samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL'ancien vice-président du régime: la lutte entre Rohani, le CGRI, le renseignement...

L’ancien vice-président du régime: la lutte entre Rohani, le CGRI, le renseignement et la justice est une fausse querelle

L'ancien vice-président du régime: la lutte entre Rohani, le CGRI, le renseignement et la justice est une fausse querelle

Le soulèvement en Iran – No. 81

Représentant de Khamenei à Machad: 850 personnes ont été arrêtées à Machad, dont une cinquantaine étaient des meneurs.

L’ancien premier vice-président du régime a reconnu d’une manière sans précédent hier (mercredi 14 février) qu’en ce qui concerne la conduite de la répression, il n’y a pas de différence entre les différentes factions du régime.

Hamid Baghai a déclaré: « L’institution présidentielle, les services des renseignements des Pasdaran, le ministère du renseignement…. Ce sont tous les mêmes… Je jure devant Dieu, qu’ils sont pareil. Leurs querelles sont de fausses querelles. Le renseignement du Corps des gardiens de la révolution (CGRI / Pasdaran) et le gouvernement de M. Rohani sont identiques. Le ministère du renseignement est également pareil. Le système judiciaire est également pareil. Tout ça c’est du cinéma pour duper le peuple. »

Faisant allusion aux mises à mort des prisonniers torturés, il a déclaré: “La personne est emmenée en prison et y meurt; s’il s’est suicidé, le pouvoir judiciaire est responsable… ». Quand on proteste, ils disent que vous étiez lié à l’OMPI. »

D’autre part, le mollah Alam Al-Hoda, représentant de Khamenei et membre de l’Assemblée des experts de Machad, a admis dans une interview accordée à l’agence de presse FARS (affiliée au CGRI) mercredi 14 février que  » dans la seule ville de Machad, 850 personnes ont été arrêtées pendant le soulèvement de janvier. Dans une référence claire à l’OMPI, il a dit:« 40 à 50 personnes étaient des meneurs. » Alors que le procureur adjoint de Machad avait déclaré le 3 janvier dernier: “Au total, 138 personnes ont été arrêtées dans le cadre des troubles de Machad » pour minimiser les arrestations massives.

Le 11 janvier, deux semaines à peine après le soulèvement de janvier, la Résistance iranienne a annoncé dans son communiqué n° 45 qu’au moins 8 000 personnes, dont la plupart sont des jeunes, avaient été arrêtées pendant le soulèvement dans l’ensemble de l’Iran. Au moins 12 personnes ont été martyrisées sous la torture. Le régime a déclaré que la cause de leur mort était le « suicide » ou le « manque de stupéfiants » ou la « consommation excessive de stupéfiants » ! Un porte-parole de la Commission juridique et judiciaire de Majlis a déclaré non sans se rendre ridicule que : “Ces gens sont morts du chagrin de ce qu’ils ont fait, ou ils se sont suicidés en prison après avoir réfléchi à l’inimitié de leurs actes ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 février 2018

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe