jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafL'Irak interdit une visite américaine dans un camp iranien (WP)

L’Irak interdit une visite américaine dans un camp iranien (WP)

Par Tim Craig

The Washington Post, 10 juin – Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki a déclaré vendredi à une délégation du congrès américain en visite qu’elle ne pouvait pas se rendre dans un camp d’opposants iraniens où 34 personnes ont été tuées dans des affrontements avec les forces de sécurité irakiennes en avril, a affirmé la tête de la délégation.

Après être arrivés à Bagdad vendredi matin, le groupe de six membres mené par le Représentant Dana Rohrabacher (Républicain, Californie) a rencontré Maliki afin de discuter des efforts de reconstruction et des conditions dans le camp d’Achraf. L’installation tient lieu de résidence à 3000 Iraniens qui sont membres de l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran, un groupe d’opposition iranien interdit en Iran.

Rohrabacher a déclaré que la délégation avait espéré se rendre dans le camp vendredi sur leur chemin vers le Kurdistan, mais que Maliki avait refusé leur demande, invoquant la souveraineté de l’Irak.

Rohrabacher, une figure de taille de la commission des affaires étrangères de la Chambre, a déclaré que dès lors, il fera pression pour une enquête « criminelle » afin de déterminer si oui ou non l’Irak a maltraité les opposants.

« Nous enquêtons afin de savoir si des agissements criminels ont causé la mort de ces non-combattants », a déclaré Rohrabacher. « Tuer des personnes non armées (…) une tuerie massive (…) est un acte criminel et un crime contre l’humanité ».

L’OMPI, qui est toujours considérée par les États-Unis comme une organisation terroriste, était derrière une vague d’attaques contre l’Iran au début des années 1980, mais elle a renoncé à la violence en 2001. Cependant, la communauté internationale de défense des droits de l’homme se montre de plus en plus inquiète face à la situation à l’intérieur de l’immense camp du groupe en Irak près de la frontière iranienne.
 
Après l’invasion de l’Irak en 2003, les États-Unis ont promis de protéger les opposants, mais l’Iran continue d’exhorter le gouvernement irakien à les expulser. Lorsque les forces de sécurité irakiennes ont essayé d’entrer dans le camp en avril, disent les militants, 34 personnes ont été tuées. Des autorités du gouvernement irakien accusent les opposants d’avoir provoqué la confrontation. Les journalistes occidentaux se sont également vu refuser l’accès au camp.

Rohrabacher n’a pas expliqué pourquoi il pense que le congrès américain a le droit d’enquêter sur une éventuelle conduite criminelle en Irak. Néanmoins, le Représentant Louie Gohmert (Républicain, Texas), qui s’est également rendu en Irak vendredi, a averti que « le gouvernement de forme démocratique de l’Irak ne peut réussir s’il n’agit pas en pleine lumière ».

« Les États-Unis assurent aux personnes vivant à Achraf qu’elles seront en sureté », a déclaré Gohmert. « La question est : Quelqu’un a-t-il demandé ou ordonné aux troupes américaines de se retirer du camp d’Achraf ? ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe