lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLa représentante du CNRI en Allemagne se dit satisfaite des poursuites judiciaires...

La représentante du CNRI en Allemagne se dit satisfaite des poursuites judiciaires contre les espions du régime iranien

La représentante du CNRI en Allemagne se dit satisfaite des poursuites judiciaires contre les espions du régime iranien

Le ministre des renseignements des mollahs est le véritable cerveau de l’espionnage contre l’opposition iranienne et doit être traduit en justice

Le Dr. Massoumeh Bolourchi, représentante en Allemagne du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est dit satisfaite des poursuites judiciaires lancées contre les agents du ministère des renseignements du régime des mollahs (VEVAK), lesquelles faisaient de l’espionnage contre le CNRI et l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Elle a ajouté que l’affaire en question n’est que la partie visible de l’iceberg du vaste réseau d’espionnage de VEVAK en Europe et en particulier en Allemagne. Cette affaire montre à quel point le régime iranien craint les activités légitimes et légales du CNRI en tant qu’alternative démocratique à ce régime.

Elle a exhorté le gouvernement allemand et les organes concernés à faire la lumière toutes les informations sur les réseaux d’espionnage du régime iranien contre la Résistance et les réfugiés iraniens résidant en Allemagne et à juger toutes les personnes impliquées dans ces activités illicites.

Les réseaux d’espionnage des mollahs sont contrôlés par le Vevak à Téhéran. Cela a été confirmé par le bureau du procureur fédéral allemand et par l’Office fédéral de protection de la Constitution (BVF, Bundesmat fur Verfassungsschutz).

Le Dr. Bolourchi a souligné : « Mahmoud Alavi, le ministre des renseignements de Rohani, supervise ces réseaux et doit être traduit en justice. Depuis la prise de fonction d’Alavi, ces activités illégales se sont intensifiées. Si en raison des considérations politiques ou diplomatiques les autorités allemandes ferment les yeux sur le rôle direct d’Alavi dans cette affaire et ne le convoque pas au tribunal, cela va encourager le régime iranien à développer ses réseaux d’espionnage en Europe. Ces réseaux pourraient être utilisés dans le cadre de futures activités terroristes en Europe. »

La Résistance iranienne a annoncé le 28 octobre 2015 que Maysam Panahi et ses complices ont été expulsés du camp Liberty (le camp qui abrite depuis avril 2012 les membres de l’OMPI résidant en Irak). Ensuite, ces individus sont allés à l’hôtel Mohajer à Bagdad (un bâtiment qui est sous le contrôle du VEVAK) et y ont été briefés sur leurs missions d’espionnage par un officier supérieur du VEVAK. Cet officier s’appelle « Kianmehr », mais il utilise le surnom de « Sajjad ».

Sajjad est l’officier du VEVAK qui a recruté Massoud Dalili après que ce dernier a quitté le camp d’Achraf et est allé à l’hôtel Mohajer. Par la suite, Massoud Dalili a fourni ses informations sur le camp d’Achraf aux agents irakiens qui ont attaqué ce camp le 1er septembre 2013 en y ont massacrant 52 résidents du camp.

Un rapport daté de 2014 de la branche de BVF dans l’Etat de « Rhénanie du Nord et Westphalie » précise : « Les activités de l’appareil de renseignement du régime iranien en Allemagne se concentrent sur les activités de l’opposition iranienne, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran. Plusieurs dizaines de membres de l’OMPI (accueillis en Allemagne pour des raisons humanitaires et venus en 2013 en Allemagne en provenance d’Irak) ont été intensément espionnés. Les activités du VEVAK dans cet Etat se concentre sur l’obtention d’informations sur les membres de l’OMPI et du CNRI. En outre, les services secrets iraniens poursuivent leurs activités dans le domaine de propagandes visant à discréditer et ternir l’image de l’OMPI. »

Bureau de représentation en Allemagne du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 2 juin 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe