mardi, avril 23, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsTroisième jour de grève des sidérurgistes d'Ahwaz et des bijoutiers de Téhéran,...

Troisième jour de grève des sidérurgistes d’Ahwaz et des bijoutiers de Téhéran, Machhad, Ispahan, Yazd, Tabriz, Arak et Qom

Troisième jour de grève des sidérurgistes d'Ahwaz et des bijoutiers de Téhéran, Machhad, Ispahan, Yazd, Tabriz, Arak et Qom
Protestation des retraités des télécommunications dans 15 provinces d’Iran

Le lundi 25 décembre 2023, les retraités des télécommunications de 15 provinces d’Iran, notamment dans les villes de Chiraz, Sanandaj, Chahrekord, Khorramabad, Ardebil, Ispahan, Marivan, Tabriz, Arak, Ahwaz, Hamedan, Bijar, Racht, Sari et Zanjan, ont manifesté devant les bureaux de l’entreprise gouvernementale des télécommunications. Ils protestaient contre le fait que le gouvernement n’a pas répondu à leurs demandes.

Le même jour, la grève des sidérurgistes du Groupe national de l’acier d’Ahwaz s’est poursuivie pour la troisième journée. Une marche de protestation a eu lieu depuis les locaux de l’entreprise jusqu’à la place Bagha’i. Les travailleurs ont scandé notamment « menaces et prison n’ont plus d’effet », « à bas l’oppresseur, vive le travailleur » et « nous préférons la mort à l’humiliation ». Les travailleurs demandent la réintégration de leurs collègues suspendus et de ceux qui ont été licenciés. Les cartes d’entrée de 38 travailleurs ont été bloquées par la direction et la sécurité de l’entreprise en représailles aux protestations.

Ce 25 décembre, les infirmières et les retraités ont également manifesté à Téhéran, Ahwaz, Qazvine et Ilam. Des retraités du ministère du pétrole, de la sécurité sociale et de l’éducation se sont rassemblés devant l’organisation du plan et du budget à Téhéran, tandis que les retraités d’Ahwaz, de Qazvine et d’Ilam se sont rassemblés devant l’organisation de la gestion et du plan. Ils ont scandé « le gouvernement nous trahit, le parlement le soutient », « assez d’oppression et de tyrannie, nos tables sont vides », « c’est aujourd’hui un jour de deuil, les mollahs ont pillé les pensions des retraités », « vous avez pillé les retraités », « vous avez pillé les fonds de retraite, vous nous avez plongés dans la misère », « libérez les enseignants emprisonnés », « libérez les ouvriers emprisonnés », « on ne lâche rien, on veut nos droits », « retraités, criez pour vos droits ».

Toujours le 25 décembre 2023, la plupart des bijoutiers de Téhéran et de Hamedan se sont mis en grève contre les nouvelles lois fiscales visant à augmenter les taxes et à spolier leurs biens. Les bijoutiers de Machhad, Ispahan, Yazd, Tabriz, Arak, Qom et ailleurs, qui avaient entamé leur grève les jours précédents, sont toujours en grève.

Le 27 août 2023, l’agence officielle IRNA écrivait : « ces deux dernières années, le panier de la ménagère a connu une inflation d’au moins 250 %, et les salaires des travailleurs ne représentent même pas un tiers du seuil de pauvreté. » Or les détournements de fonds astronomiques et la corruption systématique du régime ont détruit l’économie iranienne. Ces dernières semaines, un conflit entre les factions du régime a laissé fuiter un détournement astronomique de 3,37 milliards de dollars dans une société de commerce du thé du régime, la Plantation de Thé Debch. Le site officiel Jamaran a écrit : « Ce détournement représente une part importante des recettes totales de l’Iran en devises étrangères (…) Il est clair que de nombreuses institutions administratives et financières sont impliquées dans cette corruption. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 décembre 2023