mardi, avril 23, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsUn responsable du régime met en garde contre l'influence de l'OMPI en...

Un responsable du régime met en garde contre l’influence de l’OMPI en Iran et appelle restreindre Internet


Le régime iranien affiche systématiquement une préoccupation dans ses médias visant à alerter la jeune génération iranienne sur ce que le régime perçoit comme une menace importante : l’attirance pour l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI-MEK).

Dans une récente démarche contre l’OMPI, Mohammad-Sadegh Koushki, ancien interrogateur du ministère iranien du renseignement, qui se présente désormais aux médias comme professeur d’université, a accordé une interview au journal d’État Hamshahri. Dans cette interview, il a mis en garde contre « les dangers de l’OMPI pour la jeune génération ». Koushki, connu pour son implication dans les interrogatoires de nombreux partisans de l’OMPI au cours des dernières décennies, est décrit par les médias iraniens comme un « expert sur la question de l’OMPI ».

Compte tenu de l’objectif évident derrière l’interview, il est crucial d’aborder les déclarations de Koushki en reconnaissant le point de vue du régime, en utilisant un filtre de « langage inversé ». Néanmoins, l’examen de ces déclarations permet de comprendre la position du régime à l’égard de ce qu’il considère comme un adversaire important.

Admettant indirectement à quel point les Iraniens ont été attirés par l’organisation, Koushki a affirmé : « À une époque où Internet est devenu un phénomène quotidien et où Internet est devenu accessible au grand public, l’OMPI a étendu ses activités sur Internet et a utilisé Internet comme un moyen de communication… progressivement, à la fin des années 2000 ils ont adopté cette autre méthode pour attirer le public. »

À la question : « Comment communiquent-ils si facilement avec les jeunes ? Koushki a déclaré : « Avec la propagation d’Internet et son omniprésence sur les téléphones portables, la performance de l’OMPI est devenue beaucoup plus large et plus profonde… Le récit de l’OMPI dans ses communications est la victimisation. Ils ont présenté l’organisation comme une organisation démocratique épris de liberté et que la République islamique a tué et massacré des dizaines de milliers de membres de l’organisation. Ils ont été tellement inculqués que désormais la meilleure alternative à la République islamique est cette organisation. »

Concernant la question de savoir si les jeunes individus reçoivent une rémunération pour leur implication dans l’OMPI, Koushki a précisé : « Non, ils sont en fait tenus de couvrir leurs propres dépenses pour participer à ces activités. L’organisation elle-même ne fournit pas de soutien financier. Les individus qui collaborent avec les services de renseignement occidentaux et israéliens sont rémunérés pour leur travail. »

En réponse aux demandes de renseignements sur les récents cas de recrutement, Koushki a reconnu l’implication de l’OMPI dans les soulèvements survenus ces dernières années.

Il a confirmé : « Malheureusement, il y a eu des cas de recrutement d’étudiants d’universités renommées comme l’Université Sharif en utilisant Internet et les téléphones portables, les transformant ainsi en forces opérationnelles de l’organisation au sein de l’université. C’était un autre niveau pour atteindre le grand public, comme en témoignent les troubles de 2017, 2019 et 2022. »

Il a expliqué : « Nous avons observé des activités telles que l’écriture de slogans, des actions violentes et la création d’affiches et de tracts pour les dirigeants de l’organisation, en particulier lors des troubles de 2022. De plus, des activités de propagande généralisées ont été menées par l’organisation sans mentionner explicitement les moudjahiddine du peuple, touchant ainsi un plus large public. »

Au cours de l’interview, Koushki a affirmé que « l’OMPI continue d’attirer des adolescents et des jeunes ordinaires » et que « l’organisation a toujours cette approche et attire les gens. Ils produisent et diffusent divers contenus politiques, sociaux et sécuritaires sous forme d’images et de clips comiques, mais avec des contenus en opposition au système ».

Comme solution pour contrer l’influence de l’OMPI dans la société iranienne, l’ancien interrogateur du Vevak a suggéré : « Je ne préconise ni n’approuve la mise en œuvre de mesures de limitation d’Internet aujourd’hui. À mon avis, la manière de remédier à cette situation est de gérer l’utilisation d’Internet. Si l’Iran adopte une loi répondant à de tels critères, cela pourrait potentiellement résoudre bon nombre des problèmes associés. »