mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'arme stratégique des mollahs iraniens

L’arme stratégique des mollahs iraniens

L'arme stratégique des mollahs iraniens
Le 8 décembre, Mohsen Shekari, un manifestant qui a participé au soulèvement qui fait rage en Iran depuis trois mois, a été exécuté à Téhéran. Malgré les protestations internationales sans précédent, seulement quatre jours plus tard, Majidreza Rahnavard a été pendu en public dans la ville de Mashhad pour le même motif, Moharebeh, c’est-à-dire pour avoir mené une guerre contre Dieu. Des dizaines de manifestants parmi les plus de 30 000 arrêtés au cours des trois derniers mois en Iran pour avoir participé au soulèvement ont été condamnés à mort par les tribunaux du régime des mollahs, en attendant l’exécution de la terrible sentence.

Trois mois après le début du soulèvement populaire national, la République islamique revient à sa tactique stratégique d’autodéfense : l’exécution. Au même moment, du 7 au 14 décembre, c’est-à-dire en l’espace d’une semaine, 24 autres personnes ont été exécutées dans 13 villes d’Iran. Douze d’entre elles ont été pendues en une seule journée, le 12 décembre.

Dès le premier jour, le régime des mollahs a établi son pouvoir sur la base de la répression interne et de l’exportation du terrorisme à l’étranger. Bien que la répression interne du régime ne connaisse aucune limite en termes de méthodes, le moyen principal et symbolique de cette répression a été la pendaison et l’exécution publique.

Dès le début, les mollahs ont utilisé l’exécution pour créer la terreur nécessaire à la stabilisation de leur gouvernement et à la poursuite de leur règne.

Quelques mois après la prise du pouvoir par les mollahs après la chute du Shah, en réponse aux demandes du peuple du Kurdistan et d’autres nationalités, le gouvernement a dû recourir à l’exécution. Sadegh Khalkhali, le juge pendu par Khomeiny au nom de la religion, a acquis à cette époque une infamie mondiale.

En juin 1981, l’asphyxie politique créée par le régime n’a laissé au peuple iranien d’autre choix que la Résistance armée. La vague d’exécutions visant à réprimer cette Résistance était incomparable à tout comportement antérieur du régime et à la mesure de la menace existentielle du régime.

Douze étudiantes adolescentes ont été abattues immédiatement après la manifestation du 20 juin 1981, sans vérification de leur identité. Les autorités ont publié leurs photos dans les journaux officiels le jour suivant et ont exigé que les proches viennent chercher leurs corps. En octobre de la même année, le régime a exécuté près de 200 enfants.

Après les manifestations qui ont embrasé Téhéran le 27 septembre 1981, les mollahs ont exécuté à la hâte 1 200 personnes arrêtées lors de la protestation. À partir de juillet 1988, en quelques mois, sur la base d’une fatwa écrite de Khomeini, 30 000 prisonniers politiques, principalement des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, restés fidèles à l’opposition au régime, ont été exécutés.

L’idée fausse était qu’après une telle purge massive de l’opposition, la machine à exécuter du régime allait se ralentir et s’arrêter à un moment donné. Or, des statistiques fiables émanant d’organisations de défense des Droits de l’Homme et les témoignages de reporters de l’ONU indiquent que le régime a conservé le plus grand nombre d’exécutions au monde par rapport à sa population.

Le fait que Khomeini et maintenant Khamenei se cachent derrière la charia et la loi islamique pour légitimer l’utilisation du décret de mort est une pure tromperie. Les mollahs montrent leur tromperie dans le double standard utilisé pour appliquer ce « décret divin ».

Par exemple, l’exécution pour moharebeh, qui, selon le régime, signifie tirer des armes contre des personnes sans défense, une accusation utilisée pour exécuter des manifestants non armés, n’est jamais appliquée à ceux qui ont la moindre relation avec les instances officielles du régime.

Saeed Askar, qui a abattu en 1999 Saeed Hajarian, un ancien responsable devenu critique du régime, n’a toujours pas été puni et a même récidivé en attaquant des étudiants opposés au gouvernement.

Mahmoud Karimi, un chanteur religieux proche de Khamenei, qui a braqué une arme sur un jeune couple alors qu’il avait un accident de voiture avec eux dans la rue, n’a même pas été puni.

Ali Akbar Heydari Far, conseiller du sinistre juge Saeed Mortazavi, a été libéré au lieu d’être puni pour moharebeh lorsqu’il a été arrêté pour avoir sorti une arme dans la file d’attente d’une station-service et tiré pour intimider les gens.

Mohsen Fallahian, fils d’Ali Fallahian, l’ancien ministre du renseignement du régime, qui a sorti son arme et tué un policier, n’a jamais été puni.

L’exécution est un facteur de stabilisation principal pour ce système, l’acquisition d’armes nucléaires étant considérée comme une sorte d’assurance-vie pour lui.

Contrairement aux mollahs, dans le programme en 10 points de Mme Maryam Radjavi, l’abolition de la peine de mort et le non-recours de l’Iran aux armes nucléaires sont inclus. Aucun gouvernement démocratique en Iran ne peut maintenir les éléments de stabilité du régime des mollahs.

Le sang versé par les mollahs, même des meilleurs enfants d’Iran, garantit qu’après ce gouvernement, personne ne pourra jamais gouverner l’Iran par la potence ou le peloton d’exécution.