vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran - Le changement de régime à Téhéran est inévitable, sénateur Giulio...

Iran – Le changement de régime à Téhéran est inévitable, sénateur Giulio Terzi

Le changement de régime à Téhéran est inévitable, sénateur Giulio Terzi

Au cours du soulèvement national en Iran, malgré la tendance fluctuante à rassembler des foules de tailles et de lieux différents, le mouvement a poursuivi sa manifestation pendant plus de 107 jours. Parfois en plein jour, parfois dans la sécurité de la nuit, chaque fois qu’ils trouvent une raison de se rassembler, les Iraniens, jeunes et vieux, se rassemblent et appellent à la destitution du dictateur.

La persévérance de ce que beaucoup appellent une « révolution en marche » a attiré un chœur international de soutien. De nombreux dirigeants mondiaux, législateurs, ONG et militants ont condamné la répression brutale des Iraniens, et les médias de nombreux pays ont pris soin d’adopter un nouveau ton.

Pourtant, la plupart d’entre eux a encore tendance à ne voir que ce qui apparaît en surface, et ils ne reconnait pas les motivations et les forces motrices sous-jacentes. Négligeant de comprendre comment des cultures fortes sont préservées, ils ne voient pas comment une nation qui a été bombardée par un extrémisme dévot pendant plus de quatre décennies honore encore ses martyrs et rejette la théocratie au pouvoir.

Pourtant, il y a des exceptions. Il y a ceux qui savent faire la différence entre l’opportunisme capricieux et l’engagement décent.

L’ancien ministre italien des Affaires étrangères, M. Giulio Terzi, est l’une de ces exceptions. Ayant occupé diverses fonctions au cours de son parcours de près de 50 ans dans le service public, il a voyagé à travers le monde pour représenter sa propre nation, a rencontré des centaines de pairs, a serré la main de dizaines de dirigeants mondiaux éminents et a tissé des liens solides.

Le 29 décembre, dans un article paru sur le site italien Fermiche, M. Giulio Terzi, aujourd’hui sénateur du parti Fratelli d’Italia (FDI), a expliqué pourquoi il soutient depuis plus de dix ans le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et sa présidente élue, Mme Maryam Radjavi.

Grâce à une large base de légitimité politique et morale, la Résistance iranienne, dirigée par l’OMPI et la figure charismatique de Maryam Radjavi, représente pleinement l’essence et le sens du soulèvement en cours en Iran, a écrit M. Terzi.

Soulignant comment un véritable mouvement musulman comme l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a joué un rôle clé en révélant la vraie nature du régime et de ses atrocités, M. Terzi a souligné que, bien que des attaques répétées continuent d’être perpétrées en Iran, il n’y a pas de raison de s’en priver. Terzi a souligné que malgré les tentatives répétées, encore vaines, de discréditer ou de réduire l’ampleur réelle des événements qui se déroulent dans tout l’Iran et de séparer leurs origines du passé, la réalité des faits – la campagne politique massive menée par l’OMPI et ses alliés contre les mollahs – la vraie nature du régime, manifestée depuis que l’Ayatollah Ruhollah Khomeini a conçu son système dogmatique de pouvoir, connu sous le nom de « Velāyat-e Faqih », est maintenant exposée de manière éclatante.

Au cours des quarante dernières années, le Conseil national de la Résistance iranienne a mené une campagne sans relâche, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran, pour dénoncer les activités terroristes du régime, et est devenu, par conséquent, une alternative viable et démocratique aux mollahs. Il semble plus approprié que la communauté internationale soutienne activement la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, Mariam Radjavi, et ses groupes alliés dans la longue marche vers la liberté et la démocratie : pour un pays extraordinaire, l’Iran, où la liberté et la démocratie doivent briller à nouveau, a-t-il affirmé.

Dans sa chronique, le sénateur Terzi réfléchit également avec soin au plan en 10 points de Mme Radjavi qui vise à conduire le CNRI à travers le processus intérimaire suivant la chute du régime. Bien que temporaires, ces principes ont été adoptés à l’unanimité par tous les membres du CNRI et constituent une feuille de route vers la rédaction d’une nouvelle constitution pour un Iran libre et démocratique.

S’opposant fermement à l’approche défaillante de l’Occident et soulignant ses graves conséquences, M. Terzi a ajouté que de nombreux gouvernements occidentaux ont poursuivi des politiques illusoires de complaisance pendant de trop nombreuses années, ignorant en outre la contribution cruciale du peuple iranien et l’opposition de l’OMPI au régime. Il est très clair que le régime des mollahs ne pourra jamais être réformé. L’urgence est donc affirmée pour empêcher Téhéran de continuer à massacrer et torturer son peuple, à déstabiliser des régions entières d’une importance fondamentale pour l’Europe, à renforcer de plus en plus son implication dans la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine, à menacer directement et à travers ses mandataires inféodés, le Hezbollah et le Hamas, l’existence même d’Israël, voire à se doter de l’arme atomique, qu’il pourrait rapidement acquérir.

Le système du régime théocratique ne peut plus cacher ou minimiser l’ampleur des soulèvements qui secouent l’Iran. Grâce à une large base de légitimité politique et morale, la Résistance iranienne – menée par l’OMPI et la figure charismatique de Maryam Radjavi – représente pleinement l’essence et le sens de la révolte en cours en Iran pour un changement de régime devenu inévitable, conclut l’ancien FM italien.

Dans une interview accordée à la Radio Radicale italienne, diffusée puis publiée le 27 décembre, le sénateur Terzi a déclaré qu’en 1988, avant de devenir président, il [Ebrahim Raïssi] était le juge principal de ce qu’on appelait la commission de la mort, une commission qui devait mettre en œuvre, et qu’il a malheureusement mise en œuvre de manière extrême, la volonté cruelle de l’ayatollah Khomeini de pendre trente mille prisonniers politiques. Il s’agissait en grande majorité de prisonniers politiques affiliés à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, les pires ennemis du régime. L’OMPI est une organisation très importante et très enracinée et c’est pourquoi le régime a peur aujourd’hui.

Expliquant la désinformation alimentée par l’ambassade d’Iran à Rome, M. Terzi a déclaré que les responsables du régime des mollahs sont les maîtres de la propagande. Ces dernières semaines, nous assistons à un phénomène, où certaines personnes tombent dans la confusion, même parmi les personnes qui n’étaient pas confuses auparavant. Des personnes qui, jusqu’à un passé récent, savaient parfaitement que les Mollahs se comportent comme des criminels et que les véritables victimes sont les membres de la Résistance iranienne dirigée par Madame Radjavi. Rappelons que c’est la Résistance iranienne qui a fait découvrir au monde l’existence d’un programme nucléaire militaire clandestin en 2003. Sans les Moudjahidine du peuple, l’Iran aurait déjà les doigts sur le bouton. Cela s’est produit parce que l’OMPI est tellement enracinée dans le système ainsi que dans la société civile.

Par conséquent, les Moudjahidine ne sont pas seulement une force attractive dans les soulèvements populaires, car c’est bien sûr grâce à eux que le peuple a le courage de se rebeller enfin. Ils se sont rebellés pendant trois ans.

Malgré cela, nous avons des gens qui ont confondu le bon et le mauvais. Ils ont confondu l’agresseur, le bourreau et le boucher avec la victime et ceux qui souffrent. Il est très évident qu’il y a le régime théocratique d’un côté, et de l’autre côté, il y a le peuple. J’espère seulement que c’est à cause de leur naïveté que certaines personnes deviennent la proie [de la désinformation].

Faisant mention aux funérailles de l’ancien Premier ministre Franco Frattini et à la présence de la délégation du CNRI, le sénateur Terzi a expliqué que Franco Frattini avait toujours été proche d’eux pendant vingt ans. Il a même eu le courage d’être proche de la Résistance iranienne en tant que ministre des Affaires étrangères. Et s’il y a une personne qui était bien informée sur les interlocuteurs [du régime], c’était lui. Il avait des relations très sérieuses et était très attentif à l’évaluation des choses réelles. C’était un homme qui avait une grande expérience du renseignement. Par conséquent, en raison des tâches qu’il avait occupées, il savait à qui il avait affaire.

A propos de l’auteur :

Le sénateur Giulio Terzi di Sant’Agata est au service de la diplomatie italienne depuis 1973. Il a été premier secrétaire aux affaires politiques de l’ambassade d’Italie à Paris, conseiller économique et commercial de l’Italie au Canada, conseiller politique de la mission italienne à l’OTAN, ambassadeur d’Italie en Israël et représentant permanent de l’Italie auprès des Nations unies à New York ; en 2009, il a dirigé la délégation italienne au Conseil de sécurité de l’ONU. M. Terzi a également été ambassadeur d’Italie aux États-Unis à Washington DC et, le 16 novembre 2011, il a été nommé ministre des Affaires étrangères par le Premier ministre Mario Monti.

Durant son mandat, il a organisé 1 483 réunions et événements, qui ont couvert 91 pays différents, avec 75 visites officielles à l’étranger et 138 réunions avec d’autres ministres des affaires étrangères, dont 63 en Italie et 75 à l’étranger.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe