dimanche, novembre 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: InternationalRéouverture de l’ambassade britannique en Iran, « Mort à l’Angleterre » toujours...

Réouverture de l’ambassade britannique en Iran, « Mort à l’Angleterre » toujours tagué au-dessus du portrait de la reine

L’ambassade vandalisée du Royaume-Uni à rouvert ses portes en Iran dimanche – un graffiti « Mort à l’Angleterre » toujours inscrit au dessus d’un portrait de la reine, a rapporté le Telegraph.

Le graffiti, un slogan parmi de nombreux peints à l’aérosol dans toute l’ambassade de Téhéran le jour où elle a été mise à sac par des vandales il y a quatre ans, n’a pas été nettoyé pour la grande réouverture de l’ambassade, malgré la présence de dignitaires tel que le ministre des affaires étrangères britannique Philip Hammond.

Les responsables du régime iranien ont prétendu qu’effacer le graffiti sans abîmer les murs victoriens élégants du bâtiments demandait le travail de spécialistes qui n’avaient pas encore été appelés. « Mais cela a paru surprenant que le graffiti offensant, écrit en persan, n’ait pas été recouvert tout de même pour la visite de M. Hammond. D’autres signes de dégâts étaient visibles également, tels que des miroirs toujours cassés », a ajouté le Telegraph.

L’ambassade du Royaume-Uni en Iran

Alors qu’il rendait en Iran la première visite en 12 ans d’un Ministre des affaires étrangères, M. Hammond a déclaré dimanche, au moment de la réouverture de l’ambassade à Téhéran, qu’il « ne devrait pas y avoir de limites » à ce que le Royaume-Uni et l’Iran pourraient accomplir ensemble.

Le Royaume-Uni a dépensé des centaines de milliers de livres pour réparer les dégâts causés par les émeutiers pro-régime iranien il y a bientôt quatre ans. Encore aujourd’hui, l’on peut lire dans le salon de la résidence de l’ambassadeur la graffiti « Mort à l’Angleterre. »

Le Comité des Affaires Étrangères du Conseil National de la Résistance Iranienne a affirmé samedi que la visite du ministre britannique à Téhéran au milieu d’exécutions de masse encourageait davantage d’exécutions et trahissait les droits humains et les valeurs démocratiques.

« La visite à Téhéran de M. Philip Hammond, le ministre des affaires étrangères britannique, ainsi que sa rencontre avec les dirigeants du fascisme religieux qui règne en Iran, encouragent le régime religieux à poursuivre et à intensifier la torture, les exécutions et l’exportation du terrorisme et du fondamentalisme. Cette visite et des visites similaires vont à l’encontre des intérêts nationaux et de la volonté du peuple iranien de renverser le régime et d’établir une démocratie et une souveraineté populaire en Iran », a affirmé le Comité des Affaires Étrangères du CNRI dans une déclaration.

« Les dirigeants du régime des mollahs que va rencontrer Philip Hammond sont en partie responsables de 120 000 exécutions politiques, dont le massacre de 30 000 prisonniers politiques à l’été 1988, et de l’exécution de plus de 2000 prisonniers depuis le début du mandat de Rohani. Pendant cette période, en plus de l’augmentation des exécutions, la répression et la discrimination envers les femmes et les minorités religieuses et ethniques ont atteint une ampleur sans précédent », a-t-il ajouté.

Un graffiti en persan proclamant « Mort à l’Angleterre » peut être aperçu au-dessus d’une photographie de la reine à l’ambassade britannique à Téhéran

 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe