lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLes stratagèmes futiles et honteux du Vevak iranien visant la résistance iranienne

Les stratagèmes futiles et honteux du Vevak iranien visant la résistance iranienne

Les stratagèmes futiles et honteux du Vevak iranien visant la résistance iranienne

Les actes absurdes de la machine de cyber-guerre des mollahs d’Iran pour contrer la campagne internationale de la Résistance

Le régime iranien semble avoir perdu ses repères après les grands rassemblements de l’opposition dans de nombreuses capitales mondiales et le rassemblement de cinq jours à Achraf 3, auquel ont assisté plus de 350 dignitaires politiques de 47 pays, ainsi que les activités de plus en plus nombreuses des unités de la résistance à l’intérieur du pays.

Les événements ont porté un coup fatal au régime alors qu’un embargo sur le pétrole et des sanctions internationales sont imposés au Guide suprême du régime, Ali Khamenei, et à son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Le 4 août 2019, Ali Rabiï, porte-parole du gouvernement du régime et membre fondateur du ministère du Renseignement et de la Sécurité du régime iranien (Vevak), s’est plaint de ce que le discours de la Maison-Blanche contre le régime était devenu similaire à celui de l’Organisation des Mojahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Le 8 décembre, le quotidien Kayhan, porte-voix de Khamenei, a déclaré que l’OMPI « a pénétré profondément dans nos maisons et son impact se fait sentir ».

Assadollah Nasseh, brigadier général du Corps des Gardiens de la révolution (Pasdaran) , a déclaré à la télévision publique le 28 juillet: «Nous devons savoir que tout ce qui se passe dans le monde contre nous est le résultat de leurs efforts de lobbying [de l’OMPI / MEK] quelque part, ou le fruit de leurs efforts… En ce qui concerne la question des missiles, nous constatons que c’est eux qui fournissent les informations aux Américains. En ce qui concerne la question des droits de l’homme, ils fabriquent des dossiers qu’ils transmettent aux Européens pour que ces derniers exercent des pressions sur nous. En fait, ils utilisent tous les moyens contre nous. « 

Les responsables du régime iranien sont horrifiés par le spectre de ce qu’ils considèrent comme l’accueil grandissant réservé à l’OMPI / MEK et à la Résistance iranienne sur les réseaux de médias sociaux.

Le brigadier général des Pasdaran, Gholamreza Jalali, qui dirige les forces de défense civile du régime, a déclaré à l’agence ISNA, dirigée par l’État, le 29 juillet 2019: «Notre nouvelle guerre dans le cyberespace est plus difficile que l’opération Mersad.» [Mersad, ou L’opération lumière éternelle a été une offensive majeure de la résistance iranienne qui a pénétré dans le territoire iranien et a abouti à la libération de deux villes en juillet 1988 qui ont ébranlé le régime.] « De nombreux commentaires haineux, insultants et diffamatoires sont l’œuvre de ceux-là [OMPI / MEK] avec de faux comptes. Leurs empreintes sont sur beaucoup des controverses auxquelles nous sommes confrontés. Bon nombre de tendances dans le cyberespace de nouvelles qui sont orientées contre l’État et la révolution sont fomentés par la guerre psychologique qu’ils [OMPI / MEK] mènent contre nous … Ils comptent tirer parti de la situation économique décevante au niveau national et inciter les gens à se soulever… Au cours des événements de l’année dernière, nous avons constaté que les fake News dans le cyberespace ont eu un rôle important dans la perception de la pénurie des biens essentiels… Ils tentent d’influencer négativement l’opinion publique de la société et d’instaurer le désespoir, la déception et le sentiment d’échec de la République islamique. ”

Le commandant adjoint de la base Sarollah des Pasdaran a déclaré: « Aujourd’hui, ils [l’OMPI] ont déployé tous leurs efforts pour humilier le régime sacré de la République islamique dans le cyberespace. »

Le 29 juillet 2019, Mohammad Javad Hasheminejad, membre du Vevak, s’est plaint de la « présence de 1 500 membres [de l’OMPI / MEK] fonctionnant à trois relais en permanence» dans les réseaux sociaux et de leur rôle dans «les émeutes de 2018 au pays « , et a ajouté: » nous devons connaître notre ennemi et connaître ses objectifs pour pouvoir le contrer en conséquence « .

Le 2 août 2019, un membre fondateur des Pasdaran, le brigadier général Abolghassem Foroutan, a déclaré à l’agence de presse officielle Mizan: « Cette fois, ils veulent nuire aux valeurs de notre nation et de notre système en utilisant le cyberespace. »

Il est évident que le Vevak, les pasdaran et la Qods Force se sont lancés dans une campagne vaine pour contrer la résistance croissante au régime en utilisant leur machine de propagande et la cyberguerre. Leurs tactiques répressives connues employées contre la Résistance iranienne ont été des campagnes de diabolisation, la diffusion de fausses informations et des fake News, l’utilisation d’e-mails et de comptes frauduleux, l’envoi de courriels menaçants, l’injection de virus pour pirater les ordinateurs et les comptes de messagerie des supporters de la Résistance iranienne.

1. Un site Web en anglais créé par le régime iranien et appelé Iran Front Page (IFP) a diffusé une affirmation ridicule et catégoriquement fausse selon laquelle il aurait accès à un clip vidéo d’une « réunion privée de l’OMPI en Albanie ». Le clip de cette réunion « privée » diffuse la voix de M. Mehdi Abrichamtchi qui passe en revue les politiques des administrations américaines passées qui visaient à apaiser le régime des mollahs. Le clip a été rapidement repris dans un réseau de sites Web affiliés au Vevak iranien. Pourtant, il n’y a rien de nouveau, privé ou confidentiel dans ce clip. Ce n’est pas lié à l’Albanie non plus. Il s’agit là d’un élément pris hors contexte lors d’une réunion publique avec les Iraniens après le grand rassemblement à Paris le 1er juillet 2017. Des propos similaires ont maintes fois été diffusés à de nombreuses reprises à la télévision Simaye Azadi de la résistance et sur des sites Web affiliés à la Résistance iranienne. Les mensonges du Vevak montrent bien que le régime a besoin de telles procédés pour remonter le moral de ses troupes désespérées. Le site Web de l’IFP, publié en anglais et en arabe, est enregistré auprès de Mahmoud Asgari au 26, rue Ali Shariati et Pir-Jamali, à Téhéran, depuis juin 2014. Le numéro de téléphone de ce site Web est le + 93-2177528888 et le code de pays 93 est celui de l’Afghanistan.

2. Dans un autre acte amateur et ridicule, le Vevak a affirmé avoir accédé à un autre clip sonore de M. Abrichamtchi lors d’une autre réunion interne en Albanie et avoir publié cette affirmation sur un site Web appelé Mozahemin.org [les casse-pieds]. Le site Web a publié une photo de M. Abrichamtchi lors d’une réunion publique à Paris et diffuse la voix d’une femme inconnue posant une question. La voix demande: «En 2013, un message a annoncé que le régime serait renversé dans six mois…». Le site Web de Vevak présente ceci comme étant une protestation de membres de haut rang de l’OMPI en Albanie. Mais ni la photo de M. Abrichamtchi, ni la voix (en supposant qu’elle ne soient pas celle d’un membre du Vevak) n’ont aucun lien avec l’Albanie. La question (portant sur un supposé message en 2013) n’a aucun lien avec la réunion et le discours de M. Abrichamtchi. De plus le soit disant message de 2013 évoqué n’a jamais existé. Le site Web de Mozahemin qui est enregistré à Machhad a pour entête l’adresse de bureau du Vevak et son mot d’ordre en faisant allusion à l’OMPI est « partout où il y a terrorisme, meurtre et trahison, nous y sommes ». Le site Web se présente comme « site Web de l’organisation des casse-pieds du peuple d’Iran » est « une fenêtre sur une organisation étudiante, scientifique et défenseur des droits de l’homme qui est le résultat des efforts de certains étudiants partout en Iran et essentiellement de ceux intéressés par le domaine de la lutte contre le terrorisme. » Le sens des mots « étudiant, science et droits de l’homme » dans le monde vulgaire des mollahs d’Iran ne peut être davantage. Les directeurs du site Web sont probablement les mêmes étudiants que ceux dont Khamenei a parlé le 22 mai: « Selon les informations que je recevrais, des organisations et associations d’étudiants ont réalisé un bon travail dans divers domaines. Dans les affaires nationales et les affaires internationales. C’est une bonne présence. Un rassemblement devant certaines ambassades est parfois une bonne chose. Bien sûr, il devrait être restreint, calculé, rationnel et montrer notre supériorité morale et spirituelle. Ce n’est pas que le fait d’escalader les murs [des ambassades] soit une bonne chose tout le temps. Parfois, cependant, c’est bon.

3. L’incapacité du Vevak à contrer l’OMPI était exposée dans l’article du 3 mai 2019 du quotidien gouvernemental Khorassan intitulé «Publication du premier document de l’ingérence de l’OMPI dans les émeutes de décembre 2017». Il cite Khamenei le 9 janvier 2018, et déclare que l’OMPI est le troisième côté d’un triangle qui a créé le soulèvement qu’ils avaient préparé depuis des mois auparavant. Puis, il proclame victorieusement que « nous publions pour la première fois des extraits d’une réunion interne secrète du terroriste monafeghin [mot péjoratif pour désigner l’OMPI / MEK par le régime] en janvier 2018, dans laquelle Mehdi Abrichamtchi, commandant en second du groupe, révélait explicitement les actes terroristes dans les émeutes de décembre 2017 ». « L’article ajoute: » Le clip vocal de cette réunion confidentielle de cinq heures a été publié par un membre éminent de ce groupe terroriste et des extraits de la transcription sont publiés par khorassan. » Ensuite le journal évoque à partir du soi-disant document confidentiel, le rôle de l’OMPI et des unités de résistance dans les manifestations à Kazeroun, Ahvaz et Touysirkan. Il cite Mehdi Abrichamtchi en soulignant la nécessité d’activer 1 000 bases d’Achraf, ce qui signifie 1 000 unités de résistance et d’enflammer le soulèvement dans les villes. En bref, cet article de reflète rien d’autre que le cauchemar sans fin de ce régime et du Vevak.

4. Suite au scandale du faux compte Twitter du consul général de France à Jérusalem (à propos duquel la commission de la lutte contre le terrorisme du CNRI a publié une déclaration), le Vevak a fabriqué un faux tweet au nom d’un agent de police de Toronto (Donald Bélanger). Le 8 août, le Daily Beast écrivait à cet égard: «Les services de renseignement américains suivent une campagne de désinformation dans les médias sociaux visant à impliquer à tort le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche dans une opération mondiale de blanchiment de capitaux et de trafic de drogue. Lundi, un utilisateur de Twitter prétendant être un haut responsable canadien de l’application de la loi aurait posté des documents montrant un virement de 350 000 $ d’une entreprise canadienne de vêtements pour enfants à un compte bancaire suisse appartenant à la fille du conseiller national à la sécurité, John Bolton… Twitter a suspendu le faux compte au nom de Bélanger, le porte-parole du service de police de Toronto, Alex Li, a confirmé au Daily Beast qu’il s’agissait d’un personnage «frauduleux». Le véritable responsable de la police dont le compte a été truqué n’a jamais eu de compte Twitter. Un responsable américain au courant de la campagne de désinformation a déclaré que les responsables de la communauté du renseignement étaient au courant de cet effort. Lee Foster, analyste du renseignement des opérations d’information au sein de la société de cybersécurité FireEye, a déclaré au Daily Beast que les techniques du canular sont « conformes à ce que nous avons vu avec les précédentes opérations d’influence pro-iranienne ». Bolton fait partie des critiques les plus agressives de l’administration Trump du régime iranien. Le responsable américain, tout en ne commentant pas spécifiquement la campagne de désinformation de cette semaine, a déclaré que Bolton avait été la cible d’opérations d’influence parrainées par l’État visant à affaiblir son statut au sein de l’administration. Bien que Twitter ait rapidement supprimé le tweet lundi et suspendu le compte, celui-ci avait déjà été repris et couvert par une poignée de sites Web proposant des positions éditoriales favorables au gouvernement iranien. Des organes de presse tels que Iran Front Page ont accusé Belanger de prétendre qu’une entreprise canadienne aurait transféré les fonds en question et pris en flagrant délit de trafic d’opium. Ils entretiennent des liens étroits avec le groupe terroriste Moudjahidine du peuple d’Iran (Mojahedin Khalq Organization – MKO). ‘”

5. Le juillet 2019, le Vevak a commencé à envoyer des messages aux partisans de la Résistance iranienne par le biais de faux comptes de messagerie, tels que [email protected] et [email protected] En utilisant ces courriels, qui portent les noms de personnes connues, ou qui sont similaires mais de faux comptes de messagerie, le régime iranien a tenté de diffuser des informations fausses et trompeuses parmi les Iraniens et les partisans de la Résistance.

6. À la fin du mois de juillet, la cyber-armée du régime a utilisé un faux compte télégramme, @SetareganZamini, pour contacter plusieurs Iraniens et sympathisants de la Résistance, leur demandant de fournir un soutien financier aux unités de la Résistance en Iran.

7. En juillet également, elle a utilisé le nom et l’adresse électronique d’une partisane de l’OMPI, Zahra Asl Rousta ([email protected]), pour envoyer un message contenant un fichier pdf contenant une série de questions, invitant les destinataires à répondre. Le fichier pdf contenait un virus et était conçu pour pirater et voler les données stockées sur les ordinateurs destinataires.

8. En avril et mai, une personne portant le faux nom d’Arezoo s’est présentée en tant que responsable de l’OMPI qui s’occupait de questions liées aux partisans de l’OMPI. Elle a contacté beaucoup d’entre eux pour leur dire que, parce qu’elle était occupée par des manifestations successives, une autre personne, Homa, la remplacerait. Cet agent du Vevak se présentant comme Homa poserait différentes questions pour obtenir des informations sur la Résistance iranienne. Par exemple, elle écrivait: «Je veux savoir si vous connaissez quelqu’un en Iran que vous pouvez présenter et avec qui je peux parler. Faites-nous savoir sur qui que ce soit, où que vous soyez, qui pourrait être en contact avec nous, nous donner des nouvelles ou effectuer même une petite tâche. Je serais très reconnaissante. »

9. En avril 2019, en utilisant un faux courrier électronique, [email protected], le régime a envoyé un fichier pdf intitulé « Rapport visuel sur les habitants d’Achraf en Albanie ». Le fichier contenait un virus qui infecterait tout ordinateur qui clique dessus.

10. En avril 2019, le cyber-agent du régime a utilisé un faux compte de messagerie portant le nom d’un responsable de la Résistance pour envoyer des messages urgents et avertir que certains courriels ont été piratés. Un de ces messages disait: « Bonjour, je voudrais vous informer que cet email de…. A été piraté. Si il / elle vous envoie un email, ne cliquez pas dessus car il s’agit d’un virus et infectera votre ordinateur et votre téléphone portable. Veuillez en informer tous les amis. » Quelques instants plus tard, il / elle envoyait des messages invitant les destinataires à contacter un courrier électronique spécifique. En prétendant avoir perdu leurs numéros de téléphone, il essayait de connecter des personnes à des comptes de messagerie du Vevak et récolter des renseignements.

11. En avril 2019, une cyber-opérateur a utilisé le compte mail [email protected] pour montrer que le régime avait infiltré les rangs de l’OMPI. À cette fin, il a copié un texte intitulé « alerte numéro 10 », envoyé précédemment aux partisans de l’OMPI, et écrit: « La collection de ces questions ces derniers jours témoigne de la présence d’infiltrés dans les rangs des partisans de l’OMPI et de l’OMPI elle-même, ce qui ne fait que renforcer la nécessité de sensibiliser les gens autour de nous, de tracer des lignes et d’être vigilant. » Le même texte contenait une série de faux rapports sur des courriels du régime ou des numéros de téléphone suspects utilisés pour contacter des partisans de l’OMPI qui demandaient des dons. Celles-ci ont été conçues pour gagner la confiance des destinataires. Il va sans dire que les partisans de l’OMPI n’utilisent jamais de telles méthodes pour faire des dons.

12. Dans un autre exemple, le régime a utilisé le compte Télégram d’une personne détenue pour contacter son frère à l’étranger et l’inviter à se rendre en Iran. Après un suivi, cet individu s’est rendu compte que son frère avait été arrêté et que son compte télégram avait été fraudé.

13. Un cyber-agent du régime a utilisé le faux compte de messagerie électronique [email protected] (similaire au compte de messagerie électronique Hambastegi Meli) pour diffuser de fausses informations et des calomnies à l’encontre de l’OMPI et de la Résistance. L’authentique compte de messagerie est [email protected]

14. Les membres de Vevak ont utilisé deux comptes de messagerie, [email protected] et [email protected], pour envoyer des messages aux Iraniens et aux partisans de l’OMPI. Se présentant comme des dissidents, ils poseraient une série de questions, puis répèteraient une partie de la propagande et des allégations du régime contre l’OMPI.

Les cyber-agents du régime ont également utilisé un faux compte Skype, au nom d’un certain Issa, similaire à celui utilisé par un membre de la Résistance, pour obtenir des informations des partisans de l’OMPI.

16. Une autre tactique utilisée par les services de renseignements du régime consiste à envoyer des messages de menace aux partisans de l’OMPI actifs sur Télégram. L’un de ces messages de «Didban fazaye majazi» est le suivant: «Cher utilisateur de télégramme, vous avez rejoint le groupe national du groupe de télégram, qui appartient à l’OMPI. Jusqu’à présent, nous considérions que vous l’ignorez. Mais si vous continuez à être membre, vous serez perçu comme adhérant délibérée ce qui entrainera pour vous des poursuites judiciaires. ”

17. Ces derniers mois, les services de renseignement du régime ont utilisé le numéro de téléphone 33937502075 pour contacter les partisans de la Résistance en France et obtenir leurs comptes Facebook et leurs comptes de messagerie.

18. Récemment, le Vevak a utilisé un compte de messagerie similaire à celui utilisé par un journaliste américain et a copié sa photo et ses informations pour demander une interview avec un partisan de l’OMPI. Il a envoyé un virus dangereux pour pirater son ordinateur, mais a échoué.

La Commission de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme du CNRI appelle tous les compatriotes et sympathisants de l’OMPI à dénoncer les stratagèmes infâmes du régime et à neutraliser leurs cyber intrigues. Il les prie instamment de s’abstenir de répondre aux courriels et contacts suspects et inconnus, notamment dans les réseaux Telegram, Skype, Whatsapp, etc., et de partager les cas suspects avec les bureaux de représentation du CNRI ou les bureaux de l’OMPI dans différents pays.

Le Conseil national de la Résistance iranienne
Commission sur la sécurité et le contre-terrorisme
14 août 2019

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe