jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceJohn Bolton : Il existe une alternative viable, l'alternative que le MEK...

John Bolton : Il existe une alternative viable, l’alternative que le MEK (OMPI) et le CNRI travaillent en Iran pour créer

John Bolton : Il existe une alternative viable, l'alternative que le MEK (OMPI) et le CNRI travaillent en Iran pour créer

Intervention de l’Ambassadeur John Bolton

Mes salutations à Madame Radjavi et à tous les participants à l’événement. Je suis vraiment désolé de ne pas être là avec vous, mais je promets certainement que je visiterai Achraf-3 plus tard cette année et j’ai hâte d’y être. Et c’est un événement important. Pendant des décennies, le MEK (OMPI) et le CNRI ont contribué à informer tout le monde en dehors de l’Iran sur des sujets critiques tels que l’état des programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques de l’Iran, les activités des Gardiens de la révolution et en particulier la force Qods.

Grâce à des publications et des conférences, de nouvelles informations fournies par le MEK et le CNRI et leurs partisans à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran ont été essentielles au débat international sur la manière de gérer la menace de Téhéran. Je ne suis au courant d’aucune information matérielle dans toutes ces données publiées publiquement qui se soit avérée fausse. Et vraiment, la quantité d’informations qui ont été diffusées n’a fait que troubler les mollahs de Téhéran parce que c’est une menace réelle pour leur pouvoir. C’est un moment critique pour le régime de Téhéran et ses programmes nucléaires et de missiles balistiques. Je pense que le régime est plus faible aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été depuis la révolution de 1979.

Et je pense que c’est un modèle qui s’est vraiment développé de jour en jour. Beaucoup de gens en Occident ne connaissent pas les difficultés dans lesquelles se trouve le régime parce que les journalistes ne quittent souvent pas Téhéran. Mais nous pouvons voir que les difficultés économiques, l’inflation, le chômage élevé et le mécontentement sévissent dans les campagnes parmi les agriculteurs, les petits entrepreneurs. Toutes les couches de la population sont impactées. Il n’est pas concentré parmi les classes moyennes éduquées comme c’était le cas dans les zones urbaines en 2009. Les manifestations menées par le MEK et d’autres ont clairement montré à ceux qui ont des yeux que les Iraniens moyens du pays se rendent compte que le problème est le régime lui-même. Ils comprennent également comment le régime contrôle les soi-disant élections. La victoire d’Ebrahim Raïssi à la présidence a été ordonnée par les mollahs. Ils n’ont rien laissé au hasard cette fois.

Ambassador John Bolton

Mais il existe une alternative viable, l’alternative que le MEK (OMPI) et le CNRI travaillent à créer en Iran. Voici le point clé. Les efforts américains pour revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien ont donné au régime de Téhéran une bouée de sauvetage à la fois en termes de légitimité politique et de sécurité économique. Cela seul est directement contraire aux intérêts de la sécurité nationale américaine ainsi qu’à ceux de nos alliés dans la région, et c’est certainement contraire aux intérêts du peuple iranien. Entre les mains de l’administration Biden, en ce moment, ces négociations s’apparentent à une politique d’apaisement, et cela ne fonctionnera pas.

Regardez l’aspect de légitimité politique que ce régime autoritaire, qui lance des attentats terroristes contre ses voisins de la région et menace d’attentats terroristes dans le monde entier, est donné. On lui donne une présence sur la scène mondiale qu’elle ne mérite pas et qu’elle ne pourrait jamais mériter. Et du point de vue de la légitimité économique, nous avons vu l’administration américaine affaiblir ses propres sanctions, encourageant les autres à les ignorer également. Cela a été vrai, en particulier avec la Chine, qui a bénéficié d’achats substantiels de pétrole qui n’auraient jamais dû aller à la Chine et avec la possibilité d’investissements chinois dans les infrastructures pétrolières du régime. On le voit aussi avec des représentants du gouvernement à Moscou qui négocient avec les Russes pour leur vendre des drones de fabrication iranienne et pour réfléchir à la manière de coordonner leurs activités dans le secteur des hydrocarbures puisqu’ils sont tous deux sous sanctions. Et pourtant, malgré un certain nombre de concessions américaines, ces négociations sur une éventuelle réintégration dans le JCPOA pourraient enfin toucher à leur fin. Et il est essentiel que cela s’arrête, car si jamais nous permettions la levée des sanctions et la restitution des avoirs gelés, c’est quelque chose qui profiterait au régime d’une manière que vous ne pouvez même pas calculer simplement en dollars et en cents. Il existe une corrélation directe entre le programme nucléaire et la survie du régime. Donc, si l’accord échoue, la bouée de sauvetage économique du régime disparaît également.
Plus de sanctions et une application plus efficace des sanctions deviennent essentielles. Si jamais nous devons revenir à une campagne de pression maximale.

Je veux juste dire clairement non seulement aux mollahs de Téhéran, mais aux entreprises et aux intérêts économiques du monde entier, en Europe et aux États-Unis en particulier. La première est que tout Républicain responsable candidat à la présidence s’il était élu en 2024, déclare que les États-Unis se retireraient à nouveau de l’accord sur le nucléaire. Il y aura donc une fenêtre très courte si la politique se déroule aux États-Unis telle qu’elle apparaît. Mais même pour ceux qui pourraient penser à profiter de cette courte fenêtre pour faire des affaires avec les mollahs à Téhéran, je veux juste leur faire savoir, et leurs conseils d’administration et leurs actionnaires devraient également savoir, que nous allons regarder très attentivement qui essaie de se glisser et de faire des affaires si l’accord revient un jour en vigueur avant qu’il ne soit à nouveau annulé. Et pour toutes ces entreprises qui pensent qu’il peut y avoir un profit à court terme, je veux qu’elles sachent que leurs noms seront de la boue pour de nombreux Américains.

Maintenant, le deuxième demande du régime iranien est qu’il veut que les gardiens de la révolution soient retirés de la liste des organisations terroristes étrangères. J’ai entendu plusieurs personnes dire que c’était en fait l’administration Biden elle-même qui avait suggéré que la radiation du CGRI pourrait être une possibilité. Je ne peux pas parler de la véracité de ces rapports, mais je dirais que l’année prochaine, c’est quelque chose que le Congrès devrait vraiment enquêter, car il devrait enquêter sur tout le déroulement de la gestion de ces négociations par l’administration Biden. Les gardiens de la révolution sont une organisation terroriste, pas seulement à travers la force Qods, mais à l’extérieur avec leurs menaces dans la région, leurs menaces en Europe occidentale et aux États-Unis, ce sont aussi des terroristes en Iran. Mais aucune organisation, même une force armée dans une société autoritaire, n’est monolithe, et les communications avec des éléments dissidents à l’intérieur des gardiens de la révolution, sont quelque chose que les États-Unis et d’autres devraient soutenir.

Permettez-moi d’être clair, et je l’ai déjà dit à ce groupe; mon sentiment à ce sujet est plus fort aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été. Ce devrait être la politique déclarée du gouvernement des États-Unis de permettre au peuple iranien de se gouverner lui-même. Le régime de Téhéran doit être renversé, et le plus tôt possible. Il est temps de rejeter toute politique d’apaisement envers le régime des mollahs.

Il n’y a aucune preuve qu’ils aient jamais pris la décision stratégique d’abandonner leur quête d’armes nucléaires. En fait, nous savons que c’est leur politique stratégique selon laquelle avoir cette capacité est un outil de coercition au sein même de l’Iran contre ses voisins dans la région et dans le monde. Le régime lui-même est la menace avec son bilan sur les programmes nucléaires. C’est du terrorisme international, et au niveau national, on ne peut pas le permettre. On peut faire davantage pour soutenir les efforts du MEK (OMPI) et du CNRI, tous des groupes d’opposition légitimes, et pour restaurer un gouvernement représentatif et l’état de droit en Iran.

Donc encore une fois, je dis juste que je suis désolé de ne pas être là avec vous aujourd’hui, mais je dirai ceci, nous nous reverrons dans un Téhéran libre. Merci beaucoup.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe