mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran - Au 113e jour du soulèvement, manifestation massive à Zahedan

Iran – Au 113e jour du soulèvement, manifestation massive à Zahedan

Au 113e jour du soulèvement, manifestation massive à Zahedan

Soulèvement en Iran – N° 218

« À bas Khamenei », « à bas les pasdarans », « ni monarchie, ni guide suprême, démocratie, égalité » ; « à bas le tyran, qu’il soit chah ou mollah », « peu importe la potence ou la prison, nous tiendrons jusqu’au bout »

Le vendredi 6 janvier, au 113e jour du soulèvement, malgré le dispositif de sécurité intense et les arrestations massives, une manifestation de grande ampleur a eu lieu après la prière du vendredi à Zahedan.

Les manifestants scandaient « à bas Khamenei, maudit soit Khomeiny », « à bas le tyran, qu’il soit chah ou mollah », « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « à bas le dictateur », « trahison et crime, à bas la dictature religieuse », «à bas les pasdarans », « toutes ces années de crimes, à bas la dictature religieuse », « je tuerai celui qui a tué mon frère », « à bas le gouverneur de la milice du Bassidj », « on ne veut pas d’un gouverneur Bassidji », « nous sommes des enfants de la guerre, venez vous battre et nous vous combattrons », « peu importe la potence ou la prison, nous tiendrons jusqu’au bout », « je tuerai celui qui a tué mon frère », « on ne veut pas d’un gouvernement tueur d’enfants», « ni monarchie ni guide suprême, démocratie, égalité», «ni couronne, ni turban, c’est la fin des mollahs », « la victoire ou la mort », « notre silence est l’esclavage, la résistance est la vie » et « de Zahedan à Izeh, le sang coule dans notre pays ».

Les femmes courageuses de Zahedan ont pris une part active à cette manifestation. Elles ont scandé « à bas Khamenei », « libérez les prisonniers politiques », « avec hijab ou sans hijab, en marche vers la révolution », « Kurdes et Baloutches sont frères, ils sont soif de renverser Khamenei » et « chiites et sunnites sont ensemble, c’est Khamenei qui ne le voit pas ». Elles avaient des pancartes qui disaient « ne nous menacez pas de kidnapper nos jeunes, demain ce sera à nous de gagner ».

La semaine dernière, les forces de sécurité et d’autres organes répressifs du Sistan-Baloutchistan ont procédé à des rafles à Zahedan et à travers la province, pour empêcher le soulèvement du vendredi. Ce vendredi, en mettant en place des points de contrôle, les forces répressives ont empêché les gens d’aller à la prière, notamment à Shirabad et Karimabad, pour barrer l’accès à la grande mosquée Makki.

Ce 6 décembre, Mohammad Rigui, 29 ans, blessé à l’abdomen par un tir des pasdarans lors du Vendredi sanglant de Zahedan, est décédé à l’hôpital Khatam Al-Anbia de la ville après un calvaire de trois mois. Mardi 3 janvier, le système judiciaire à Zahedan a condamné à mort un jeune nommé Mansour Dehmardeh, arrêté lors du soulèvement dans cette ville et qui souffre d’un handicap physique.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré que malgré les mesures répressives, les compatriotes baloutches ont montré que le peuple iranien veut le renversement du régime et l’instauration de la démocratie et de la souveraineté populaire.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 6 janvier 2023

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe