dimanche, décembre 4, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeIran : Les instructions de Ghassem Soleimani aux diplomates du régime pour...

Iran : Les instructions de Ghassem Soleimani aux diplomates du régime pour comploter contre la Résistance et gérer le récent scandale terroriste

Iran : Les instructions de Ghassem Soleimani aux diplomates du régime

Selon des rapports obtenus au sein du régime iranien, le principal objet du rassemblement annuel des ambassadeurs et représentants du régime à l’étranger, qui s’est tenu à Téhéran fin juillet, était de les briefer au sujet de l’arrestation d’Assadollah Assadi, un diplomate iranien arrêté en Allemagne pour terrorisme, et leur donner des instructions visant à comploter contre la Résistance iranienne à l’étranger.

En plus des visites habituelles de Khamenei, Rohani, Jahangiri et Zarif, d’autres dignitaires du régime ont participé au rassemblement des diplomates iraniens, notamment le commandant de la Force Qods, Ghassem Soleimani ; le ministre du Renseignement, Mahmoud Alavi ; le ministre de l’Intérieur, Rahmani Fazli ; le président du parlement, Ali Larijani ; le directeur de l’appareil judiciaire, Sadeq Larijani ; le conseiller de Khamenei, Ali Akbar Velayati ; le ministre de la Défense, Amir Hatami ; le responsable de l’organisation de l’énergie atomique, Ali Akbar Salehi ; le ministre de la Culture et de la Guidance islamique, Abbas Salehi ; le président de l’organisation de la culture et de la communication islamique, Abuzar Ebrahimi Turkman.

Un des objectifs de cette réunion était la coordination entre le ministère des Affaires étrangères, le ministère du Renseignement et la Force Qods concernant les activités du régime dans sa campagne de diabolisation, d’espionnage et de préparation du terrain pour de futurs actes terroristes contre la Résistance iranienne.

Certains représentants du régime à l’étranger ont exprimé leurs inquiétudes concernant la réaction des gouvernements et des médias étrangers quant à l’implication des diplomates du régime dans des « actes sérieux de terrorisme » et « de la violation flagrante de la convention de Vienne ».

Alavi et Zarif les ont briefés sur la manière de « gérer l’affaire Assadi ». Ils ont souligné qu’avec une « guerre psychologique et la diffusion massive de fausses informations » contre l’OMPI, les actions passées et futures contre l’OMPI doivent être rendue acceptables. Ainsi, les diplomates du régime ont été instruits d’activer leurs relations avec les organes de renseignements et de sécurité des pays hôtes.

Un rapport interne des Pasdaran préconise que porter préjudice à l’OMPI est une « priorité politique, militaire, sécuritaire », soulignant la nécessité de cibler les membres du mouvement pendant leurs déplacements.

Dans son communiqué du 17 août 2018, la Commission anti-terroriste du CNRI avait révélé que le ministère du Renseignement et la Force Qods ont été chargés d’évaluer l’utilisation de mercenaires non iraniens pour mener des actes terroristes contre les Moudjahidine du Peuple.

Un autre sujet abordé lors de cette réunion a été de coordonner les activités entre le ministère des Affaires étrangères, les représentations diplomatiques à l’étranger et la Force Qods, pour les interventions terroristes du régime dans la région, notamment en Irak, en Syrie et au Yémen. Les représentants du régime ont reçu des instructions sur la manière de justifier ces actions auprès des gouvernements, des parlements, des partis politiques et de la presse des pays hôtes.

Les dirigeants du régime ont essayé lors de cette réunion de rassurer leurs diplomates, très inquiets des récents soulèvements populaires et des sanctions internationales renforcées.

Le « Conseil suprême pour la sécurité » du régime est par ailleurs préoccupé par les défections de diplomates iraniens dans les pays européens.

 

Commission pour la sécurité et la lutte anti-terroriste du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 20 juillet 2018

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe