vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran - Le guide suprême du régime des mollahs ordonne la création...

Iran – Le guide suprême du régime des mollahs ordonne la création d’une nouvelle entité chargé de la censure sur Internet

Iran - Le guide suprême du régime des mollahs ordonne la création d’une nouvelle entité chargé de la censure sur Internet

CNRI – Le dimanche 6 septembre, Mahmoud Vaézi, le ministre des communications du régime iranien, a annoncé la dissolution du « Conseil supérieur des technologies de l’information » et son remplacement par une nouvelle entité intitulée « Conseil supérieur du cyberespace ». Ce « conseil » centralise la censure sur Internet en Iran et reçoit ses ordres directement du bureau d’Ali Khamenei, le guide suprême du régime des mollahs.

Dans un décret rendu public le samedi 5 septembre, Khamenei a désigné les membres du « Conseil supérieur du cyberespace ». Le régime iranien a créé cette nouvelle entité dans le but de renforcer le filtrage des sites l’Internet et le contrôle des échanges par e-mails.

Khamenei a dit que ce conseil doit « assainir » le cyberespace et « empêcher les tentatives d’ingérences des pays étrangers ».

Dans le passé, le régime des mollahs avait déjà créé une multitude d’organes chargés de contrôle de l’Internet, notamment : Comité de lutte contre les délits sur Internet / Comité pour la détection des sites web non autorisés / Conseil supérieur de la sécurité des échanges d’information / Tribunal spécial chargé de juger les délits sur Internet / Comité judiciaire de filtrage de l’Internet / Administration des technologies de l’information / Conseil de cyberespace de Bassidj / Commandement des gardiens de la Révolution chargé de la surveillance d’Internet / Armée de cyberespace / Armée Aftab / Centre de lutte contre le crime organisé dépendant des gardiens de la Révolution / Sous-direction des technologies d’information du ministère des renseignements.

Maintenant, sur ordre de Khamenei, tous les organes susmentionnés vont être placés sous l’autorité du « Conseil supérieur du cyberespace » dont la plupart des membres sont issus des rangs des gardiens de la Révolution et des organes sécuritaires du régime.

Le « Conseil supérieur du cyberespace » est lié au département des renseignements du Corps des gardiens de la Révolution et reçois ses directives directement du bureau de Khamenei.

Khamenei a dit que « Conseil supérieur du cyberespace » doit agir au-dessous des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire).

A de nombreuses reprises, notamment lors des soulèvements anti-régime en 2009, les autorités avaient volontairement réduit la vitesse de l’Internet en Iran et avaient restreint l’accès à certains services. Les cyberactivistes sont accusés par le régime de mener sur le web « une guerre douce contre le régime », dans le but de le renverser.

Au début, la police du régime iranien avait annoncé que la mission de son département chargé de surveiller l’Internet (nommé FATA) était de faire face à la cybercriminalité.

Or, FATA a rapidement utilisé des méthodes très brutales pour créer un climat de terreur sur Internet. Notamment, un bloggeur (Sattar Behechti) a été arrêté par FATA et a été tué sous la torture.

Le gouvernement du mollah Hassan Rohani a renforcé à son tour le contrôle de l’Internet. Mahmoud Vaézi, le ministre des communications de Rohani, a récemment évoqué la mise en place d’un système pour identifier tous les Internautes, de sorte que personne ne puisse naviguer sur Internet de façon anonyme.

Hossein Sadjédinia, le chef de police de la capitale iranienne, a annoncé pour sa part : « Depuis mars dernier, plus de 270 cybercafés à Téhéran ont été fermé et plusieurs centaines d’autres cybercafés ont reçu des avertissements (une dépêche de l’agence de presse ISNA, daté du 6 septembre 2015).

EN matière de la censure sur Internet, l’Iran est un des pays les plus répressifs. En octobre 2014, Freedom House (une institution qui évalue la situation des Libertés civiles dans le monde) a annoncé que parmi les 60 pays où la situation de liberté sur Internet a été évaluée, l’Iran occupe le dernier rang.

 

Lire aussi: 

Facebook ne sera pas débloqué en Iran

Iran – Les pasdaran : nous contrôlons tous les réseaux sociaux sur Internet

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe