mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe plan du régime iranien d'utiliser l'anniversaire de la mort de Soleimani,...

Le plan du régime iranien d’utiliser l’anniversaire de la mort de Soleimani, se retourne contre lui

Le plan du régime iranien d'utiliser l'anniversaire de la mort de Soleimani, se retourne contre lui

La propagande massive du régime iranien à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Qassem Soleimani est terminée. Alors que la théocratie au pouvoir a déployé beaucoup d’efforts pour mobiliser ses troupes démobilisées dans le cadre du soulèvement en cours, tout le cirque s’est transformé en jeu de massacre et s’est immédiatement retourné contre lui.

Cette campagne a commencé le 27 décembre lors d’un rassemblement organisé par l’État pour le soi-disant enterrement de dizaines de soldats restants qui auraient été tués pendant la guerre Iran-Irak qui s’est terminée en 1988. Du 27 décembre au 7 janvier, la machine de propagande du régime théocratique n’a cessé de faire l’éloge de Soleimani, tentant de le dépeindre comme un héros national.

Soleimani était le commandant de la force extraterritoriale Qods des Gardiens de la révolution (pasdaran). C’est un criminel de guerre qui a supervisé la propagation du terrorisme du régime dans la région et dans le monde entier. Sa présence en Syrie et son acharnement à tuer des civils syriens innocents l’ont rendu tristement célèbre comme le « tueur d’enfants ». Il a joué un rôle actif dans la répression des soulèvements nationaux en Iran et a orchestré les attaques terroristes du régime contre son principal groupe d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), principalement lorsqu’ils se trouvaient au camp Achraf et au camp Liberty en Irak.

La campagne de propagande de Téhéran avait plusieurs objectifs. Tout d’abord, le régime a lancé une série de rassemblements mis en scène par l’État pour contrer les manifestations tout en revendiquant la victoire sur la révolte populaire en cours. « Heureusement, les émeutes ont pris fin grâce aux efforts de la population et de nos dévouées forces de sécurité », a déclaré le président du régime, Ebrahim Raïssi, le 27 décembre, en s’adressant au cirque mis en scène par l’État.

« L’ennemi a utilisé tout son potentiel et mobilisé ses forces entraînées, mais il a échoué lamentablement », a déclaré Hossein Salami, le commandant en chef des pasdaran, le 27 décembre, selon l’agence de presse officielle Tasnim.

Le deuxième objectif du régime dans cette campagne ratée était de présenter Soleimani comme le symbole du pouvoir et de l’unité, afin de remonter le moral des forces de sécurité démoralisées. Il s’agissait, en effet, d’un objectif contradictoire, car le soi-disant « symbole du pouvoir », qui était également encensé par les experts du régime comme « le puissant commandant de l’ombre », a été tué lors d’une attaque de drone américaine en 2018 près de l’aéroport de Bagdad en Irak. En outre, les interminables nécrologies publiées par les médias officiels, soulignant que « Soleimani » était une figure irremplaçable pour le Guide Suprême Ali Khamenei, ont également indiqué l’échec de Téhéran à faire émerger une autorité du même calibre.

Surtout, la réaction du peuple iranien à l’anniversaire de la mort de Soleimani a porté le coup de grâce, mais le plus lourd, à la campagne de propagande du régime. Des jeunes insurgés ont incendié des centaines de bannières de Soleimani, ainsi que des dizaines de ses statues à travers l’Iran. Ils ont suivi les traces des « Unités de Résistance » de l’OMPI, qui ont mené des opérations similaires ces dernières années ; davantage de jeunes courageux ont pris part à ces actions audacieuses qui visaient à défier la terreur mise en place par le vaste réseau de sécurité du régime sur la société. Par ailleurs, les internautes iraniens se sont moqués de Soleimani et ont fait des blagues sur l’homme de main de Khamenei, appelé « Cutlet ».

Ces réactions se sont produites alors que Salami se vantait le 7 janvier que « l’ennemi a essayé d’influencer nos jeunes, mais au cours des dix derniers jours, tous ces efforts ont échoué car l’ennemi a vu le dévouement des jeunes au martyr Soleimani. »