mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien exécute des manifestants innocents

Le régime iranien exécute des manifestants innocents

Le régime iranien exécute des manifestants innocents

Le 3 décembre, la Cour suprême du régime iranien a confirmé les condamnations à mort de deux jeunes manifestants, Mohammad Mahdi Karami et Seyed Mohammad Hosseini.

Ils ont été accusés d’être complices du meurtre d’un membre du Basij à Karaj. Selon la Société iranienne des droits de l’homme, après seulement six jours de soi-disant procédure judiciaire, un tribunal les a condamnés, ainsi que 13 autres jeunes, pour « corruption sur terre ». L’avocat de Mohammad Hosseini a déclaré qu’ils ont été forcés d’avouer le meurtre sous la torture.

Selon Iran Human Rights Monitor, Mohammad Mehdi Karami, 22 ans, est un champion national de karaté qui a remporté de nombreuses médailles. Arrêté et brutalement battu par les forces de sécurité le 5 novembre 2022. Une fois que les agents ont réalisé que Mehdi était toujours en vie, il a été emmené pour interrogatoire et torture. Il a été privé de soins médicaux, a ajouté la source.

Un autre manifestant, Mohammad Brughani, accusé d’avoir blessé un agent de sécurité ainsi que d’un incendie, a été inculpé de « Moharebeh » (en guerre contre Dieu), et son appel a été rejeté par la Cour suprême des mollahs le 2 janvier.

Le 3 janvier, le juge en chef de la province de Mazandaran a annoncé qu’un autre manifestant, Mohammad-Mehdi Mohammadifar, avait été condamné à deux peines de mort pour « corruption de la terre » et pour « incendie criminel, destruction de biens et atteinte à la sécurité nationale ».

Le régime iranien est connu pour violer les droits de l’homme, privant en particulier les dissidents d’une procédure régulière. Téhéran utilise littéralement les «tribunaux éclaires» avec beaucoup de fanfare médiatique comme arme, essayant d’intimider le public en faisant défiler des manifestants battus sur le banc du tribunal après avoir extorqué des aveux forcés et les avoir diffusés à la télévision d’État.

Amnesty International a également accusé les autorités du régime de « demander la peine de mort pour les manifestants dans des procès fictifs » par les soi-disant « tribunaux révolutionnaires destinés à réprimer davantage le soulèvement populaire ».

Selon des militants des droits humains, une centaine de manifestants arrêtés lors du soulèvement national sont condamnés ou risquent la peine capitale. L’opposition iranienne, Ompi, a rapporté que plus de 30 000 autres croupissent dans les prisons et les centres de sécurité du régime.

Depuis le début des années 1990, l’Iran a fréquemment été frappé par des soulèvements nationaux et des révoltes. Chaque fois que des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour appeler à des libertés sociopolitiques et des revendications économiques, le régime des mollahs a réagi en abattant les manifestants, en procédant à des arrestations massives et en tuant les dissidents.

Néanmoins, la nouvelle vague de soulèvements qui a commencé avec la mort de Mahsa Amini, une femme kurde qui rendait visite à des parents à Téhéran et qui a été brutalement battue par la brigade des mœurs, a fait éclater une rage nationale condensée contre 43 ans d’oppression, de discrimination et de corruption.

Mais contrairement au soulèvement de novembre 2019, lorsque le régime a tué plus de 1 500 manifestants et fait temporairement taire la révolte populaire en moins d’une semaine, le soulèvement actuel est loin de s’apaiser.

Pourtant, chaque enterrement se transforme en protestation et chaque choc économique peut enflammer la colère nationale. Chaque nuit, les manifestants attaquent les bases des forces de sécurité avec des cocktails Molotov et des pancartes aux flambeaux et des monuments des « figures  » du régime.

Confrontée à un dilemme politique sur la manière de résoudre leur crise existentielle, la théocratie au pouvoir est divisée en deux fronts opposés. Une majorité de responsables de l’État, même des religieux de haut rang du séminaire de Qom, se sont opposés aux exécutions et les accusations de Qisas et Moharebeh. Ils craignent que le fait de tuer les manifestants ne radicalise le soulèvement et ne conduise à une bataille armée entre l’État et la nation.

D’autres, ceux qui sont plus proches du guide suprême Khamenei, se sont opposés à leurs pairs et défendent avec zèle les pendaisons et avertissent que tout ce qui n’est pas une « action décisive » « enhardira les émeutiers ».

Le soulèvement national a également déclenché une vague mondiale de soutien de la part des gouvernements, des ONG et d’un large éventail d’artistes et de célébrités. Des dizaines de législateurs européens ont déclaré le parrainage politique des manifestants iraniens pour les protéger contre l’exécution.

Alors que le régime iranien a étouffé la moindre liberté d’expression ou même de protestation, toute une nation privée de libertés socio-politiques et de sécurité économique n’a pas d’autre choix pour se soulever et se révolter.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe