samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran

Le soutien mondial croissant aux manifestations anti-régime en Iran

 

Les manifestations se sont poursuivies dans tout l’Iran le 22 septembre. Les manifestations ont commencé peu après le meurtre tragique de Mahsa Amini par la police des mœurs du régime le 16 septembre. Le nom de Mahsa, qui symbolise la détresse d’une nation, est devenu le nom de code de nouvelles séries de manifestations en Iran en 2022.

Les manifestations en cours en Iran et la mort de Mahsa ont suscité une solidarité mondiale avec le peuple et une condamnation de la théocratie au pouvoir en Iran. Vous trouverez ci-dessous les dernières réactions au soulèvement iranien.

Le 22 septembre, le département du Trésor des États-Unis a sanctionné la police des moeurs du régime pour « abus et violence contre les femmes iraniennes et violation des droits des manifestants iraniens pacifiques. »

« Mahsa Amini était une femme courageuse dont l’assassinat en détention par la police des moeurs est un nouvel acte de brutalité des forces de sécurité du régime iranien contre son propre peuple », a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet L. Yellen.

Dans une action urgente lancée le 21 septembre, Amnesty International a exhorté les dirigeants du monde entier à « soutenir les appels en faveur de la mise en place d’un mécanisme international indépendant d’enquête et d’obligation de rendre des comptes afin de remédier à la crise d’impunité qui sévit en Iran ».

« L’élan mondial de rage et d’empathie suscité par la mort de Mahsa Amini doit être suivi de mesures concrètes de la part de la communauté internationale pour s’attaquer à la crise de l’impunité systémique qui permet aux autorités iraniennes de poursuivre sans relâche les actes de torture, les exécutions extrajudiciaires et les autres homicides illégaux, aussi bien derrière les murs des prisons que pendant les manifestations », a déclaré Diana Eltahawy, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Le département d’État américain a condamné l’assassinat de Mahsa Amini et soutenu ce qu’il a considéré comme un « outrage » à la mort de Mahsa.

« La mort de Mahsa Amini après des blessures subies lors d’une garde à vue pour mauvais port de hijab est un affront scandaleux et flagrant aux Droits de l’Homme », a déclaré à la presse un porte-parole du Conseil national de sécurité de Joe Biden. « Nos pensées vont à la famille et aux proches de Mahsa ».

« Les femmes en Iran devraient avoir le droit de porter ce qu’elles veulent, sans violence ni harcèlement. L’Iran doit mettre fin à son recours à la violence contre les femmes pour avoir exercé leurs libertés fondamentales », ont-ils poursuivi. « Il doit y avoir des comptes à rendre pour la mort de Mahsa ».

Dans une action similaire, le 22 septembre, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a condamné « l’attaque brutale » contre des Iraniens qui protestaient contre la mort en détention de Mahsa Amini. « Nous sommes du côté des femmes courageuses en Iran« , a déclaré Baerbock aux journalistes en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. « L’attaque violente contre les femmes courageuses en Iran est aussi une attaque contre l’humanité« .

Baerbock a déclaré que l’Allemagne demanderait au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU de traiter la répression comme une violation « des droits des femmes et donc des Droits de l’Homme. » « Cela montre clairement que si les droits des femmes sont bafoués, si on n’a pas d’autre arme que de réprimer violemment, alors c’est le type d’autorité le plus faible. »

Le 22 septembre, les experts indépendants des Droits de l’Homme de l’ONU ont fermement condamné la mort de Mahsa Amini, soulignant que Mahsa était « une autre victime de la répression soutenue et de la discrimination systématique des femmes en Iran et de l’imposition de codes vestimentaires discriminatoires qui privent les femmes de leur autonomie corporelle et des libertés d’opinion, d’expression et de croyance. »

« Nous condamnons fermement le recours à la violence physique contre les femmes et le déni de la dignité humaine fondamentale lors de l’application des politiques de hijab obligatoire ordonnées par les autorités de l’État« , peut-on lire dans leur déclaration.

En outre, de nombreuses personnalités politiques et défenseurs des Droits de l’Homme ont exprimé leur solidarité avec le peuple iranien et son mouvement de Résistance organisé.

Dans un tweet du 23 septembre, Justin Trudeau, Premier ministre canadien, a également soutenu le peuple iranien. « Le Canada soutient fermement les personnes qui s’expriment et protestent pacifiquement en Iran. Nous demandons au régime iranien de mettre un terme à sa répression de la liberté d’expression – et de mettre fin au harcèlement et à la discrimination continus à l’égard des femmes. »

Mike Pompeo, l’ancien secrétaire d’État américain, a exprimé son soutien au peuple iranien sur Twitter le 21 septembre. « Le peuple américain se tient aux côtés des courageux manifestants en Iran. Les Iraniens méritent tellement mieux que ce régime terroriste. »

David Jones, ancien ministre britannique, et actuel député conservateur, a également exprimé son soutien aux protestations en Iran le 22 septembre. « Les protestations en Iran suite à la mort de Mahsa Amini se propagent. Le régime répond en tentant de les réprimer. WhatsApp et Instagram ont été mis hors service. C’est un moment crucial. La communauté internationale doit se mobiliser derrière le courageux peuple iranien. »

Dans un post similaire le 22 septembre, Irwin Cotler, fondateur, et président du Centre Raoul Wallenberg pour les Droits de l’Homme a soutenu le peuple iranien qui aspire à la liberté. « Les femmes iraniennes font preuve d’une bravoure sans limite face à la répression violente du régime théocratique au pouvoir en Iran. Toutes les personnes de conscience devraient se tenir à leurs côtés dans leur appel à la liberté et à la dignité. Alors que le criminel Raïssi est à l’ONU, les Iraniens sont brutalisés dans les rues. »

« Les blocages massifs d’Internet par les mollahs seront utilisées pour massacrer les civils qui luttent pour leurs droits humains fondamentaux. Les pays et les entreprises doivent se tenir aux côtés du peuple iranien, aider à échapper à cette censure et à cette impunité sanguinaires et sanctionner les architectes de la répression« , a-t-il ajouté.

Lord David Alton, membre éminent de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, a également soutenu le peuple iranien et son mouvement de Résistance organisé le 21 septembre. « Le Royaume-Uni devrait soutenir les aspirations et les souhaits du peuple iranien de rejeter la dictature sous toutes ses formes et d’établir une république basée sur le plan démocratique de Mme Maryam Radjavi du CNRI, pour un Iran libre et non nucléaire, la séparation de la religion et de l’Etat, et un système démocratique. »

Alors que le régime a une fois de plus imposé une censure d’Internet pour réprimer les manifestants et étouffer leur voix, de nombreux législateurs et personnalités appellent à fournir aux manifestants iraniens l’Internet par satellite.

Dans une déclaration du 22 septembre, la députée Claudia Tenney a pris la tête d’une lettre bipartisane avec le député Tom Malinowski appelant le département du Trésor américain à « faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider le peuple iranien à rester connecté à Internet ».

« Le Département du Trésor devrait rapidement approuver toutes les demandes de licence qu’il reçoit de la part des entreprises technologiques et Internet, y compris Star Link d’Elon Musk. Notre politique est de nous tenir aux côtés du peuple iranien. Nous devons faire tout ce que nous pouvons en ce moment pour nous assurer que leurs voix sont entendues. »

Lire la suite

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe