samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Abandon pitoyable de la candidature du régime au CDH par...

Iran : Abandon pitoyable de la candidature du régime au CDH par crainte d’une défaite cuisante

Conseil des droits de l'homme de l'ONUCNRI – Malgré des efforts intenses et le gaspillage des richesses nationales pour être élu au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, le 24 avril, le régime des mollahs a annoncé dans un recul pitoyable, qu’il retirait sa candidature.

Cette décision a été prise alors que dans sa propagande à la Goebbels ces derniers jours, le régime iranien annonçait son « adhésion imminente » au CDH à « titre de confirmation internationale de l’attachement de l’Iran aux problèmes des droits de l’homme ».

Cela faisait quelque temps que la dictature religieuse avec toute sa démagogie et le soutien de gouvernements eux-mêmes violateurs des droits humains, ou des partenaires commerciaux, avait présenté sa candidature au CDH qui compte 47 pays membres. Pour obtenir le nombre de voix nécessaires, elle avait entrepris de distribuer d’énormes dessous-de-table et des présents sous forme de contrats faramineux à divers Etats.

En face, les organisations de défense des droits de l’homme, les représentants de la résistance iranienne et des associations de sympathisants à Genève, à New York et dans le monde, ainsi que de très nombreux pays membres de l’ONU, avaient déployé de vastes efforts pour empêcher cette élection.

Mais ces dernières semaines, avant le vote à l’assemblée générale de l’ONU, ayant acquis la certitude que la majorité des pays s’opposaient à sa candidature, le régime a préféré retirer sa candidature pour éviter une défaite cuisante. Il était un des cinq candidats sur lesquels l’Assemblée générale doit se prononcer le 13 mai. Les quatre autres pays sont la Malaisie, la Thaïlande, les îles Maldives et le Qatar.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a estimé que ce recul montrait plus que jamais l’isolement et l’absence de crédibilité du régime iranien sur la scène internationale. Il est temps, a-t-elle dit, que le régime des mollahs soit expulsé du reste des instances internationales, notamment celles traitant des droits humains et des problèmes humanitaires. Non seulement ce régime ne représente pas le peuple iranien, mais il est mis au ban de l’humanité pour ses crimes comme l’exécution de 120.000 prisonniers politiques, son bellicisme, son exportation du terrorisme dans la région et dans le monde et l’assassinat d’innocents un peu partout dans le monde.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 avril 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe