samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDes législateurs européens dénoncent l'exécution collective en Iran

Des législateurs européens dénoncent l’exécution collective en Iran

Des législateurs européens dénoncent l'exécution collective en Iran

CNRI – Un groupe de législateurs européens a publié une déclaration jeudi condamnant l’exécution collective des prisonniers politiques sunnites par le régime des mollahs en Iran cette semaine. Ce qui suit est le texte intégral de la déclaration faite par les Amis d’un inter-groupe pour un Iran libre au Parlement européen :

Bruxelles — 4 août 2016

Forte condamnation de l’exécution collective des prisonniers politiques sunnites par le régime iranien

Au début de cette semaine, des dizaines de prisonniers sunnites dans la prison de Gohardacht dans la ville de Karaj en Iran ont été pendus. Les familles des victimes qui étaient allées dire un dernier adieu ont affirmé qu’ils étaient arrivés trop tard et que leurs proches étaient déjà morts. Au lieu de dire au revoir, les familles ont dû aller à la morgue pour récupérer les corps.

Les autorités iraniennes n’ont même pas permis aux familles des victimes de se recueillir près des corps de leurs enfants et dans la crainte des manifestations populaires ont empêché l’enterrement dans leurs villes natales dans le Kurdistan. Les victimes ont été enterrées dans la section 305 du cimetière Behesht-e-Zahra, près de Téhéran.

Les prisonniers avaient été déplacés par les forces de sécurité quelques heures plus tôt, et les autres détenus ont affirmé qu’ils ont été déplacé avec les mains et les pieds enchaînés, bâillonnés et avec la tête recouverte d’un sac. La plupart des victimes avaient été arrêtées entre 2009 et 2011 et avaient été torturées entre 18 à 31 mois dans des cellules en isolement.

Les pendaisons du 2 août surviennent pendant l’anniversaire des exécutions de l’été 1988, lorsque des milliers de prisonniers politiques ont été exécutés sur une période de cinq mois.

Les noms des 25 prisonniers politiques sunnites exécutés sont Shahram Ahmadi, 29 ans ; deux frères du nom de Kaveh et Arash Sharifi, 32 ans et 26 ans ; trois frères par les noms de Mohammad Yavar, Mokhtar et Bahman Rahimi, 31 ans, 33 ans et 38 ans ; Kaveh Vaisi 32 ans, Behrouz Shahnazari, 31 ans; Taleb Maleki, 31 ans; Ahmad Nassiri, 35 ans ; Shahou Ebrahimi, 31 ans; Pourya Mohammadi, Aalem Barmashti, Varya Ghaderifard, Keivan Momenifard, Idris Nemati, Farzad Honarjoo, Mohammad Gharibi, Keivan Karimi, Amjad Salehi, Omid Payvand, Ali Mojahedi (Ali irakien), Hekmat Sharifi (Hekmat irakien), Omar Abdollahi (Hamzeh irakien) et Omid Mahmoudi.

Les Amis d’un Iran Libre au Parlement européen, qui a le soutien d’environ 300 députés de différents groupes politiques, condamnent fermement cet acte barbare qui est un crime contre l’humanité. Plus de 2500 personnes ont été exécutées en Iran sous Hassan Rohani, qui prétendait à tort la modération. Il n’a jamais prononcé un mot contre les exécutions, mais a fait l’éloge des condamnations à mort comme loi de Dieu.

Nous appelons le Conseil des droits de l’ONU, le Conseil de sécurité de l’ONU et le Haut Représentant de l’UE, Mme Federica Mogherini, à condamner publiquement ces exécutions et faire le compte rendu des crimes du régime iranien devant la Cour pénale internationale. Toutes les relations économiques avec l’Iran doivent être suspendues et conditionnées à l’arrêt des exécutions et un net progrès sur les droits de l’homme.

Gérard Deprez, membre du parlement européen,
Président des Amis d’un Iran libre
Parlement européen

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe