lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Mort de Reza Hoda Saber, prisonnier politique, à la suite...

Iran : Mort de Reza Hoda Saber, prisonnier politique, à la suite d’une grève de la faim et du retard mis à son hospitalisation

Maryam Radjavi : la montée de la répression et des exécutions des prisonniers politiques trahit l’impuissance du régime des mollahs face à leur ténacité.

CNRI – M. Reza Hoda Saber, prisonnier politique de 52 ans, journaliste et traducteur est décédé samedi 11 juin à la suite d’un arrêt cardiaque dû à une grève de la faim et au retard mis à son hospitalisation. Les médecins estiment que la mort est due à la négligence des gardiens qui ne l’ont pas envoyé à temps à l’hôpital.

Il a été de 2000 à 2009 un des animateurs du journal « Iran Farda » qui a été fermé, et pendant cette période il avait été à maintes reprises arrêté  et incarcéré en isolement. En mai 2004, il avait été condamné à cinq ans et demi de prison. En 2006 également,  il avait été condamné à huit mois de prison pour avoir aidé à la création d’une association non gouvernementale. M. Hoda-Saber, avait été arrêté pour la dernière fois, en août 2010 et incarcéré à Evine. Avec d’autres détenus politiques, pour protester contre la violence de la répression lors des funérailles d’Ezatollah Sahabi qui avait conduit à la mort de sa fille, Haleh Sahabi, il avait le 2 juin entamé une grève de la faim. Et c’est pendant cette grève qu’il a été victime d’une grave attaque cardiaque.

Dans la crainte des protestations lors de ses obsèques, le régime inhumain des mollahs n’a pas restitué le corps à sa famille et ne l’a pas autorisée à tenir une cérémonie.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé ses condoléances à la famille de M. Reza Hoda-Saber et à ses amis. La montée de la répression et des exécutions des prisonniers politiques, a-t-elle souligné, notamment ces derniers mois, trahit l’impuissance du régime inhumain des mollahs face à la bravoure, à la résistance et à la persévérance des détenus qui, comme Ali Saremi, Hossein Khezri, Jafar Kazemi, Ali Hadj-Agha’i, Mohsen Dokmetchi et Reza Hoda-Saber, avec leur résistance et leur refus du compromis, ont mis le régime et ses bourreaux à genoux. Elle a demandé à la jeunesse courageuse et éprise de liberté à travers le pays de considérer comme un devoir patriotique de porter secours aux prisonniers politiques et à leurs familles.

Mme Radjavi a appelé l’ensemble des organisations internationales et des instances de défense des droits de l’homme, notamment le Secrétaire général de l’ONU et le Haut commissaire aux droits de l’homme de condamner les crimes du régime et de prendre des mesures urgentes pour sauver les prisonniers politiques. Elle a demandé le renvoi du dossier des exactions de ce régime devant le Conseil de sécurité de l’ONU et le jugement de Khamenei et des dirigeants de ce régime pour crime contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil national de l a Résistance iranienne
Le 12 juin 2011

 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe