mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - Exécution criminelle de deux manifestants par Khamenei

Iran – Exécution criminelle de deux manifestants par Khamenei

Exécution criminelle de deux manifestants, Mohammad Mehdi Karami et Seyyed Mohammad Hosseini, par Khamenei
Soulèvement en Iran – N° 219

Exécution criminelle de deux manifestants, Mohammad Mehdi Karami et Seyyed Mohammad Hosseini, par Khamenei

• Mme Maryam Radjavi : Le sang de ces martyrs héroïques coule dans les veines de millions de jeunes déterminés à faire tomber Khamenei.
• Il faut fermer les ambassades du régime, inscrire le ministère du renseignement et le corps des pasdarans sur la liste des entités terroristes et expulser leurs agents

Ce matin, samedi 7 janvier, deux prisonniers du soulèvement, Mohammad Mehdi Karami et Seyed Mohammad Hosseini, ont été exécutés sur ordre de Khamenei, malgré les protestations nationales et internationales. Le pouvoir judiciaire les a accusés d’avoir tué un milicien du Bassidj et d’avoir bloqué l’autoroute de Karadj. Ces deux martyrs du soulèvement ont été arrêtés le 3 novembre, et soumis à la torture. Le 4 novembre, la justice des mollahs les a condamnés à mort pour « corruption sur Terre », peine capitale confirmée par la Cour suprême du régime.

Mme Maryam Radjavi a déclaré que Khamenei, tyran sanguinaire, a versé le sang de deux autres braves jeunes hommes pour protéger son régime ignoble du soulèvement populaire. Mais le sang de ces martyrs héroïques coule dans les veines de millions de jeunes à travers tout l’Iran qui sont déterminés à faire tomber Khamenei. Les mollahs sanguinaires se trompent lourdement. La réponse de notre peuple à la répression et la tuerie comme outil principal pour sauvegarder la dictature religieuse est le soulèvement et l’armée de la liberté.

Elle a ajouté que les tueries de rue, les exécutions et le meurtre des prisonniers du soulèvement sous la torture ne laissent aucune justification pour négocier et traiter avec ce régime barbare. L’ONU, l’Union européenne et ses Etats membres doivent agir d’urgence. Il faut fermer les ambassades du régime, inscrire le ministère du Renseignement et le corps des pasdarans sur la liste des entités terroristes et expulser leurs agents.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 7 janvier 2023

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe