jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLe soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran - N°3

Le soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran – N°3

Le soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran - N°3

Le soulèvement national en Iran, déclenché par le meurtre d’une jeune fille de 22 ans et qui a mis en lumière l’apartheid entre les sexes pratiqué par le régime, s’est rapidement transformé en une révolution majeure qui appelle désormais à la fin de l’ensemble du système théocratique.

Après deux mois déjà, la révolution iranienne a reçu le soutien de nombreux dirigeants, législateurs, ONG, militants des Droits de l’Homme et célébrités du monde entier. Alors que les Iraniens continuent de souffrir et d’être tués par le régime meurtrier, ils ont de plus en plus besoin de soutien et de reconnaissance dans le monde entier, notamment en ce qui concerne leur droit à l’autodéfense légitime contre la machine à tuer de Téhéran.

Certaines des déclarations de la communauté internationale sont reflétées ci-dessous.

En raison de la longueur du contenu publié, les mises à jour plus anciennes peuvent être trouvées ici :

Le soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran – N°1

Le soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran – N°2

Le 26 octobre

Selon un communiqué publié par le centre de presse des Nations Unies, « les experts des Droits de l’Homme des Nations Unies ont condamné les meurtres et la répression des forces de sécurité en Iran contre les manifestants à la suite de l’assassinat de Jina Mahsa Amini, y compris les arrestations et détentions arbitraires présumées, les violences sexistes et sexuelles, l’usage excessif de la force, la torture et les disparitions forcées. Ils ont demandé instamment que les rapports fassent l’objet d’une enquête approfondie et indépendante et que les responsables soient tenus de rendre des comptes. »

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor des États-Unis a désigné 10 responsables du régime iranien pour la répression brutale en cours des manifestations nationales en Iran, ainsi que deux acteurs du Renseignement iranien et deux entités iraniennes impliquées dans les efforts du gouvernement des mollahs pour perturber la liberté numérique.

La déclaration de l’OFAC est la suivante : « Quarante jours après la mort tragique de Mahsa Amini, les Iraniens continuent de manifester courageusement face à la répression brutale et à la perturbation de l’accès à Internet », a déclaré le sous-secrétaire au Trésor Brian E. Nelson. « Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions aux responsables iraniens qui supervisent les organisations impliquées dans les répressions violentes et les meurtres, y compris d’enfants, dans le cadre de notre engagement à tenir tous les niveaux du gouvernement iranien responsables de sa répression. »

Selon SBS, le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a publiquement condamné les autorités iraniennes et a lancé un appel pour que les manifestants soient traités avec respect et dignité, au lendemain d’une répression sanglante. Des femmes sont descendues dans les rues de la capitale Téhéran et ailleurs dans le pays pour brûler leur hijab en signe de solidarité, après la mort de la Kurde Mahsa Amini.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré dans un communiqué : « Chaque jour, la situation des Droits de l’Homme en Iran se détériore, et les forces de sécurité répriment plus violemment les femmes et les hommes dans les rues qui ne demandent rien de plus que leurs Droits humains universels. Plus de 13 000 personnes auraient été arrêtées et plus de 250 auraient été abattues ou battues à mort. La répression systématique des femmes et des minorités ethniques, religieuses et sexuelles en Iran n’est pas nouvelle, mais elle atteint actuellement une nouvelle dureté sans précédent. La situation en Iran devient également de plus en plus dangereuse pour les citoyens allemands. »
25 octobre

Selon le communiqué officiel de son bureau, l’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a rencontré le Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des Droits de l’Homme en Iran, Javaid Rehman, et a réaffirmé que les États-Unis continueront à soutenir le courageux peuple iranien qui réclame l’égalité des droits et la dignité humaine fondamentale.

L’ambassadeur Thomas-Greenfield a fait part du soutien des États-Unis à l’appel du Rapporteur spécial en faveur d’une enquête indépendante afin que les responsables des violences perpétrées par le gouvernement iranien rendent des comptes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe