vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : le témoignage choquant d’un ex-prisonnier au procès de Hamid Noury...

Iran : le témoignage choquant d’un ex-prisonnier au procès de Hamid Noury en Suède

Iran : le témoignage choquant d’un ex-prisonnier au procès de Hamid Noury en Suède
Des partisans du CNRI et de l’OMPI manifestent devant un tribunal suédois à Stockholm

« Pendant 12 nuits, j’ai vu des gardes charger des camions avec des corps. C’était déchirant. » Ce sont les mots d’Amir Houshang Atyabi, un ancien prisonnier politique iranien qui a été témoin du massacre de 1988 à la prison de Gohardasht. Atyabi, un militant des mouvements de gauche, témoignait lors du procès de Hamid Noury, un responsable pénitentiaire iranien arrêté en 2019 en Suède.

Lundi 24 janvier marquait la soixante et unième session du procès d’Hamid Noury, l’un des hommes de main du régime. Nouri est jugé pour son rôle dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques iraniens en 1988, pour la plupart des membres et des partisans de l’OMPI.

Atyabi a été arrêté en 1983 pour avoir soutenu le parti Tudeh (communiste) après que le groupe a été interdit d’activités politiques en Iran. Immédiatement après mon arrestation, j’ai été emmené dans le quartier 209 de la prison d’Evine et torturé jusqu’à l’aube », a déclaré Atyabi au tribunal, ajoutant : « J’ai passé un an et demi en prison avant d’être condamné. Ils m’ont finalement condamné à 10 ans de prison. »

Le procureur suédois a demandé à Atyabi si a vu les gardes emmener les corps de prisonniers politiques exécutés hors de la prison de Gohardasht, où il avait été transféré peu de temps avant le massacre de 1988.

« Ils ont amené un camion plus gros pour pouvoir y charger plus de corps« , a-t-il déclaré au procureur, ajoutant que le camion n’était pas le camion frigorifique habituel qu’il avait vu les jours précédents. « Son toit était ouvert. Ils avaient amené d’urgence ce camion lourd car les corps dépassaient la capacité de deux camions frigorifiques que j’avais vus arriver en prison les deux jours précédents.

« Le 30 juillet, nous étions dans la sous-section du deuxième étage, au-dessus de la cellule des supporters de l’OMPI. A minuit, nous avons soudainement entendu un bruit étrange. C’était comme le bruit de laisser tomber quelque chose dans un endroit. Comme déposer des bidons d’essence dans un camion », a déclaré Atyabi.

« Ensuite, pour voir ce qui se passait, nous sommes allés au fond de la salle. Nous avions une meilleure vue depuis la fenêtre de la salle de bain. Ce que j’ai vu était un camion frigorifique vert clair. Ce camion était arrivé à l’arrière, il était près de Hosseinieh, et on pouvait voir l’avant de celui-ci et une partie de son réfrigérateur. Nous ne pouvions pas voir ce qui était chargé dans le camion. »

Hosseinieh était une grande salle de la prison de Gohardasht où les prisonniers étaient pendus par groupes de 10 à 12.

« Ce jour-là, j’ai vu la scène la plus horrible de ma vie qui me hante encore aujourd’hui. Par la fenêtre, j’ai vu les deux gardes monter sur le toit du camion. Je pouvais clairement les voir déplacer des objets pour libérer de l’espace. Soudain, j’ai réalisé qu’il s’agissait de corps qu’on déplaçait. Ils tenaient les membres des cadavres et les chargeaient dans le camion », a déclaré Atyabi au tribunal dans le cadre de son témoignage choquant de lundi.

« Pendant 12 nuits consécutives, j’ai vu un camion frigorifique et deux gardes. Imaginez le bruit de laisser tomber quelque chose dans un récipient en métal. J’ai entendu le bruit jusqu’à ce que le camion soit rempli de plusieurs couches de corps », a ajouté Atyabi.

Le massacre de 1988 a commencé fin juillet, à la suite d’une fatwa du Guide suprême du régime, Rouhollah Khomeiny, qui avait ordonné le massacre de tous les membres du OMPI. Plus tard, les responsables du régime ont exécuté des centaines de prisonniers politiques affiliés à d’autres groupes, dont les marxistes.

Les soi-disant «commissions de la mort», composées de quatre responsables, ont été chargées de mettre en œuvre l’ordre de Khomeiny. L’actuel président du régime iranien, Ebrahim Raïssi, était membre du commission de la mort de Téhéran et Karaj.

La « Commission de la mort » demandait seulement au prisonnier s’il soutenait toujours l’OMPI. Une réponse positive signifiait l’exécution.

À l’époque, Nouri faisait partie des tortionnaires du régime à la prison de Gohardasht, dans la ville de Karaj. Noury et les autres tortionnaires du régime ont saisi toutes les occasions pour harceler les prisonniers.

« Chaque fois que nous allions dans la cour de la prison, nous pouvions entendre les cris des autres prisonniers sous la torture et le bruit des coups de fouet. Ces voix nous paralysaient. Une fois, j’ai entendu deux prisonniers crier « sbires, arrêtez! » ». De nombreux prisonniers se sont suicidés à cause des tortures inhumaines du régime, a-t-il ajouté. Un autre incident terrible a été le suicide d’un prisonnier. Nous avons soudain vu un prisonnier sauter par la fenêtre. Nous ne pouvions pas comprendre s’il avait tenté de s’évader de la prison ou s’il s’était suicidé », a déclaré Atyabi.

Avant d’être jugés, certains prisonniers marxistes avaient réussi à établir des contacts avec les prisonniers de l’OMPI dans les cellules adjacentes grâce au code morse.

« Mohammad Ali Beh-Kish et Hassan Mohamad Zadeh ont réussi à établir une communication avec la cellule [des prisonniers du OMPI] grâce au code morse. Ils nous ont dit qu’ils les emmenaient pour les exécuter et ont donné leurs noms à mes deux compagnons de cellule, Behkish et Mohammadzadeh. Nous n’avons plus jamais entendu parler d’eux », a-t-il déclaré.

Lundi, en même temps que le procès de Noury, les partisans de l’OMPI et les membres des familles des victimes ont poursuivi leur rassemblement devant le palais de justice à Stockholm. Ils ont exhorté la communauté internationale à tenir le régime iranien et ses chefs criminels comme Raïssi, responsables de leurs exactions.

Il convient de noter que la procédure judiciaire avait été transférée en Albanie en novembre dernier sur ordre du juge afin que les membres de l’OMPI résidant à Achraf 3 puissent également témoigner.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe