mercredi, février 28, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsSixième jour de grève des sidérurgistes d'Ahwaz et manifestation devant le gouvernorat...

Sixième jour de grève des sidérurgistes d’Ahwaz et manifestation devant le gouvernorat du Khouzistan

Sixième jour de grève des sidérurgistes d'Ahwaz et manifestation devant le gouvernorat du Khouzistan

Les médias d’État : Selon les chiffres officiels, le prix des denrées alimentaires a doublé en un an, les salaires de la plupart des travailleurs sont inférieurs à 100 millions de rials (218 euros) et le coût du panier de la ménagère s’élève à 300 millions de rials (654 euros).

Ce dimanche 28 janvier, les sidérurgistes du Groupe industriel d’acier d’Ahwaz se sont rassemblés dans les rues centrales de la ville pour leur sixième jour de grève afin de protester contre la spoliation de leurs droits et l’indifférence du régime à l’égard de leurs revendications. Ils ont scandé des slogans tels que « notre ennemi est ici même, ils mentent quand ils disent que c’est l’Amérique », « nous n’avons pas vu de justice, nous ne voterons plus », « si notre problème n’est pas réglé, Ahwaz connaitra le chaos » et « citoyens, réveillez-vous, nous sommes des travailleurs, pas des voyous ». Ils se sont rassemblés devant la préfecture et ont marché vers le gouvernorat d’Ahwaz et le bâtiment de la banque Melli, propriétaire de l’usine. Les grévistes, qui ont arrêté la chaîne de production depuis le 24 janvier, ont également marché de l’usine au gouvernorat, puis jusqu’au gouvernorat provincial le 27 janvier.

Le Groupe industriel national iranien de l’acier, qui emploie 3 000 personnes, a été transféré à la Banque Melli en 2011 après la révélation d’un détournement de fonds de 30 milliards de rials par des investisseurs affiliés au régime. Cette banque, qui est également contrôlée par le Corps des gardiens de la révolution (pasdarans), pille et réprime les travailleurs de la manière la plus dure qui soit. C’est pourquoi ces derniers ont demandé la mise à l’écart de la banque Melli.

En décembre 2023 et janvier 2024, les travailleurs sont descendus dans la rue pour protester contre la non-application du système de classification professionnelle et les bas salaires, mais les employeurs ont suspendu et banni 21 travailleurs. Pour protester contre cette action répressive, les travailleurs ont arrêté cinq lignes de production de l’usine et exigé la mise à l’écart de la Banque Melli. En juillet 2023, les employeurs ont exclu six travailleurs et le tribunal du régime a condamné 17 travailleurs au fouet et à la prison.

Aujourd’hui, les retraités de la société Nayyer Pars à Téhéran, les retraités d’Ahwaz, Chouch et Haft Tappeh, les travailleurs du projet de dessalement Makran à Chabahar, les retraités de l’usine sidérurgique d’Ispahan, des travailleurs des raffineries de pétrole de la région de South Pars à Bouchehr, les employés de la pétrochimie Hagmataneh de Hamedan, les travailleurs de la compagnie pétrolière et de gaz d’Ahwaz et les travailleurs de de la compagnie de pétrole Falat Qarreh dans la région de Siri ont également manifesté contre la pauvreté et les bas salaires. Les retraités de l’usine sidérurgique d’Ispahan ont lancé des slogans tels que « nous n’avons pas vu de justice, nous ne voterons pas pour des voleurs».

Le site officiel Eghtesad24 écrivait le 21 décembre 2023 : « Dans une situation où le coût du panier de la ménagère est de 300 millions de rials par mois, selon les experts, les salaires de la plupart des travailleurs, même avec les avantages sociaux, n’atteignent pas 100 millions de rials. » Le média officiel Farda-ye Eghtesad a écrit le 3 janvier : « Les données officielles sur l’inflation montrent que le panier de la ménagère a augmenté de plus de 100 % au cours de l’année écoulée ; selon l’Organisation centrale des statistiques d’Iran, le prix des denrées alimentaires a plus que doublé en décembre. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 janvier 2024