélés juste quelques heures après un surprenant accord conclu entre les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU qui recommande que l’Iran comparaisse devant le puissant organisme en raison de son programme nucléaire controversé.

La Chine et la Russie, alliées de longue date et partenaires commerciaux de l’Iran, ont approuvé une déclaration demandant le transfert du dossier iranien devant le Conseil de Sécurité, début d’un processus très long pouvant déboucher sur des sanctions pour Téhéran.

Le conseil des 35 nations de l’AIEA doit se réunir jeudi à Vienne. Les diplomates accrédités à l’agence ont déclaré qu’avec le soutien de la Russie et de la Chine, la plupart (sinon toutes) les nations du conseil approuveraient probablement une intervention du Conseil de Sécurité. D’autres tentatives de renvoi dans le passé avaient rencontré l’opposition ferme de certains membres influents du conseil.

Bien que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France aient fait pression pour renvoyer l’affaire devant le Conseil de Sécurité, il n’était pas certain que la Chine et la Russie serait en faveur d’une telle mesure jusqu’à ce que la décision soit prise tôt vendredi à Londres.

Toutefois, les ministres des affaires étrangères des cinq nations ont déclaré que même si l’AIEA demandait officiellement cette semaine au Conseil de Sécurité d’intervenir, celui-ci devrait attendre mars pour examiner le cas de l’Iran, après parution d’un rapport officiel de l’agence sur les activités de Téhéran, ce qui reporte toute possibilité de sanctions immédiates.

Le soutien en faveur d’une intervention du Conseil de Sécurité s’est accru après que l’Iran ait levé les scellés de l’AIEA dans son usine d’enrichissement d’uranium le 10 janvier et annoncé la reprise de l’enrichissement d’uranium à petite échelle, processus pouvant produire la matière utilisée dans les réacteurs nucléaires ou dans les bombes.

Vendredi, l’Iran a mis en garde contre des tentatives de renvoi devant le Conseil de Sécurité, le négociateur nucléaire en chef Ali Larijani ayant déclaré qu’une telle mesure ne serait pas constructive et marquerait « la fin de la diplomatie ».

Mais le porte-parole du ministère des Affaires Étrangères français, Jean-Baptiste Mattei, a assuré mardi que la communauté internationale pouvait revenir en arrière si Téhéran coopérait. « Pour nous, la voie diplomatique n’est pas fermée », a affirmé Mattei.

Dans une autre concession, les inspecteurs de l’AIEA se sont vus autoriser l’accès la semaine dernière au site de Lavizan-Shian au nord de Téhéran, site suspecté d’abriter des équipements apportés par l’armée iranienne pouvant être utilisés dans le cadre d’un programme d’armes nucléaires.

Les États-Unis prétendent que l’Iran a mené des tests sur des engins hautement explosifs pouvant avoir un lien avec le développement d’armes nucléaires sur ce site.

Le département d’État a déclaré en 2004 que les bâtiments de Lavizan avaient été démontés et que la terre à cet endroit avait été retirée afin de dissimuler le fait que des expériences liées aux armes nucléaires avaient eu lieu ici. L’agence a ensuite confirmé que le site avait été rasé.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe