mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLes pasdarans redoutent l’insurrection générale avec la présence active de l’OMPI lors...

Les pasdarans redoutent l’insurrection générale avec la présence active de l’OMPI lors de la mascarade électorale

Mascarade électorale en Iran – n°13

Discorde dans la bande de Khamenei pour la présentation d’un seul candidat

Dans un discours à des étudiants d’un séminaire de la ville sainte de Qom les 18 mai, le directeur du bureau politique des gardiens de la révolution Rassoul Sanaïrad, n’a pas caché qu’il redoutait le résultat et les conséquences de la mascarade électorale : « La 11e élection est à plusieurs niveaux et aura des résultats imprévisibles. »

Soulignant qu’il était impossible de contenir une insurrection générale pendant ou après l’élection, il a déclaré : « Une des conséquences probables serait une insurrection sur le modèle russe à Téhéran qui ensuite s’étendrait à tous les points du pays avant de revenir à Téhéran. L’expérience de 2009 a donné lieu à cette sédition à Téhéran, ce qui a concentré les forces de sécurité dans la capitale pour contrôler la situation. Mais si ce soulèvement s’était étendu aux villes de provinces, vu l’éparpillement des forces de défense, le résultat aurait pu être différent. »

Par ailleurs, l’agence de presse Fars des gardiens de la révolution a exprimé la crainte du régime de voir les Moudjahidine du peuple former le soulèvement populaire : « Ils ont l’expérience de la rébellion, des troubles et du sabotage des événements postélectoraux de 2009. Ils essaient de guider leurs éléments et leurs partisans dans l’élection présidentielle de 2013 en donnant des instructions pour le scrutin (…) ils ont ordonné à leurs forces d’utiliser toutes leurs capacités pour approfondir les failles. »  L’agence de presse ajoute : « Dans les instruction données par l’OMPI pour l’élection, il est dit qu’en 2009, ils devaient aggraver les failles et user de toutes leurs forces pour radicaliser les attitudes et les réactions (…) Cette fois, il faudra commencer les affrontements avant le vote. » Selon la dépêche des pasdarans, l’OMPI « a déployé toute sa capacité médiatique, notamment les internautes des réseaux sociaux, les sites et les blogs. »

Des rapports venant de l’intérieur de la faction de Khamenei montrent que de graves divergences ont éclaté entre ses ténors sur le choix d’un seul candidat et qu’ils sont encore loin d’un consensus.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 mai 2013