vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran-UE ; encore des négociations

Iran-UE ; encore des négociations

Conférence de presse à Paris – Le 20 décembre 2005 : M. Mohammad MOHADESSIN, président de la Commission des Affaires étrangère du CNRI, a dénoncé les projets nucléaires du régime iranien.CNRI – Sous la plume de Laurent Zecchini, Le Monde fait paraître l’article suivant, dans son édition du 23 décembre 2005.

Pas d’accord à Vienne sur le nucléaire iranien

A l’aune du dialogue de sourds qui caractérise depuis août les négociations euro-iraniennes sur le programme nucléaire militaire de Téhéran, la réunion qui s’est tenue mercredi 21 décembre à Vienne est presque un succès dans la mesure où personne ne parle d’échec et parce que les deux parties sont convenues de se revoir, en principe vers le 18 janvier.

Cette rencontre "exploratoire" avait pour but de voir dans quelle mesure il est possible de se mettre d’accord sur un "cadre" de pourparlers permettant la reprise des négociations. La troïka européenne (Allemagne, France, Royaume-Uni), qui était représentée par de hauts fonctionnaires des ministères des affaires étrangères et qui était épaulée par un représentant du Conseil de l’Union européenne (UE), a réaffirmé ses positions. Les représentants de l’Iran ont fait de même. Aucune percée n’a été enregistrée, mais un accord pour poursuivre le processus a été agréé.

Les Européens ont souligné qu’il est essentiel que l’Iran ne franchisse aucune nouvelle étape allant à l’encontre de la suspension de toutes les activités liées au programme nucléaire, y compris tout ce qui a trait à la fabrication de composants de centrifugeuses. Les Iraniens ont réaffirmé leur volonté — et, estiment-ils, leur droit au regard du traité de non-prolifération nucléaire — de disposer de la capacité d’enrichissement de l’uranium en Iran. Cette référence semble fermer la porte au compromis avancé par les Européens, avec le concours de Moscou, consistant à transférer les capacités d’enrichissement de l’uranium de l’Iran en Russie.

De son côté, le Conseil national de la résistance iranienne — branche politique d’une organisation que les Etats-Unis qualifient de "terroriste", mais dont les révélations sur le programme nucléaire de l’Iran ont été largement validées par l’Agence internationale de l’énergie atomique — a rendu publiques, mardi, des informations détaillées sur d’importants travaux en cours pour dissimuler, selon cette source, dans des tunnels (régions d’Ispahan, de Qom et de Téhéran) différents éléments du programme nucléaire militaire, y compris des sites d’assemblage de missiles balistiques Shahab 3 et Ghader, dont la portée se situerait entre 2 000 et 3 000 km.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe