dimanche, novembre 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeMise en scène ridicule pour un nouveau souffle de la tentative électorale...

Mise en scène ridicule pour un nouveau souffle de la tentative électorale de Maliki en Irak

AchrafCNRI – Une mise en scène propagandiste organisée par les agents de renseignement du régime iranien (Vevak) à l'entrée principale du camp d'Achraf en Irak a pris des proportions étranges et absurdes.

Le 26 février, le Comité de fermeture d'Achraf des services du Premier ministre irakien a organisé un nouveau show ridicule en amenant un groupe de soi-disant journalistes au camp pour y faire des reportages et prendre des images du rassemblement des agents du Vevak devant la porte. Au départ, un buffet de fruits et de sucreries a été installé par les forces et les agents irakiens pour accueillir le supposé groupe de presse. Puis les agents ont utilisé six haut-parleurs larges et puissants pour envoyer des ultimatums aberrants contre les résidents d'Achraf. Pendant ce temps les soi-disant journalistes protégés par les forces irakiennes sont entrés en scène. La conduite du show était si pitoyable et biscornue qu'un certain nombre de ces « journalistes » ont préféré partir en disant que les ficelles étaient trop grosses pour que ce soit crédible !

Le patron de ce show tiré par les cheveux était Sadegh Mohammad Kazem du Comité irakien de fermeture d'Achraf. Il fait actuellement l’objet d’une enquête de la justice espagnole.

Le Comité international pour l’application de la justice, présidé par le Dr. Alejo Vidal-Quadras et composé de plus de 2.000 parlementaires d'Europe et d'Amérique du Nord, a écrit le 2 décembre 2009 à son sujet :

« L'un des principaux membres du comité ci-dessus est Sadeq Mohammad Kazem qui a vécu en Iran pendant de nombreuses années et qui est étroitement lié au ministère du Renseignement et de la Sécurité (Vevak) de l'Iran. Le 28 juillet, il a commandé l'attaque sur Achraf à partir de son aile nord. C’est lui qui a donné l’ordre de tirer sur les habitants sans défense d'Achraf. Pendant les attaques des 28 et 29 juillet plus de 1000 habitants ont été sévèrement battus et 36 enlevés. Sadeq a assuré la coordination avec les agents de renseignements du régime iranien sur les personnes enlevées pendant les 72 jours de leur détention. Il est maintenant responsable des pressions sur Achraf et de l’intensification du blocus sur le camp en empêchant les médicaments, la nourriture et le carburant d'y entrer. »

De plus, le Comité international des juristes pour la défense d'Achraf (CIJDA), dans sa lettre du 24 février au Président du Conseil judiciaire suprême irakien, a protesté contre le projet répressif mené conjointement par le régime des mollahs et l'envoi de ses agents devant le camp d'Achraf. Il écrit que les habitants du camp « ont officiellement déposé des plaintes au poste de police irakien basé à Achraf en lui demandant qu’elles soient envoyées à la justice et aux autorités supérieures. Toutefois, à notre grand étonnement, nous avons été informés de l'ingérence des forces armées irakiennes dans les affaires judiciaires pour bloquer ces plaintes et empêcher leur progression jusqu’au tribunal de Khalis. » Une copie de la lettre a été envoyée au Secrétaire général de l’ONU et aux autorités des Nations unies ainsi qu’aux officiels des États-Unis, au Haut Représentant de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité ainsi qu'aux ministres irakiens compétents.

La lettre déclare :
1- Le CIJDA attire l'attention de votre Excellence sur ce problème et invite le pouvoir judiciaire irakien à examiner d'urgence les événements d’Achraf au cours des trois dernières semaines.
2- Le CIJDA demande instamment à la justice irakienne de nommer un juge ou un représentant en son nom à Achraf afin de recevoir les plaintes que le commandement des forces irakiennes a jusqu'à présent empêchées d'être envoyées au tribunal de Khalis.
3- Le CIJDA déclare que toutes les plaintes fausses et fabriquées formulées par les agents du régime iranien contre les résidents d'Achraf sont dépourvues de la moindre crédibilité juridique alors que le monde entier sait que pas un seul parent ou avocat des résidents d'Achraf ni aucun parlementaire dans le monde souhaitant visiter Achraf n’ont reçu de visa d'entrée en Irak ces 14 derniers mois.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 février 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe