vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDernières et violentes pendaisons, le régime iranien se tire une balle dans...

Dernières et violentes pendaisons, le régime iranien se tire une balle dans la jambe

Dernières et violentes pendaisons, le régime iranien se tire une balle dans la jambe

À l’aube du 7 janvier, le régime meurtrier d’Iran a pendu deux jeunes manifestants arrêtés, Mohammad Mehdi Karami et Mohammad Hosseini. Mais ce que le régime théocratique envisageait comme un outil pour réprimer la société s’est retourné contre lui, car les manifestations ont persisté à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran.

Les habitants sont descendus dans les rues de Téhéran et d’autres villes en scandant des slogans contre le régime. A travers tout le pays, des jeunes ont rempli les murs de graffitis, jurant de suivre la voie tracée par Karami, Hosseini et les 750 martyrs du soulèvement national.

Dans des dizaines de villes d’Europe, du Canada et des États-Unis, des Iraniens épris de liberté ont organisé des rassemblements pour rendre hommage à Mehdi et à Mohammad. Ils ont scandé des slogans tels que « à nos chers compagnons de sang, nous continuerons jusqu’à la fin ».

Le meurtre d’État de Karami et Hosseini a été largement condamné par les gouvernements et les législateurs occidentaux, ces derniers appelant dans certains pays à couper les liens avec la théocratie au pouvoir et à lui demander des comptes.

Les deux martyrs ont été arrêtés il y a un mois et ont été gravement torturés pour faire de faux aveux. Ils ont été accusés d’avoir tué un membre des forces de sécurité, Ruhollah Ajamian, lors d’un procès kangourou sans avoir accès à un avocat. Ils ont été accusés de Moharebeh ou de faire la guerre à Dieu, une sentence qui est le plus souvent punie de mort et ne peut faire l’objet d’un appel.

Karami et Hosseini dépeignent parfaitement une nation opprimée. Tous deux étaient issus de familles pauvres et manifestaient contre un régime qui les privait de leur part des ressources du pays, mais ils ont été arrêtés et exécutés pour avoir réclamé leurs droits.

Ce crime s’est produit quelques semaines après l’exécution de Mohsen Shekari et de Majid Reza Rahnavard. Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a ordonné ces exécutions dans le but d’intimider la société rétive. Mais il a échoué car les manifestations se sont poursuivies. Au contraire, ces pendaisons ont suscité beaucoup d’émoi au sein du régime.

De nombreux responsables du régime et les médias officiels ont mis en garde contre les éventuelles conséquences internationales et nationales de ces exécutions. « Nous ne pouvons pas exécuter librement et ouvertement comme avant », a averti le quotidien officiel Farhikhtegan le 10 décembre 2022, après l’exécution de Mohsen Shekari.

« Tous ceux qui sont accusés de Moharebeh ne doivent pas être exécutés », a déclaré le 11 décembre Morteza Moghtadai, un mollahs de haut rang et ancien chef de la Cour suprême, selon le site Internet officiel Khabaronline.

« Si vous tenez à détenir le pouvoir, notez que vous ne pouvez pas fortifier vos décisions par des pendaisons. Si vous tenez à sauvegarder le système, demandez-vous : pourquoi les gens manifestent-ils contre nous ? Qu’avons-nous fait pour que les jeunes ne quittent pas les rues après trois mois ? », a déclaré Fazel Meibodi, un autre enseignant du séminaire, le 11 décembre, selon le journal officiel Sarpoosh.

Moins de 24 heures après la pendaison de Karami et Hosseini, Mohsen Borhani, un avocat affilié à l’État, et des experts ont fait valoir qu’ils n’auraient pas dû être exécutés. « Mohammad Mehdi Karami et Seyed Mohammad Hosseini n’ont pas commis de meurtre avec préméditation. Ajamian a été battu par plus de 20 individus. Quel coup a causé sa mort ? Personne ne le sait. Nous sommes donc face à un homicide sans meurtrier précis, et les accusés n’auraient dû payer qu’une compensation financière », a-t-il écrit sur Twitter le 7 janvier.

En d’autres termes, même en vertu du code pénal médiéval du régime, Mohammad Mehdi Karami et Mohammad Hosseini n’auraient pas dû être exécutés. Khamenei le savait, et pourtant il a ordonné leur exécution.

Les manifestations se sont transformées en révolution, et Khamenei voit la chute de son régime à l’horizon. Il tente donc d’intimider les gens et de remonter le moral de ses forces démoralisées, qui sont témoins de la bravoure des gens malgré la répression en cours.

En outre, les violations des Droits de l’Homme sont un élément indissociable du régime génocidaire, car il ne peut poursuivre sa vie sans exécutions. Les violations des Droits de l’Homme, le terrorisme et les armes nucléaires ne sont pas de simples penchants, mais font partie de l’ADN du régime.

La vulnérabilité fondamentale du régime, qui stimule ses orientations stratégiques, découle de son illégitimité historique, politique, religieuse et sociale à l’intérieur du pays. Privé d’une base populaire à l’intérieur du pays, le régime navigue trop près du vent. Il a donc recours à davantage de violations des Droits de l’Homme.

Pourtant, Khamenei n’a pas réussi jusqu’à présent à réprimer la société et à contrôler la situation ; il a donc choisi d’utiliser les exécutions comme arme, mais il a tiré sur la jambe de son régime.

La communauté internationale doit comprendre que ces meurtres d’État reflètent la faiblesse pure et simple du régime. La communauté internationale devrait aller au-delà des condamnations vocales des violations des Droits de l’Homme en Iran. Cela ne ferait que permettre aux criminels au pouvoir en Iran de poursuivre leur folie meurtrière en toute impunité. Les démocraties occidentales devraient couper tout lien avec le régime et reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe