lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : 460 personnalités exhortent l’ONU à ouvrir une enquête sur le...

Iran : 460 personnalités exhortent l’ONU à ouvrir une enquête sur le massacre de 1988

Iran : 460 personnalités exhortent l’ONU à ouvrir une enquête sur le massacre de 1988

Avec Agences : D’éminents anciens juges et enquêteurs de l’ONU ont appelé la patronne des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, à enquêter sur le « massacre » de prisonniers politiques en Iran en 1988, y compris sur le rôle présumé de son président actuel, Ebrahim Raïssi, à l’époque, a rapporté l’agence Reuters le 27 janvier.

La lettre ouverte publiée jeudi, vue par Reuters, a été signée par quelque 460 personnes, dont un ancien président de la Cour pénale internationale (CPI), Sang-Hyun Song, et Stephen Rapp, un ancien ambassadeur américain pour la justice pénale mondiale.

Raïssi, qui a pris ses fonctions en août, est sous le coup de sanctions américaines pour un passé qui comprend ce que les États-Unis et les militants disent être son implication en tant que l’un des quatre juges qui ont supervisé les meurtres de 1988. Son bureau à Téhéran n’a fait aucun commentaire jeudi.

L’Iran n’a jamais reconnu que des exécutions massives avaient eu lieu sous l’ayatollah Rouhollah Khomeiny, le leader islamique décédé en 1989.

Amnesty International a estimé le nombre d’exécutions à environ 5 000, affirmant dans un rapport de 2018 que « le nombre réel pourrait être plus élevé ».

« Les auteurs continuent de jouir de l’impunité. Parmi eux figurent l’actuel président iranien Ebrahim Raïssi et le chef du pouvoir judiciaire Gholam-Hossein Mohseni Ejei« , indique la lettre ouverte. Ejei a succédé à Raïssi à la tête du pouvoir judiciaire iranien.

Raïssi, interrogé sur les allégations des militants selon lesquelles il était impliqué dans les meurtres, a déclaré lors d’une conférence de presse en juin 2021 : « Si un juge, un procureur a défendu la sécurité du peuple, il devrait être félicité ». Il a ajouté : « Je suis fier d’avoir défendu les droits de l’homme dans tous les postes que j’ai occupés jusqu’à présent« .

La lettre, organisée par le groupe britannique Justice for Victims of the 1988 Massacre in Iran, a également été envoyée au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, dont les 47 États membres ouvrent une session de cinq semaines le 28 février.

Parmi les autres signataires figurent d’anciens enquêteurs de l’ONU sur la torture et d’anciens ministres des Affaires étrangères d’Australie, de Belgique, du Canada, d’Italie, du Kosovo et de Pologne.

Javaid Rehman, l’enquêteur de l’ONU sur les droits de l’homme en Iran qui doit faire rapport à la session, a demandé dans une interview à Reuters en juin dernier, une enquête indépendante sur les allégations d’exécutions ordonnées par l’État en 1988 et le rôle joué par Raïssi en tant que Téhéran substitut du procureur.

L’agence France presse a pour sa part rapporté dans une dépêche :
Des centaines de signataires, dont des prix Nobel, ont exhorté jeudi 27 janvier dans une lettre ouverte le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à lancer une enquête internationale sur le massacre de milliers de prisonniers politiques en Iran en 1988.

«Nous croyons qu’il est plus que temps pour le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme de Michelle Bachelet d’enquêter sur le massacre de 1988», écrivent les signataires, dont des organisations, d’anciens responsables politiques et de l’ONU, d’anciens magistrats et juristes éminents, ainsi que des lauréats du prix Nobel comme l’ex-président du Timor oriental José Ramos-Horta.

Désignant le président ultraconservateur Ebrahim Raïssi et le chef de l’Autorité judiciaire Gholamhossein Mohseni Ejeï, ils déplorent que «les responsables continuent de jouir de l’impunité», dans cette lettre coordonnée par l’association «Justice for the Victims of the 1988 Massacre in Iran» (JVMI), basée à Londres. Ils disent craindre que cela n’«encourage les autorités iraniennes à commettre d’autres atrocités contre des dissidents et des prisonniers politiques».

Selon des militants des droits de l’Homme, des milliers de personnes, dont des sympathisants ou membres des Moudjahidine du peuple, des détenus marxistes ou de gauche, ont été tuées dans des prisons en Iran, sans procès, sur ordre du Guide suprême de l’époque, l’ayatollah Khomeiny. Le président Ebrahim Raïssi a été accusé par Amnesty International d’avoir été membre d’une «Commission de la mort» à l’origine des exécutions, à l’époque où il était procureur adjoint du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

«Des milliers de prisonniers politiques qui ont refusé d’abandonner leurs croyances ont été exécutés», est-il écrit dans la lettre ouverte. «Les victimes ont été enterrées dans des fosses communes éparpillées à travers le pays». En octobre dernier, un groupe d’opposants iraniens en exil, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), avait porté plainte auprès de la police écossaise pour génocide et violations des droits humains contre le président iranien Ebrahim Raïssi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe