lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeIran : Saïd Ghassemi des pasdaran reconnaît avoir utilisé la couverture du...

Iran : Saïd Ghassemi des pasdaran reconnaît avoir utilisé la couverture du Croissant-Rouge et ses relations avec Al-Qaïda

Iran : Saïd Ghassemi des pasdaran reconnaît avoir utilisé la couverture du Croissant-Rouge et ses relations avec Al-Qaïda

La Résistance iranienne a toujours révélé le rôle du Croissant-Rouge et de son appareil apparemment civil dans la répression et le terrorisme.

Le brigadier général des pasdaran, Saïd Ghassemi, a reconnu pour la première fois, le 15 avril 2019, que le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a agis en Bosnie sous le couvert du Croissant-Rouge et a été en contact avec Al-Qaïda.

Craignant les répercussions internationales de cet aveux d’un pasdaran installé pendant longtemps en Bosnie, les responsables des pasdaran et le Croissant-Rouge du régime ont tenté en vain de nier les propos de Ghassemi. Ces déclarations ont été à nouveau confirmées le 17 avril par Hossein Allah Karam, chef de la bande d’Ansar Hezbollah, une milice extrémiste affilié aux pasdaran.

La Résistance iranienne au cours des quatre dernières décennies a révélé à maintes reprises comment le régime avait mis le Croissant-Rouge et d’autres organisations apparemment civiles au service de la répression intérieure, de l’exportation du terrorisme et du pillage des richesses du peuple iranien. Le Croissant-Rouge a toujours été l’outil des Gardiens de la révolution dans leurs interventions criminelles et terroristes dans les pays de la région.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, dans ses propos de solidarité adressés aux victimes des inondations le 6 avril 2019, a décrit le Croissant-Rouge comme un instrument d’exportation de l’intégrisme et du terrorisme, affirmant que « les mairies sont des organes de sécurité et de pillages. Les gouvernorats ont pour objectif d’assurer la sécurité du régime. Le Croissant-Rouge exporte l’intégrisme et le terrorisme, le Comité de secours est pour soutenir les ingérences du régime en Syrie et en Afghanistan, et aucune des institutions ou infrastructures du pays n’a pour but de protéger le peuple iranien, mais plutôt de préserver la dictature au pouvoir. »

L’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), dans un communiqué datant du 4 août 1987 intitulée « Révélations sur les plans terroristes et subversifs de Khomeiny à La Mecque », qui a tué des centaines de pèlerins, a écrit : « Pour mettre à exécution son plan, le régime a envoyé de nombreux dirigeants et autorités de haut rang, notamment des ministres, des commandants des pasdaran, des imams de la prière du vendredi, des membres du Majlis et Yusef Vahidi Dastjerdi, chef du Croissant-Rouge, à La Mecque. »

La Résistance iranienne avait précédemment révélé une lettre confidentielle du Conseil suprême de sécurité du régime adressée au chef du Croissant-Rouge, Nour Bala, le 19 avril 2003, indiquant que le Croissant-Rouge n’était qu’un outil aux mains des Gardiens de la révolution et de la Force Qods. La lettre, signée par Ali Rabii, Secrétaire exécutif du Conseil suprême de sécurité, informait le chef du Croissant-Rouge des décisions du « Conseil pour la politique en Irak, approuvées par le président Khatami », selon lequel « les besoins immédiats du peuple irakien seront déterminés par la Force Qods » et « le Croissant-Rouge sera responsable de la collecte de l’aide populaire » et « l’aide sera transférée en Irak avec la coordination de la Force Qods ».

Dans un communiqué datant du 17 avril 2004, la Résistance iranienne a révélé que « le 5 avril, Shoushtari Zadeh, chef du Croissant-Rouge iranien, accompagné d’une équipe du ministère du Renseignement et de la Force Qods, sous le couvert du Croissant-Rouge, s’est rendu à Karbala et à Bagdad sur ordre de Khamenei. »

Dans un communiqué datant du 29 mars 2015, la Résistance iranienne a révélé qu’« un des stratagèmes utilisés par la Force Qods pour pénétrer au Yémen est de faire en sorte que le Croissant-Rouge iranien y soit actif, de sorte que via l’aide humanitaire, la construction d’hôpitaux et d’acheminement de médicaments, le régime puisse y accéder facilement. Le régime a utilisé cette couverture pour recruter des éléments pour ses réseaux terroristes. » Dans un autre communiqué en date du 24 mai 2004, la Résistance iranienne a révélé le transfert par avions des commandants houtites entre l’Iran et le Yémen sous couvert d’aides du Croissant-Rouge.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 avril 2019

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe