vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceUn soutien mondial croissant pour les manifestants iraniens

Un soutien mondial croissant pour les manifestants iraniens

Un soutien mondial croissant pour les manifestants iraniens

Le soulèvement national en Iran qui a été déclenché par le meurtre d’une jeune fille de 22 ans et a mis en évidence l’apartheid sexuel du régime s’est rapidement transformé en une révolution majeure qui appelle maintenant à la fin de tout l’establishment clérical.

Entrant dans sa quatrième semaine, la révolution iranienne a revendiqué le soutien de nombreux dirigeants mondiaux, législateurs, ONG, militants des droits de l’homme et célébrités du monde entier. Alors que les Iraniens continuent de souffrir et d’être tués par le régime meurtrier, ils ont de plus en plus besoin de soutien et de reconnaissance dans le monde entier, notamment leur droit à l’autodéfense légitime contre la machine de terreur de Téhéran.

Selon le Frankfurter Algemeine, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a annoncé que de nouvelles sanctions seraient imposées au régime iranien.

« Nous veillerons à ce que l’UE impose des interdictions de voyager aux responsables de cette répression brutale et gèle leurs avoirs dans l’UE », a déclaré Baerbock, critiquant vivement Téhéran. « Quiconque bat des femmes et des filles dans la rue, kidnappe des personnes qui ne veulent rien de plus que vivre en liberté, les arrête arbitrairement et les condamne à mort, est du mauvais côté de l’histoire. »

Selon l’AFP, le gouvernement canadien a décidé d’interdire plus de 10 000 hauts dirigeants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) du régime iranien, y compris sa force d’élite Al-Qods, pour la répression « brutale » des manifestations de masse.

« Nous utilisons les outils les plus puissants à notre disposition pour réprimer ce régime brutal. Notre gouvernement continuera de rechercher tous les outils à notre disposition », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau aux journalistes.

Le département d’État américain a déclaré qu’il continuerait de se coordonner avec ses alliés et partenaires sur la manière de répondre à la « répression sanglante » du régime iranien contre les manifestants et à sa « violence parrainée par l’État » contre les femmes, a rapporté Reuters.

« Nous allons continuer à nous coordonner avec nos alliés et partenaires et à répondre à la violente répression de l’Iran ainsi qu’à sa violence contre les femmes parrainée par l’État », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État, Vedant Patel.

Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions aux ministres de l’Intérieur et des Communications du régime iranien ainsi qu’à d’autres responsables de l’État. Le département du Trésor américain a annoncé : « Aujourd’hui, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du département du Trésor américain désigne sept hauts dirigeants au sein du gouvernement et de l’appareil de sécurité iraniens pour la fermeture de l’accès Internet de l’Iran et la poursuite de la violence contre les manifestants pacifiques dans le à la suite de la mort tragique de Mahsa Amini, 22 ans, qui a été arrêtée pour avoir prétendument porté un hijab de manière inappropriée, et est décédée sous la garde de la police de la moralité iranienne.

Le ministère suisse des Affaires étrangères a appelé le régime iranien à protéger le droit des Iraniens à la liberté d’expression dans le cadre d’une violente répression des manifestations antigouvernementales qui ont éclaté après la mort d’une jeune Iranienne, a rapporté Swiss Info.

Selon Global News, le Premier ministre canadien Justin Trudeau s’est engagé à punir davantage le « régime assoiffé de sang » de l’Iran, un jour après qu’Ottawa a imposé des sanctions pour la mort de Mahsa Amini. Trudeau a déclaré aux journalistes en Nouvelle-Écosse qu’Ottawa demanderait des comptes à l’Iran, non seulement pour la mort d’Amini, qui a déclenché un tollé mondial, mais aussi pour les familles des victimes du vol PS752 qui a été abattu en janvier 2020. Lors d’un débat au Parlement européen , le haut représentant Josep Borrell a déclaré : « Permettez-moi d’exprimer notre admiration pour les manifestations – principalement des femmes et aussi des hommes à travers l’Iran qui protestent contre son assassinat et la répression qu’ils ont subie et qui a coûté la vie à des dizaines de personnes. Ce sont des faits, ce ne sont pas des opinions. Ce sont des faits. Dans les rues d’Iran, la répression des manifestants a fait des dizaines de morts. »

Le président américain Joe Biden a publié une déclaration pour condamner la violente répression des manifestants en Iran. La déclaration se lit comme suit : « Je reste gravement préoccupé par les informations faisant état de l’intensification de la répression violente contre les manifestants pacifiques en Iran, y compris les étudiants et les femmes, qui réclament l’égalité des droits et la dignité humaine fondamentale. Ils réclament des principes justes et universels, qui sous-tendent la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme. Pendant des décennies, le régime iranien a nié les libertés fondamentales de son peuple et réprimé les aspirations des générations successives par l’intimidation, la coercition et la violence. Les États-Unis se tiennent aux côtés des femmes iraniennes et de tous les citoyens iraniens qui inspirent le monde par leur bravoure. »

Le gouvernement français a condamné dans les termes les plus fermes la poursuite de la répression brutale des manifestations en Iran. Une déclaration publiée par le

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré : « La France condamne avec la plus grande fermeté la poursuite de la répression brutale des manifestations en Iran, dont le nombre de morts a de nouveau augmenté de façon spectaculaire, et exige que cette répression cesse immédiatement. La France a été particulièrement choquée par les violences commises contre les manifestants, notamment à l’Université Sharif le week-end dernier.

« L’Iran doit respecter le droit de manifester pacifiquement ainsi que les droits humains, en particulier les droits des femmes et des filles, qui sont protégés par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui a été ratifié par l’Iran. Vendredi dernier, le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran a été convoqué au ministère de l’Europe et des affaires étrangères et a reçu ces messages. »

Le gouvernement canadien a annoncé qu’il sanctionnait 34 personnes et entités, dont le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) du régime iranien et la police des mœurs.

La liste, obtenue par Radio-Canada, intervient une semaine après que le premier ministre Justin Trudeau a promis des sanctions contre le gouvernement iranien. La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a annoncé lundi la liste des sanctions, qui comprend 25 personnes et neuf entités.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a publié une déclaration et condamné la « réponse disproportionnée et injustifiable de l’appareil de sécurité intérieure iranien aux manifestations pacifiques contre la mort en détention de Mahsa Amini ».

La déclaration se lit également comme suit : « Je rappelle également au gouvernement iranien que l’Iran est partie à la Convention internationale relative aux droits civils et politiques, qui consacre les droits fondamentaux de la liberté de réunion et d’expression. L’usage disproportionné de la force contre des manifestations pacifiques et la décision de restreindre sévèrement l’accès à Internet constituent une violation de ces droits fondamentaux.

Le Foreign Commonwealth and Development Office du Royaume-Uni a convoqué le chargé d’affaires du régime iranien à Londres au sujet de l’aggravation par les autorités iraniennes de la répression des manifestations.

Alors que le peuple iranien proteste contre le meurtre de Mahsa Amini, les Canadiens manifestent leur solidarité. Le Canada tiendra l’Iran responsable de ses crimes. Nous sommes solidaires des femmes en Iran et des femmes du monde entier qui manifestent pour leurs droits. Les droits des femmes sont des droits humains. #MahsaAmini pic.twitter.com/r7Dl4Gq6Zl

– Harjit Sajjan (@HarjitSajjan) 3 octobre 2022

Selon Reuters, l’attachée de presse américaine de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a dénoncé lundi la répression des forces de sécurité iraniennes contre les manifestations pacifiques en Iran.

« Nous sommes alarmés et consternés par les informations selon lesquelles les autorités de sécurité ont répondu aux manifestations pacifiques des étudiants universitaires par la violence et des arrestations massives », a-t-elle déclaré aux journalistes voyageant avec le président Joe Biden à Porto Rico.

Les manifestations en cours font suite au décès, il y a deux semaines, de Mahsa Amini, 22 ans, qui a été battue par les forces de sécurité pour avoir porté un hijab « inapproprié ».

Lire la suite

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe