lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes inondations en Iran ravagent les provinces, tandis que le régime reste...

Les inondations en Iran ravagent les provinces, tandis que le régime reste les bras croisés

Les inondations en Iran ravagent les provinces, tandis que le régime reste les bras croisés

Des inondations ont ravagé le sud-ouest et le sud-est de l’Iran, causant la mort de près de 40 personnes jusqu’à présent. Il ne s’agit pas de simples chiffres, mais d’êtres humains qui ont perdu la vie à l’ère de la technologie en raison de l’incapacité des responsables du régime à faire face à une crise environnementale.

Le vendredi 22 juillet, de fortes pluies et les inondations qui ont suivi dans la province de Fars, dans le sud-ouest de l’Iran, ont fait 11 morts. Le nombre de victimes a jusqu’à présent dépassé les 23 dans trois villes de la province de Fars. Il convient de noter que des centaines de personnes ont perdu la vie en mars 2019, à l’aube du Nouvel An persan, en raison de fortes inondations dans les provinces de Fars, ainsi que dans d’autres régions du pays, mais le régime n’a pris aucune mesure pour prévenir cette crise depuis lors.

« Cette crise n’aurait pas eu lieu si nous avions alerté les gens. Cela fait quelques années que l’incident s’est produit à Shiraz, et nous sommes témoins d’une autre catastrophe similaire. Des avertissements donnés à temps auraient pu empêcher cet incident. Pourquoi les responsables locaux et n’ont pas pris de mesures. Les conséquences seraient graves pour nous« , a déclaré l’agence de presse officielle Mehr News citant Jafar Ghaderi, membre du Majlis (Parlement des mollahs) à Shiraz, mettant en garde les responsables contre les conséquences de leur inaction face à la récente inondation de Shiraz.

Selon l’Organisation météorologique du régime, les précipitations totales de vendredi à Estehban n’ont été que de 0,7 mm, et les précipitations totales de 17,5 mm dans deux autres villes proches du bassin versant de la rivière Rodbal ont provoqué la crue de la rivière.

Dans un incident similaire, au moins cinq personnes ont perdu la vie en raison d’inondations dans la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est de l’Iran. Selon les responsables locaux, les communications avec 50 villages ont été interrompues.

Selon l’Organisation météorologique de la province du Sistan-Baloutchistan, 26,5 mm de pluie sont tombés à Zahedan mardi, ce qui représente 30 % des précipitations annuelles totales de cette ville.

L’Iran souffre de la sécheresse depuis au moins une décennie. Les précipitations sont un miracle pour tout pays confronté à une telle crise environnementale. Mais pourquoi les Iraniens doivent-ils souffrir à la fois de la sécheresse et de crues soudaines et dévastatrices?

Il est vrai que les pluies d’été sont principalement torrentielles et qu’une grande quantité de pluie en peu de temps pourrait entraîner un ruissellement intermittent et dangereux, mais ce n’est pas un problème qui ne peut être contrôlé.

Le 26 juillet, le quotidien officiel Ebtekar a reconnu que « les responsables ne prennent pas la gestion des inondations au sérieux et ne sont pas disposés à utiliser des méthodes permettant de réduire le nombre de victimes et les dommages causés par les inondations. »

« Pour réduire les effets de ce phénomène destructeur, nous devons renforcer les infrastructures urbaines et rurales, créer des systèmes de prévision et d’alerte, et les communautés locales », écrit Ebtekar, qui avertit également les autorités que « si nous ne prenons pas ces mesures, aucun responsable ne pourra sauver des vies avec quelques appels téléphoniques. »

Ebtekar compare ensuite la gestion des inondations en Iran et en Malaisie.

« Une inondation en Malaisie a coûté la vie à quatre personnes. Deux ans plus tard, ils ont installé un système d’alerte aux inondations, fonctionnant sur la base des précipitations du bassin en amont, aidant ainsi les gens. Alors qu’une inondation dévastatrice en 1987 à Gulab Dareh et Darband près de Téhéran a fait plus de 300 victimes, nous n’avons pas installé de systèmes de prévision et d’alerte. »

Les inondations dévastatrices et la sécheresse font partie de la crise de l’eau en Iran. Comme d’autres, la racine de cette crise réside dans la corruption, la mauvaise gestion et l’inaptitude du régime. Les ressources naturelles de l’Iran, tout comme son économie, sont dominées par les Gardiens de la révolution (pasdaran) du régime. Les pasdaran gaspillent les ressources naturelles du pays à des fins lucratives, laissant la population sans défense et confrontée à des catastrophes naturelles. Mais comment ?

Bien que la sécheresse en Iran puisse être attribuée au réchauffement climatique, il convient de noter que les actions du régime intensifient les effets de cette crise mondiale en détruisant les aquifères du pays en creusant des puits profonds et en modifiant le cours des rivières en construisant des barrages.

Les pasdaran ont creusé des puits profonds, détruisant les aquifères en Iran et drainant des milliers de kilomètres cubes d’eau souterraine, augmentant la salinité des sols, l’abondance de l’affaissement des terres et les effets de la sécheresse.

Pluies et inondations

La protection de l’environnement exige une politique détaillée et des dépenses appropriées, et l’Iran dispose des meilleures possibilités et ressources pour cela. Pourtant, le régime des mollahs poursuit ses projets dévastateurs, tels que la déforestation, la construction de barrages non scientifiques, l’évitement de l’installation de systèmes de gestion des inondations et l’aide aux populations en période de crise.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique tire d’énormes profits de la déforestation en faisant de la contrebande et en vendant du bois à d’autres pays. En outre, la déforestation permet aux responsables du régime de construire des maisons luxueuses dans des zones très favorables du pays. Le fait de raser les terres permet également au régime de construire des usines.

Le deuxième facteur qui joue un rôle essentiel dans l’augmentation des dommages causés par les inondations est le fait que les autorités s’abstiennent de draguer les barrages et les rivières. Les sédiments ont rempli les barrages et les rivières, mais les autorités n’ont pas abordé ce problème en Iran. Par exemple, après que les inondations dévastatrices de la province du Golestan, dans le nord de l’Iran, en 2019 ont coûté la vie à des centaines de personnes, le journal officiel Rouydad 24 a reconnu à l’époque que le barrage n’ayant pas été dragué, il a rapidement débordé, libérant l’inondation vers les terres habitées.

Conclusion

Les ficelles de toutes les crises mènent au règne sinistre du régime des mollahs. Les crises environnementales sont évitables, sinon gérables. La théocratie au pouvoir en Iran refuse de prévenir ces crises et retarde l’aide aux populations.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré dans son message de condoléances du 23 juillet aux victimes des inondations : « Les mollahs criminels ont pillé les richesses de notre nation, la rendant sans défense face aux catastrophes naturelles. La seule solution est de mettre fin au sinistre régime théocratique. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe