mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - Opposition : Appel à sauver la vie des prisonniers politiques

Iran – Opposition : Appel à sauver la vie des prisonniers politiques

ImageCNRI, 25 août – La Résistance iranienne appelle le secrétaire général de l’ONU, le Haut commissaire aux droits de l’Homme et les instances internationales de défense des droits de l’Homme à agir immédiatement pour sauver la vies des prisonniers politiques en Iran. Elle leur demande également de n’épargner aucun effort pour obtenir leur libération sans condition des geôles médiévales du régime des mollahs.

Sous les pressions croissantes, comme de longues périodes d’internement en cellule solitaire et l’absence des moindres soins médicaux et des besoins essentiels, les prisonniers se trouvent dans des conditions de santé critiques et certains, souffrant de graves maladies, sont en danger.

Khalil Chaltchi, 65 ans, prisonnier politique sous le régime du chah, est en prison depuis plus de cinq ans pour avoir des membres de sa famille en contact avec l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. Il avait d’abord été envoyé en exil à la prison de Yazd dans le centre de l’Iran. Il est actuellement incarcéré dans la section 350 de la prison d’Evine à Téhéran. Malgré son grave état de santé, le ministère des renseignements lui a refusé une permission de sortie pour recevoir un traitement médical. Il ne pourra sortir pour être soigné que s’il se repent dans une interview télévisée où il devra dénoncer l’OMPI et l’engagement de ses enfants dans l’organisation.

Saïd Massouri qui est emprisonné depuis plus de quatre ans a été condamné à mort. Il a été transféré de la section générale du couloir numéro un de la prison d’Evine à la section 209 de la même prison qui est sous le contrôle du ministère des renseignements. Il est détenu dans un environnement clos, sous contrôle constant, sans aucune chance de contact avec d’autres prisonniers. Depuis sa capture et à la suite de l’ablation d’une partie de son système digestif, il souffre de graves problèmes digestifs.

Hodjat Zamani, 29 ans, emprisonné depuis 2001 et condamné quatre fois à mort, est dans un état extrêmement critique. Il avait été transféré à la centrale de Gohardacht (Radjaï-Chahr) de la ville de Karadj il y a peu , où sont détenus des prisonniers de droits commun et de grands criminels. Il a été torturé. Ses deux frères Khaz’al et Falah Zamani, et un de ses oncles, ont été assassinés par les pasdarans et les agents de renseignements pour leur soutien à l’OMPI.

Valliohal Feiz Mahdavi et Jaafar Eghdami, arrêtés en 2001 pour leur soutien à l’OMPI sont aussi maintenus sous des pressions physiques et psychologiques croissantes.

Alireza Chariat-Panah atteint de diverses maladies graves avait été relâché en octobre dernier après onze ans de prison à Evine et Gohardacht, mais a de nouveau été arrêté juste avant la mascarade électorale et emmené vers une destination inconnue.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 août 2005

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe