vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : le fascisme religieux a dépassé ses mesures barbares habituelles

Iran : le fascisme religieux a dépassé ses mesures barbares habituelles

– Des mesures sans précédent en matière d’exécutions, d’assassinats de prisonniers politiques, d’amputation des membres de prisonniers et pour tuer et blesser des détenus

– Maryam Radjavi appelle le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de sécurité ainsi  que d’autres instances  internationales à condamner la barbarie du régime iranien

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité de l’ONU et le Haut commissaire de l’ONU pour les Droits de l’homme à adopter des mesures urgentes pour arrêter les violations des droits de l’homme barbares et sans précédent par le régime des mollahs ces dernières semaines.

Trois semaines après le Nouvel An, a-t-elle dit, le régime iranien a exécuté au moins 23 prisonniers, a assassiné un étudiant dissident dans la ville de Sanandaj (nord-ouest), a exécuté un autre prisonnier blessé sur une civière dans la ville de Khoy (nord), a amputé cinq prisonniers des mains et des pieds dans la ville de Zahedan (sud-est), a condamné deux adolescents à être jetés dans un sac du haut d’une falaise dans la ville de Chiraz dans le sud. De plus, a ajouté Mme Radjavi, il a commis des centaines d’autres crimes épouvantables dans la crainte de soulèvement par la population vivant dans des conditions dramatiques : pauvreté, inflation galopante, corruption gouvernementale et répression. 

Cette nouvelle vague de répression et de barbarie par les mollahs au pouvoir survient en pleines manifestations étudiantes, protestations populaires sur la pénurie de gaz de chauffage et la mort d’un grand nombre de personnes en décembre dernier, qui ont paniqué les mollahs.

Le 2 janvier, onze prisonniers ont été pendus à Téhéran et à la ville sainte de Qom; le 7 janvier, cinq autres prisonniers ont été envoyés à la potence dans la ville de Zahedan (sud-est) et le 10 janvier, sept prisonniers ont été pendus dans trois villes : Birjand à l’est, Tonekabon au nord et Jahrom au sud.

Le 6 janvier, Ibrahim Lotfollahi, un étudiant de 27 ans de l’Université de Sannandaj a été assassiné sous la torture par des agents locaux du ministère des Renseignements (le VEVAK) en détention préventive. Mais  le bureau local du VEVAK de Sanandaj a dit à la famille Lotfollahi que leur fils s’est suicidé en prison le 15 janvier. Redoutant la réaction populaire, les agents du VEVAK ont enterré l’étudiant sans permettre à ses parents de voir son cadavre.

Les membres du Corps des gardiens de la révolution (le CGR) ont arrêté et puis  exécuté M. Hassan Hikmet Demir, a rapporté le journal Kurde iranien Asso. Il a été blessé au cours de son arrestation et a été exécuté sur un brancard.

Le 6 janvier, le régime des mollahs a amputé de cinq prisonniers de la main droite et du pied gauche dans la capitale provinciale de Zahedan. Ils étaient accusés d’avoir participé à des troubles récents dans la province du sud-est, le Sistan-Balouchistan. Les victimes ont été identifiées comme étant M.A. Jalali, A.B. Rigi, A. Rigi, A.R. Roudini et D. Pahlevan.

Le 3 janvier, le pouvoir judiciaire des mollahs a annoncé qu’il exécutera deux jeunes  identifiés par leurs prénoms de Tayeb et Yazdan en les jetant d’une falaise enfermés dans un sac, dans la ville de Chiraz (sud).

Mme Radjavi a de nouveau rappelé l’urgence de renvoyer le dossier des droits de l’homme du régime religieux devant le Conseil de sécurité de l’ONU pour entreprendre une action. Elle a appelé aux sanctions complètes contre le régime sanguinaire des mollahs.

La présidente élue de la Résistance iranienne a dit que mettre fin au silence et à l’inaction face à la nouvelle vague d’exécutions, l’aventurisme dans le Golfe persique, l’intervention en Irak et en Afghanistan et le bellicisme au Liban et en Palestine aussi bien que l’amélioration de ses projets nucléaires pour accélérer l’acquisition d’armes nucléaires, est un test crucial pour la communauté internationale en matière de défense des droits de l’homme, de paix et de combat contre le terrorisme.    
 
Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 janvier 2008

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe