mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePE : révélation sur le complot « Initiative des experts de l’Iran...

PE : révélation sur le complot « Initiative des experts de l’Iran » et les ingérences du régime dans les institutions européennes

PE : révélation sur le complot « Initiative des experts de l’Iran » et les ingérences du régime dans les institutions européennes

Un groupe d’eurodéputés et d’experts se sont réunis au Parlement européen le 23 janvier à l’occasion de la présentation d’un document par l’intergroupe des Amis d’un Iran libre (FOFI) sur l’ingérence du régime iranien dans les institutions européennes.

Le document est intitulé : « Initiative des experts de L’Iran, une opération secrète pour manipuler la politique européenne et diaboliser l’opposition iranienne ». Il détaille comment le régime iranien a utilisé un réseau de soi-disant « experts iraniens » pour influencer les politiques et les décideurs européens. Le document expose également comment le régime iranien a utilisé le réseau d’experts pour pénétrer les gouvernements, les groupes de réflexion et les groupes consultatifs aux plus hauts niveaux, et pour diffuser la propagande du régime dans les médias occidentaux.

Ces experts colportent des informations trompeuses destinées à diaboliser le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et sa principale composante, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

S’exprimant lors de l’événement, l’eurodéputé espagnol Javier Zarzalejos a déclaré que l’ingérence du régime iranien dans les institutions européennes est un sujet de grave préoccupation et a appelé à la fin de la politique de complaisance avec le régime des mollahs.

Struan Stevenson, ancien député européen et coprésident du comité En quête de justice (ISJ) pour la protection des libertés politiques en Iran, a déclaré que la campagne de désinformation du régime iranien est un élément central de sa stratégie de survie et a averti qu’il cherche à utiliser la « Realpolitik » pour amener les gouvernements du monde de céder au régime et lui faire des concessions.

Farzin Hashemi, membre de la commission des Affaires étrangères du CNRI, a déclaré que l’ingérence du régime iranien dans les institutions européennes n’est que la pointe de l’iceberg et que le régime utilise diverses tactiques pour réprimer les aspirations démocratiques du peuple iranien.

Les intervenants ont exhorté l’Union européenne à mettre sur la liste noire l’ensemble du Corps des Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et à se tenir aux côtés du mouvement d’opposition démocratique iranien. Ils ont également appelé la communauté internationale à soutenir la cause d’un Iran libre et démocratique.

Le texte du communiqué de presse du FOFI est le suivant :

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Amis d’un Iran libre au Parlement européen
Lutter contre l’ingérence étrangère : retracer le réseau d’influence de l’Iran dans la politique européenne

Parlement européen – Bruxelles, le 23 janvier 2024 – Un événement a eu lieu aujourd’hui pour présenter un document publié par l’intergroupe des Amis d’un Iran libre (FOFI) sur l’ingérence du régime iranien dans les institutions européennes.

Javier Zarzalejos, eurodéputé espagnol et coprésident du FOFI, a présidé la réunion à laquelle ont participé députés, journalistes et experts indépendants.
Le document du FOFI explique que fin septembre 2023, la révélation d’échanges de courriers électroniques entre un certain nombre d’« experts de la question iranienne » et des responsables du ministère iranien des Affaires étrangères a provoqué une onde de choc en Europe et en Amérique. Il a révélé le fait inquiétant que les gouvernements et les institutions européennes s’appuient sur des analyses et des recommandations pour leur politique à l’égard de l’Iran émanant de ces mêmes experts qui font partie d’un réseau mis en place par Téhéran.

Ces courriels révèlent l’initiative secrète du régime iranien, sous le couvert de « l’Initiative des experts de l’Iran » (IEI), visant à infiltrer les cercles politiques et les médias occidentaux pour promouvoir les intérêts de Téhéran, y compris son programme nucléaire.

M. Zarzalejos a déclaré : « Cette publication doit être considérée comme une contribution majeure à la cause de la lutte contre la désinformation et l’ingérence illégitime dans le processus politique des États membres de l’Union européenne. Le livre contient un compte rendu détaillé de la soi-disant « Initiative des experts iraniens » comme un parapluie pour couvrir et dissimuler une stratégie ambitieuse du régime iranien visant à étendre son discours, façonner les politiques occidentales, influencer les décideurs et l’opinion publique et diaboliser l’opposition iranienne et le Conseil national de la Résistance iranienne.

Javier Zarzalejos a ajouté : « Ce qui est en jeu n’est pas la liberté d’expression des universitaires et des experts, mais les sales manigances et les campagnes de distorsions grossières contre l’opposition iranienne. Je voudrais exprimer ma reconnaissance pour ce travail, pour la révélation de ce réseau d’interférences, et m’engager à tirer les conclusions appropriées et à agir en conséquence, car c’est quelque chose qui doit être pris très au sérieux. Permettez-moi de souligner à nouveau la grande contribution que ce travail signifie pour ceux qui sont engagés dans la cause de la liberté en Iran et qui voient également avec inquiétude la stratégie permanente et clandestins d’influence sur la politique de l’Union européenne. »

Struan Stevenson, président du Comité En quête de justice (ISJ) pour la protection des libertés politiques en Iran et ancien eurodéputé (1999 à 2014), a déclaré : « Avec les prochaines élections européennes prévues en juin, je pense qu’il est important d’examiner de près les tentatives de plus en plus virulentes du régime théocratique iranien d’interférer dans la démocratie occidentale et d’influencer la prise de décision dans des institutions comme le Parlement européen. »

M. Stevenson a ajouté : « Les experts du réseau ont constamment colporté des informations trompeuses conçues par les mollahs tout en diabolisant le principal mouvement d’opposition démocratique, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et sa principale composante, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Les courriels divulgués ont révélé comment le régime théocratique cherchait à utiliser le réseau d’experts pour établir des liens internationaux avec des universitaires et des chercheurs influents, pénétrant les gouvernements, les groupes de réflexion et les groupes consultatifs aux plus hauts niveaux et diffusant la propagande du régime dans les médias occidentaux. Ils ont révélé le fait inquiétant que les gouvernements et les institutions européennes s’appuient sur les analyses et recommandations pour leur politique à l’égard de l’Iran fournies par ces soi-disant experts. Ces courriels ont dévoilé l’initiative secrète du régime iranien visant à promouvoir les intérêts de Téhéran, notamment son programme nucléaire, tout en détournant l’attention de son bilan épouvantable en matière de droits humains. »

Farzin Hashemi, membre de la commission des Affaires étrangères du CNRI, a déclaré : « En bref, ce qui a déjà été révélé n’est que la pointe de l’iceberg. La campagne de désinformation à l’encontre du régime des mollahs n’est pas une question secondaire, mais un élément central de la stratégie du régime pour sa survie. La théorie derrière cette tactique est très simple : le régime des mollahs ne peut défendre son bilan sur aucune question, qu’il s’agisse des droits de l’homme, du terrorisme ou du programme d’armes nucléaires. La meilleure tactique consiste donc à diaboliser l’opposition démocratique et à affirmer ensuite qu’il n’existe pas d’alternative viable au régime. »

Selon Hashemi, « le régime espère que de cette manière la Realpolitik dictera aux gouvernements du monde de s’adapter au régime en faisant des concessions parce qu’ils n’ont pas d’autre choix. Les agents du régime, se faisant passer pour des experts indépendants, des militants des droits de l’homme, ou même des critiques du régime, se chargeront de diffuser ce discours et d’affirmer que tout changement conduirait au chaos parce qu’il n’y a pas d’alternative et que l’OMPI n’a aucun soutien dans ce processus en Iran. »

Les intervenants ont exprimé la nécessité de mettre fin à la politique de complaisance avec le régime des mollahs et de se tenir aux côtés du mouvement d’opposition démocratique iranien, le CNRI. Ils ont également réitéré la nécessité pour l’Union européenne de mettre l’ensemble du Corps des Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) sur la liste noire. Alors que l’attention du monde se tourne vers la détermination inébranlable du peuple iranien pour un avenir meilleur, le soutien de la communauté internationale à la cause d’un Iran libre et démocratique continue de résonner.
L’événement s’est terminé par une séance de questions-réponses.