jeudi, juin 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLe régime iranien ferme les magasins d'or sur fond de protestations

Le régime iranien ferme les magasins d’or sur fond de protestations

Le régime iranien ferme les magasins d'or sur fond de protestations

Afin de réprimer la dissidence, le régime iranien a pris des mesures drastiques en fermant les magasins d’or à Machhad, une grande ville du nord-est de l’Iran. Les rapports indiquent que la fermeture fait suite à une grève organisée par les vendeurs d’or qui manifestent contre les politiques fiscales du gouvernement.

Selon les médias officiels, le marché de l’or de Machhad a été effectivement fermé en raison de la grève en cours, et certains magasins risquent d’être officiellement fermés par les autorités de la province de Khorasan Razavi.

Youssef Taqizadegan, directeur de l’Union de l’or et des bijoux de Machhad, a révélé que les tensions s’étaient aggravées après que les vendeurs d’or eurent reçu l’ordre d’enregistrer leurs stocks d’or dans le système commercial national. Cette directive a donné lieu à des manifestations généralisées, incitant de nombreux vendeurs d’or à fermer leurs boutiques en signe de solidarité.

La grève, qui ne montre aucun signe d’apaisement, a été alimentée non seulement par des préoccupations fiscales, mais aussi par des objections au système commercial national. Nader Bazrafshan, représentant de la Gold and Coin Union, a déclaré au journal officiel Sharq que les vendeurs d’or étaient réticents à l’idée d’enregistrer leur capital et leurs stocks de longue date dans le système commercial global.

Avec un demi-million de personnes employées dans l’industrie aurifère iranienne et 70 000 membres actifs de guildes, les répercussions de la grève en cours sont importantes.

Il ne s’agit pas d’un incident isolé. Des grèves similaires ont eu lieu dans plusieurs villes iraniennes, dont Ourmia, Ispahan, Qom, Téhéran, Bandar Abbas et Tabriz, soulignant le mécontentement généralisé des vendeurs d’or.

Les politiques fiscales du gouvernement, menées par l’administration d’Ebrahim Raïssi et soutenues par le Majlis (Parlement des mollahs), ont été un point de discorde majeur. La nouvelle d’un projet de taxe de 25 % sur les ventes d’or et de bijoux, bien que démentie dans un premier temps, a encore alimenté l’agitation parmi les vendeurs d’or.

En décembre 2023, après une semaine de grève, Ehsan Khandouzi, le ministre de l’Economie et des finances, a cédé aux exigences des vendeurs d’or et a annoncé qu’il renonçait à enregistrer leurs informations dans le système commercial global. Toutefois, la récente mise sous scellés de boutiques d’or à Machhad rappelle brutalement la duplicité du régime et sa tendance à recourir à la répression comme principal outil de lutte contre la dissidence.