lundi, janvier 30, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeNouvelles instructions du Conseil suprême de sécurité au ministère des Renseignements (Vevak),...

Nouvelles instructions du Conseil suprême de sécurité au ministère des Renseignements (Vevak), à la force Qods et au ministère des Affaires étrangères pour espionner et préparer le terrain pour le terrorisme contre la Résistance iranienne

Nouvelles instructions du Conseil suprême de sécurité au ministère des Renseignements (Vevak), à la force Qods et au ministère des Affaires étrangères pour espionner et préparer le terrain pour le terrorisme contre la Résistance iranienne

Hassan Rohani, président du régime des mollahs, a manifesté son animosité contre l’OMPI et a déclaré le 6 août : « Il n’y a rien de mal aux manifestations populaires… mais cela ne devrait pas être comme si certaines personnes répondaient aux revendications d’un groupe. »

Par la suite, le Conseil suprême de la sécurité nationale du réime, dans une instruction au ministère du Renseignement (Vevak), à la force terroriste Qods, au service de Renseignement des Gardiens de la révolution (pasdaran) et à d’autres agences impliquées dans l’exportation du terrorisme et du fondamentalisme, leur a ordonné de prendre d’autres mesures pour espionner l’OMPI et la Résistance iranienne et pour préparer le terrain pour des actes terroristes.

1. Les bureaux du ministère des Renseignements (VEVAK) dans divers pays européens ont reçu l’ordre de recueillir davantage d’informations sur les mouvements et les activités de l’OMPI et d’exploiter tous leurs ressources.

2. Le Vevak et la force Qods devraient analyser les capacités humaines, politiques et techniques et le potentiel d’actes terroristes dans les pays européens, en particulier en Albanie, grâce à l’utilisation de mercenaires non iraniens, de sorte que la responsabilité de ces actes puissent être attribuées aux « conflits internes des Moudjahidine (OMPI) » ou aux « incidents naturels » et que le régime ne soit pas accusé.

3. Pour justifier les complots et scandales terroristes déjà dénoncés en Albanie et en France (avril et juillet 2018), il est impératif d’ajouter aux dimensions de la guerre psychologique et de la campagne de diabolisation, l’afflux massif de fausses informations et la production de faux documentaires. A cet égard, le ministère des Renseignements et ses agents et mercenaires à l’étranger doivent coopérer avec les conseillers culturels du régime dans les pays européens, la Direction de la radio et de la télévision d’État à l’étranger, l’Organisation de la propagande islamique et d’autres organisations importantes. La priorité est d’employer les agents et les mercenaires du régime, en particulier les agents non iraniens qui peuvent accomplir leur mission sous le couvert du journalisme.

4. Le ministère des Affaires étrangères, le Vevak et la force Qods ont reçu l’ordre de faire pression sur les gouvernements européens, en particulier l’Albanie, pour qu’ils restreignent les activités de la Résistance iranienne. Cette tâche devrait être accomplie par le biais de « gouvernements et partis » amis dans la région, en Europe et dans les Balkans, en utilisant les relations politiques et économiques.

5. Les mercenaires et agents du régime devraient être envoyés en Albanie et utilisés sous le couvert de familles des membres de l’OMPI. Le Vevak et la force Qods sont tenus d’envoyer leurs agents, avec l’aide de certaines organisations dites non gouvernementales, en groupes sous prétexte d’être des « membres de la famille des Moudjahidine du peuple», avec le même schéma de leurs actions à entreprises contre Achraf et le camp Liberty en Irak.

Commission de la sécurité et de la lutte anti-terroriste du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 août 2018

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe