jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran – Les agents du ministère des renseignements ont torturé et tué...

Iran – Les agents du ministère des renseignements ont torturé et tué deux jeunes hommes au sud-est du pays

CNRI – Deux jeunes ouvriers baloutches iraniens qui étaient arrêtés jeudi dernier (2 juillet) par des agents du ministère des renseignements du régime iranien à Chabahar ont été retrouvés morts quelques heures plus tard avec des traces de torture sur leurs corps. Le ministère des renseignements et de la sécurité du régime (VEVAK) a annoncé que ces deux détenus étaient morts de crises cardiaques.

Les deux victimes, Mola-Bakhsh Abbas-Zehi et Naeem Abbas-Zehi, étaient respectivement âgé de 25 ans et 23 ans et ils avaient un lien de parenté. Ils étaient originaires d’un village dans le canton de Dachtiari, situé dans la province de Sistan-et-Baloutchistan (au sud-est de l’Iran).

Ils ont été retrouvés morts à l’hôpital de Chabahar avec des traces de torture sur leurs corps.

Ces deux jeunes ouvriers étaient allés à Chiraz pour y trouver du travail. Selon un de leurs proches parents, le jeudi dernier, alors qu’ils étaient revenu de Chiraz à Chabahar, ils ont y été interpelé par des agents du VEVAK sur le marché de la ville. Moins de trois heures plus tard, un ami de la famille a appelé leurs proches pour dires que les corps des deux hommes se trouvaient à l’hôpital.

Les agents du VEVAK avaient remis les corps à l’hôpital. Lorsque leurs parents ont protesté concernant les traces de torture sur leur corps, le VEVAK les a informés que la cause du décès dans les deux cas était une crise cardiaque et que le VEVAK ne pouvait pas être tenu responsable de leur décès.

En mai dernier, les agents du VEVAK à Mahabad (ville du Kurdistan iranien, située à l’ouest du pays) avaient tenté d’interpeler Farinaz Khosravani – une jeune-fille âgée de 26 ans, diplômée en informatique et employée d’hôtel – dans l’hôtel où elle travaillait. Mme Khosravani, qui ne voulait pas tomber dans les mains des agents du ministère des renseignements, a sauté du quatrième étage de l’hôtel et elle est morte sur le champ. Sa mort, survenue le 4 mai, a provoqué des protestations anti-régime de jeunes en colère à Mahabad et dans d’autres villes.