jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsCeux qui ont entretenu le mythe iranien de la réforme reconnaissent le...

Ceux qui ont entretenu le mythe iranien de la réforme reconnaissent le changement de régime

Ceux qui ont entretenu le mythe iranien de la réforme reconnaissent le changement de régime

« Notre temps est écoulé », a déclaré le 22 octobre Fayaz Zahed, un militant dit « modéré », cité par le quotidien officiel Etemad. « Inviter les gens à des négociations pacifiques, à un dialogue, ou essayer de les raisonner est très difficile, voire terminé. » Pourquoi Zahed ferait-il un tel aveu alors que d’autres responsables du régime se vantent constamment de la stabilité ?

Les manifestations se multiplient dans tout l’Iran. Des personnes de tous horizons, notamment des jeunes et des femmes, participent à ces manifestations, interpellant l’ensemble du régime. Ce qui a été déclenché à l’origine par la mort tragique d’une jeune femme en garde à vue s’est transformé en un soulèvement national, et il semble maintenant que nous soyons témoins d’une révolution en marche.

Les responsables du régime et les experts comme Zahed perçoivent le danger mieux que quiconque. Ils sont confrontés à une société instable et voient une population excédée menacer tout ce que leurs semblables ont contribué à préserver pendant des décennies.

« Vous ne pouvez pas croire à quel point les promesses de calme, de dialogue, de réforme, de négociation, de logique, etc. sont devenues dures (ces jours-ci) ; pas dures, plutôt terminées. C’est la plus grande menace pour la stabilité psychologique et politique du pays », a déclaré Zahed, et par « pays », il entend la théocratie au pouvoir.

Si Zahed et ses pairs s’étaient un tant soit peu préoccupés de la stabilité de l’Iran, ils n’occuperaient pas des postes à responsabilité dans un régime qui dilapide la richesse nationale dans le terrorisme et inflige des violences à la population. Zahed, qui a travaillé comme conseiller du président dit « modéré » Hassan Rohani, n’a pas eu un soudain changement d’avis. Mais lorsqu’il n’y a plus rien à spolier, les voleurs s’affrontent entre eux.

« Mais je n’ai pas de réponse si vous me demandez une solution. Je ne peux même pas l’expliquer à mes filles, encore moins aux étudiants ou au public extérieur. Supposons que je réponde équitablement à la question de savoir qui est responsable de cette situation. Dans ce cas, je dirais que la part de la République islamique d’Iran est sans aucun doute plus importante que les autres », a déclaré M. Zahed, rejetant la rhétorique du « dialogue national » des responsables.

La société iranienne rejette depuis longtemps la faction dite « réformiste ». Fondée en 1997, cette faction avait pour objectif premier de faire croire aux Iraniens et à la communauté internationale au mirage de la « modération ». Les Iraniens ont rapidement dépassé le mythe du réformisme lorsqu’ils ont ressenti la brutalité du régime avec ses os et sa chair. Plusieurs soulèvements, dont le mouvement étudiant de 1998, témoignent de ce fait. En d’autres termes, ce mouvement a toujours été dépourvu de solutions aux crises intérieures de l’Iran ; il a été créé pour aider le régime en place et pour que le « changement de régime » ne soit plus envisagé.

Le dernier clou du cercueil du « réformisme » a été planté par les Iraniens en 2018, lorsqu’ils ont scandé dans les rues : « réformiste, radicaux, le jeu est terminé. » Il a fallu quatre ans pour que Zahed et d’autres responsables reconnaissent ce fait.

Il convient de noter que la Résistance iranienne a longtemps rejeté avec véhémence la fausse notion de modération du régime théocratique, portant ce message à la société iranienne ainsi que le défendant sur la scène internationale. Le 24 mai 1997, un jour après l’entrée en fonction de Mohammad Khatami, le chef de la Résistance iranienne, M. Massoud Radjavi, a déclaré : « Une vipère ne donne jamais naissance à une colombe. »

Alors que le peuple iranien et même les autorités ont déclaré la « fin du réformisme« , malheureusement, les responsables occidentaux continuent de s’égarer vers le mirage de la modération. Insister pour relancer l’accord très lacunaire sur le nucléaire iranien, appeler au dialogue et refuser de reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense face à la violence croissante du régime sont autant d’actions inaptes que les démocraties occidentales entreprennent. Qu’elles s’attendent à ce que le soulèvement soit à nouveau étouffé ou qu’elles choisissent de préserver leurs intérêts stratégiques dans le statu quo, le peuple iranien finira par leur prouver qu’elles ont tort, comme en 1979.

Après presque trois décennies de marche nocturne vers le « mythe de la modération » des mollahs ou un changement de comportement du régime théocratique, la sécurité, ainsi que la stabilité économique du monde, ont changé pour le pire. Le résultat n’est autre que le terrorisme galopant du régime dans la région et la multiplication des violations des Droits de l’Homme en toute impunité.

L’inaction du monde vis-à-vis des activités malveillantes de Téhéran a enhardi le régime à envoyer son diplomate-terroriste en France, avec pour mission de bombarder le rassemblement de l’opposition en 2018 et de tuer des centaines de dirigeants et de législateurs occidentaux. Dans plus de 190 villes, les gens scandent des slogans tels que « Mort à Khamenei » et « A bas le dictateur ». Ils rejettent la théocratie au pouvoir dans son intégralité et appellent à un changement de régime.

La communauté internationale doit aller au-delà de l’expression de sa solidarité avec les Iraniens. Elle doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense et à l’autodétermination de son avenir. En faisant cela, elle pourrait enfin écouter le peuple iranien ou même ceux qui ont induit le monde en erreur pendant si longtemps.