vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien survit et prospère après les crises

Le régime iranien survit et prospère après les crises

Le régime iranien survit et prospère après les crises

Les catastrophes naturelles, les difficultés économiques et les crises sociales peuvent survenir dans n’importe quel pays. Mais ce qui distingue les pays démocratiques des régimes autoritaires, c’est leur réponse à ces problèmes.

Alors que les gouvernements mettent tout en œuvre pour prévenir ou réduire le nombre de victimes de catastrophes naturelles ou d’autres crises, la théocratie au pouvoir en Iran semble profiter de la mort et de la misère du peuple. En d’autres termes, la mort est la marque de fabrique du régime clérical iranien, l’aidant à survivre et à prospérer.

Des crues soudaines ont ravagé des dizaines de villes iraniennes au cours des derniers jours, laissant derrière elles un chemin massif de mort et de destruction. Selon les informations compilées par l’opposition iranienne, plus de 100 personnes sont mortes à ce jour et des dizaines d’autres sont portées disparues.

Alors que l’Iran souffre de la sécheresse depuis au moins une décennie, les fortes précipitations dont il avait cruellement besoin se sont transformées en catastrophe.

La déforestation systématique du régime iranien, creusant des milliers de puits qui ont détruit les aquifères, détournant les rivières en construisant des barrages, refusant d’installer des systèmes de gestion des inondations et s’abstenant de draguer les barrages et les rivières, a joué un rôle important dans l’aggravation de la récente crise des inondations en Iran.

Jusqu’à présent, les responsables du régime ont refusé d’aider les victimes. Ils se sont en effet précipités sur les lieux, mais pour prendre des selfies en versant des larmes de crocodile !

« Vêtus de manière formelle et sans apporter de matériel de secours, certains députés, ministres et le maire de Téhéran se sont rendus dans les zones inondées de la province de Téhéran, en particulier Imamzadeh Dawood, et ont pris des selfies avec les pieds boueux », a déclaré le quotidien Jomhuri-Eslami le 30 juillet.

« Ces photos ont suscité l’ire des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Certaines personnes ont dit que les responsables n’avaient manifesté aucune inquiétude et anxiété comme les personnes dont les maisons et les vies ont été détruites par les inondations. Il n’y avait également aucun signe de fatigue comme les sauveteurs aidant les gens. Qui diable penserait même à prendre un selfie une situation pareil ?

Bien que tragiques, les récentes inondations dévastatrices font partie des nombreuses crises que le régime iranien a créées et intensifiées.

Le 23 mai, le complexe Metropol de dix étages à Abadan, dans le sud-ouest de l’Iran, s’est effondré, tuant des dizaines de personnes et en blessant beaucoup d’autres. Malgré de nombreux avertissements d’experts concernant la construction bâclée, les tours jumelles Metropol ont été construites par Hossein Abdolbaghi, qui avait des liens étroits avec les Gardiens de la révolution (CGRI) du régime.

Au lieu d’aider les gens à retrouver leurs proches et d’envoyer du matériel à Abadan, le régime a déployé des unités anti-émeutes qui ont ouvert le feu et blessé les gens endeuillés qui avaient manifesté pacifiquement, demandant de l’aide.

«Nous avons déjà identifié 33 000 bâtiments à Téhéran, principalement des bâtiments anciens. Il y a 947 tours parmi ces bâtiments, avec jusqu’à 12 étages. Malheureusement, nous avons souvent dit que nous avions 129 bâtiments dans un état critique, qui nécessitent une attention immédiate », a reconnu Kamran Abdoli, adjoint à la protection contre les incendies et à la sécurité des pompiers lors de son entretien avec la télévision d’État iranienne le 27 mai.

En d’autres termes, les responsables iraniens étaient conscients de l’effondrement éventuel de Metropole mais ont décidé de l’ignorer.

La liste des crises que le régime clérical a contribué à former et à aggraver est interminable. La crise iranienne du Covid-19 est l’un de ces cas épouvantables. Selon les rapports recensés par la Résistance iranienne, plus d’un demi-million d’Iraniens ont perdu la vie lorsque le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a interdit l’importation de vaccins américains et britanniques crédibles le 8 janvier 2020. Cette interdiction est intervenue au plus fort de la minimisation systématique de la crise par le régime, allant même jusqu’à nier l’existence du coronavirus en Iran pendant des mois.

La guerre Iran-Irak est un autre excellent exemple de la façon dont le régime iranien profite de la crise et de la guerre. Le régime a déclenché la guerre et l’a prolongée sous prétexte « d’exporter la révolution », en utilisant des centaines de milliers d’enfants iraniens comme vagues humaines. Cette guerre dévastatrice a fait plus d’un million de victimes.

Tel un parasite, le régime iranien pille les ressources du pays et inflige douleur et misère aux Iraniens. Développer, procurer et exporter des crises font partie de la stratégie de survie du régime.

La mère de toutes les crises pour le régime est la « crise de légitimité ». Dès le premier jour, les mollahs ont réalisé que la société jeune et dynamique de l’Iran représentait de sérieux défis pour le régime anachronique. Incapables de diriger l’Iran et de gérer une société avec un tel potentiel, les mollahs ont adopté la politique de créer et d’exporter des crises pour retarder la chute éventuelle de leur régime médiéval.

Mais les protestations en cours en Iran par des personnes de tous horizons sont l’image la plus large d’une société instable qui défie le régime destructeur des mollahs. Ainsi, le cauchemar de la réaction des gens à leurs politiques et à leurs crimes hante les responsables du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe