samedi, février 4, 2023
AccueilMultimédia-oldMultimédia: Iran ProtestationsIran : Les habitants spoliés de Téhéran affrontent les forces répressives en...

Iran : Les habitants spoliés de Téhéran affrontent les forces répressives en scandant « canons, mitrailleuses et chars ne fonctionnent plus », « A bas le dictateur »

Iran : Les habitants spoliés de Téhéran affrontent les forces répressives en scandant « canons, mitrailleuses et chars ne fonctionnent plus », « A bas le dictateur »

Dans la matinée du lundi 23 octobre, plus de 2 000 personnes, dont les biens ont été spoliés par les institutions affiliées aux Gardiens de la révolution et au pouvoir judiciaire, se sont rassemblés devant le Parlement du régime. Les forces répressives, armées de matraques, ont agressé les manifestants et les ont brutalement tabassés. Ils ont essayé en vain de disperser la manifestation dans laquelle les femmes ont joué un rôle très actif.

Mentionnant l’assaut des forces de police, les manifestants ont scandé : « Honte, honte à la police ! » « Canons, mitrailleuses et chars ne fonctionnent plus », « A Mort le dictateur ». Lorsque la police a arrêté des manifestantes et a essayé de les emmener de force, ils ont scandé : « Vous êtes Daech, mort à daech, laissez-les s’en aller », « Police, honte à vous, laissez partir nos concitoyens. »

Les habitants de Téhéran affrontent les forces répressives en scandant « A bas le dictateur »

Les slogans des manifestants comprenaient : « A bas Seif (directeur de la Banque centrale) », « Honte à Rohani », « Larijani est un juge, mais il est un complice des voleurs », « Le vol est institutionnalisé, nos cœurs sont pleins de haine », « Ils ont pris notre argent pour voyager vers d’autres pays », « Ils avaient un déficit budgétaire, alors ils l’ont pris de notre argent », « Caspian a été volé, le gouvernement l’a soutenu », « Saif nous trahi, le Parlement le reconduit », « Je n’abandonnerai pas tant que je n’aurai pas mes droits », « On en a assez de l’injustice ».

Brutalement attaqués par la police, les manifestants ont résisté. Lançant des pierres et d’autres objets à la police, ils ont scandé : « Je tuerai celui qui a assassiné mon frère. »

La police a encerclé les manifestants afin qu’ils ne puissent pas quitter la zone, mais ces derniers ont franchi les barrières et ont commencé à marcher vers la place Baharestan. Les forces répressives ont essayé de contrôler les manifestants en déployant une unité motorisée, mais la population les a bombardées de pierres en poursuivant son rassemblement. De nombreux passants se sont joints à la manifestation.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 23 octobre 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe